Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Yves Marie GUILLOU

[2533] GUILLOU Yves-Marie Missionnaire Cochinchine Occidentale - Saïgon -------------------------- [2533] Yves-Marie GUILLOU naquit le 18 Juin 1875, au hameau de Diron, sur la commune de Kersaint-Plabennec, diocèse de Quimper, département du Finistère.Ses parents l'envoyèrent d'abord au pensionnat des Frères à Landerneau, puis, en 1889, M.Le Bail recteur de Kersaint le fit entrer au Collège de Lesneven où il fut un élève sérieux, docile et travailleur.
Add this
    [2533] GUILLOU Yves-Marie

    Missionnaire

    Cochinchine Occidentale - Saïgon

    --------------------------

    [2533] Yves-Marie GUILLOU naquit le 18 Juin 1875, au hameau de Diron, sur la commune de Kersaint-Plabennec, diocèse de Quimper, département du Finistère.Ses parents l'envoyèrent d'abord au pensionnat des Frères à Landerneau, puis, en 1889, M.Le Bail recteur de Kersaint le fit entrer au Collège de Lesneven où il fut un élève sérieux, docile et travailleur.

    En 1894, ses études secondaires terminées, il passa au Grand Séminaire de Quimper où il fut ordonné prêtre le 25 Juillet 1899. Les notes écrites au cours de ses retraites spirituelles disent son souci constant de sanctification personnelle.

    Le 16 Septembre 1899, il entra jeune prêtre au Séminaire des Missions Etrangères. Après une année de probation, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale (Saïgon) qu'il partit rejoindre le 24 Octobre 1900.

    Arrivé à Saïgon le 28 Novembre 1900, il remplit les fonctions de vicaire à la cathédrale pendant quelques semaines, et devint ensuite aumônier intérimaire de l'hôpital militaire. Deux mois après, on le nomma vicaire de M.Combalbert à Dât-Do, puis on le chargea des chrétientés de Xuyên-Moc et de Lang-Lon. A la suite de voyages pénibles dans les montagnes, à travers la forêt, il tomba malade et dût prendre quatre mois de repos forcé, au Cap St. Jacques.

    En Mai 1903, il reçut en charge la chrétienté de Cai-Nhao, dans le district de Cai-Mong. Il fit ensuite de nombreux intérims plus ou moins longs dans différents postes. En 1907, il prit la direction du district de Tha-La où il passa deux ans se donnant tout à tous, plein de zèle pour développer la ferveur de ses chrétiens. En 1909, affaibli par une dysenterie opiniâtre, il partit se soigner au sanatorium de Bathanie à Hong-Kong. Aucun mieux sensible ne s'étant manifesté, il dût se résigner à partir pour la France.

    Au début de 1911, de retour dans sa mission, il fut nommé à Tan-Dinh , comme vicaire de M.Génibrel. pour le travail paroissial et l'imprimerie de la Mission. Le 25 Mai 1914, M.Génibrel mourut; M.Guillou Yves lui succéda comme curé, mais il fut déchargé des travaux de l'Imprimerie. Au service de tous, il eût soin d'instruire ses catéchumènes et de procurer à ses chrétiens les moyens de persévérance et de sanctification.

    M. Guillou Yves était un homme d'une grande bonté,admirable de douceur et de patience. Son bonheur était de rendre service à quelqu'un et de lui faire plaisir. D'une nature droite et simple, il ajoutait facilement foi à ce qu'on lui disait. Il ne se figurait pas qu'on veuille le tromper.

    Vers la mi-février 1919, la dysenterie étant réapparue, et une affection cardiaque s'étant déclarée, M. Guillou dût se résigner à quitter son poste pour entrer à la clinique du Dr.Angier, à Saïgon. C'est là que le 07 Mars 1919, à trois heures du matin, il s'endormit dans la paix du Seigneur.

    Ses funérailles, présidées par Mgr. Quinton, Evêque Coadjuteur, eurent lieu le lendemain .


    Références biographiques
    AME 1901 p. 73. 1905 p. 24. 26. 27. 1913 p. 75. 76. 1919-20 p. 144. CR 1900 p. 254. 1919 p. 191.






    • Numéro : 2533
    • Année : None