Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre GUYOT

GUYOT Pierre (1920-1950) [3686] GUYOT Pierre. [ 3686 ] GUYOT Pierre Missionnaire Hung-Hoa ----------------
Add this
    GUYOT Pierre

    (1920-1950)


    [3686] GUYOT Pierre.

    [ 3686 ] GUYOT Pierre

    Missionnaire

    Hung-Hoa

    ----------------

    Pierre GUYOT, benjamin de quatre enfants, naquit le 27 juillet 1920, à Paimboeuf, diocèse de Nantes, département de la Loire-Atlantique. Son frère ainé devint prêtre au diocèse de Nantes. L'archiprêtre de la paroisse donna à Pierre les premières leçons de latin et de grec, et, en 1931, il le fit rentrer en cinquième au petit séminaire de Guérande où, après une première année difficile,il se mit sérieusement au travail. En octobre 1934, il entra au petit séminaire des Touèts, près de Nantes; il y resta quatre ans, et se montra élève studieux.

    Le 18 septembre 1938, il arriva au séminaire des Missions Etrangères. L'année suivante, à cause de la guerre, le séminaire de Bièvres ayant dû fermer ses portes, M. Guyot, avec trois de ses confrères, continua ses études écclésiastiques au grand séminaire de Nantes A Pâques 1940, fatigué au point de devoir interrompre ses cours, il fut nommé maitre d'étude au petit séminaire des Touets. En octobre 1940, il regagna le séminaire de la rue du bac. En raison de l'application des lois sur le Service du Travail Obligatoire (STO), il fut ordonné prêtre le 20 mars 1943, et le 29 juin 1943, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Hung-hoa.

    La guerre empêchant le départ immédiat en mission, M.Guyot fut mis au service du diocèse de Troyes. D'abord vicaire à la paroisse St. Jean à Troyes, il fut bientôt transféré à Bar-sur-Aube où il retrouva M. Urkia. En juin 1945, il fut nommé vicaire économe à Bouilly, dans l'une des contrées les plus déchristianisées de l'Aube. Mais peu après, il fut désigné comme aumônier volontaire du corps expéditionnaire français d'Extrême-Orient. Le 1er août 1945, il rejoignit le 43ème régiment d'infanterie coloniale, dans les Alpes maritimes., et le 16 janvier 1946, avec quatre de ses confrères, il embarqua à bord du \Pasteur".

    Il accosta au Cap St. Jacques le 2 février 1946 et, le lendemain, débarqua à Cantho, dans l'ouest cochinchinois. M. Guyot se dépensa sans compter pour ses hommes au milieu des dangers des combats. Muté à Pleiku, sur les Hauts-Plateaux, en août 1947, il descendit à Saïgon, en décembre 1947; le convoi qu'il avait emprunté fut partiellement détruit. Démobilisé à Saigon au début de 1948, il arriva à Hanoï le 7 juin 1948.

    Dès son arrivée, il se mit à l'étude de la langue viêtnamienne, et vers la fin de 1948, il s'installa à Lao-Kay, à la frontière chinoise, poste sans prêtre depuis 1945; malgré les difficultés qu'il éprouva pour bien s'exprimer en viêtnamien, il rendit de nombreux services à ses chrétiens, dans cette période difficile et très troublée; conscient de son insuffisance, il demanda et obtint l'aide d'un confrère plus âgé et plus expérimenté, d'abord celle de M.Pierchon, puis celle de M.Chabert..Mais, en juin 1949, il dût subir une opération à la clinique St.Paul à Hanoï; soigné par le professeur Huard, et Sr. Françoise, et après une longue convalescence, il retourna à Lao-Kay le 1er octobre 1949.

    Le 28 décembre 1949, M. Guyot dût revenir à la clinique St. Paul et reprendre son traitement. Reparti à Lao-Kay, le 17 avril 1950, pour mettre ordre à ses affaires, il entra de nouveau en clinique le 28 juin 1950, pour commencer un nouveau traitement. Ayant manifesté le désir de revoir sa famille,avant de mourir, il s'embarqua sur le "Pasteur" le 28 septembre 1950. Après un voyage pénible, il fut accueilli à Marseille par son frère prêtre, qui l'accompagna jusqu'à Paris où il arriva le 18 octobre 1950, dans un état de faiblesse extrême. Mgr. Lemaire lui donna le sacrement des malades en présence de sa mère, de son frère prêtre, et de ses deux soeurs accourus à son chevet.

    Le 19 octobre 1950, lendemain de son arrivée,à 14 heures, M.Guyot rendit son âme à Dieu. Les funérailles furent célébrées solennellement dans la chapelle du séminaire de Paris le samedi 21 octobre 1950; aussitôt après la cérémonie,sa famille fit transporter le corps à Paimboeuf où il fut inhumé le 22 octobre 1950.





    Janvier 1996



    Références bibliographiques

    CR 1947 p. 125. 1949 p. 83. 1950 p. 180 (notice). 1951 p. 40. BME 1949 p. 115. 310. 438. 441. 525. 595. 651. 707. 781. 1950 p. 126. 198. 268. 338. 396. 635. 704. 750. 753. 1951 p. 127. 490. EC1 N° 378. 434. 443. 486.

    "
    • Numéro : 3686
    • Année : None