Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Laurent GUILLON

[1364]. GUILLON, Laurent, né le 8 novembre 1854 à Chindrieux (Savoie), élève du petit-séminaire de Pont-de-Beauvoisin, entra laïque au Séminaire des M.-E. le 19 septembre 1873, reçut l'onction sacerdotale le 22 septembre 1877, et partit le 10 janvier 1878 pour la Mandchourie. Il étudia la langue chinoise à Yang-kouan, que quelques mois plus tard il fut chargé d'administrer. En 1880, il eut à diriger la chrétienté de Tcha-keou, et, peu après, il faillit mourir de la petite vérole, dont il avait été atteint à Hioung-iao en donnant la confirmation à un enfant contaminé.
Add this
    [1364]. GUILLON, Laurent, né le 8 novembre 1854 à Chindrieux (Savoie), élève du petit-séminaire de Pont-de-Beauvoisin, entra laïque au Séminaire des M.-E. le 19 septembre 1873, reçut l'onction sacerdotale le 22 septembre 1877, et partit le 10 janvier 1878 pour la Mandchourie. Il étudia la langue chinoise à Yang-kouan, que quelques mois plus tard il fut chargé d'administrer. En 1880, il eut à diriger la chrétienté de Tcha-keou, et, peu après, il faillit mourir de la petite vérole, dont il avait été atteint à Hioung-iao en donnant la confirmation à un enfant contaminé. En 1882, tandis qu'il accompagnait son évêque en route pour la France, il fut arrêté à Hong-kong par la fièvre typhoïde. Guéri, il retourna dans sa mission et fut placé à la tête du séminaire.
    Le 28 décembre 1889, il fut nommé évêque d'Euménie et vicaire apostolique de la Mandchourie ; son sacre eut lieu le 25 mai 1890, dans l'église de Moukden. Actif, énergique, d'une hardiesse parfois trop grande, il se multiplia dans ses nouvelles fonctions, et obtint de remarquables résultats dans les conversions d'infidèles, qui, en cinq ans, de 1894 à 1898 inclusivement, dépassèrent 10 000. En 1894, sa courageuse attitude rassura la population de Moukden et des environs, qu'épouvantait l'approche des troupes japonaises.
    Il demanda et obtint, par un bref du 10 mai 1898, la division de sa mission en deux vicariats : Mandchourie méridionale et Mandchourie septentrionale. Il demeura à la tête du premier de ces vicariats, qui comptait alors 23 missionnaires, 8 prêtres indigènes, 115 catéchistes, 20 050 catholiques.
    Lors des troubles excités par les Boxeurs en 1900, il fut assiégé dans sa cathédrale (Eglise, grav., M. C., xxxii, 1900, p. 395. - A. M.-E., 1901, p. 135), où il s'était réfugié avec un missionnaire Emonet, un prêtre indigène Jean Li, deux religieuses de la Providence de Portieux, et de nombreux fidèles. Quand il vit les bandits entrer dans l'église, a-t-on raconté, il donna une dernière absolution à tous ceux qui l'entouraient, et debout sur le palier de l'autel, la croix à la main, il attendit la mort. Atteint d'une balle, il tomba en disant : \ Votre évêque meurt le premier, mes enfants, suivez-moi tous au Ciel. " C'était le 2 juillet 1900.
    Armes. - Coupé : au 1 d'azur à la colombe de l'arche volant en bande, à 3 étoiles d'or rangées en fasce en dessous ; au 2 de gueules à l'agneau pascal d'argent, terrassé du même et avec un Sacré-Cœur de gueules sur la bannière, à la fasce d'or en divise brochant sur la partition.
    Devise. - In dilectione et pace.
    Bibliographie. - (Petit catéchisme pour les vieillards). - Imprimerie de Nazareth, Hong-kong, 1898, in-32, pp. 24 ; 4e édit., 1909, in-18, pp. 26.
    Lettre de Sa Grandeur, Mgr Guillon, évêque de la Mandchourie méridionale à M. Charles Perreau, banquier à Chambéry (sur la mort du P. Paul Perreau). - Imprimerie générale de Savoie, place Caffe, Chambéry, 1899, in-8, pp. 13.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1882, p. 5 ; 1883, p. 74 ; 1884, p. 6 ; 1885, p. 17 ; 1887, p. 13 ; 1889, pp. 4, 12 ; 1890, p. 3 ; 1891, p. 3 ; 1892, p. 5 ; 1893, p. 5 ; 1894, p. 5 ; 1895, pp. 5, 346 ; 1896, p. 5 ; 1897, p. 5 ; 1898, p. 5 ; 1899, p. 69.
    M. C., xvii, 1885, Trois semaines en prison, pp. 66, 75, 94, 118, 128 ; xxii, 1890, Sa nomination de vicaire apostolique ; détails biographiques, p. 40 ; Ib., Son sacre, p. 460 ; xxv, 1893, p. 314 ; xxvii, 1895, p. 220 ; xxx, 1898, p. 245 ; xxxii, 1900, Sa mort, p. 323 ; xxxiii, 1901, Détails sur son massacre et celui des missionnaires de Mandchourie méridionale, p. 37. - B. O. P., 1894, pp. 139, 184. - A. M.-E., 1899, Visite au maréchal tartare, p. 97 ; 1900, p. 214 ; 1901, pp. 11 et suiv.
    Sem. rel. Chambéry, 1884, pp. 66, 77 ; 1885, pp. 202, 214, 226, 238, 250, 262, 275, 286 ; 1896, p. 15 ; 1899, pp. 534, 546, 559 ; 1900, Sa mort. pp. 329, 340, 407 ; 1901, p. 57. - Sem. rel. Lorraine, 1900, p. 710.
    Le Drame de Pékin, p. 81. - Le culte de N.-D. de Lourd., p. 112. - Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. - Les miss. cath. franç., iii, pp. 371 et suiv., 381. - Arm. des Prél. franç., p. 259.
    Collect., 2 mars 1890 : n° 1590 ; 22 janv. 1891 : n° 1484.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1900, p. 265.
    Portrait. - A. P. F., lxxii, 1900, p. 321. - M. C., xxii, 1890, p. 462. - A. M.-E., 1902, p. 6. - Alm. M. C., 1901, p. 64. - Le Drame de Pékin, p. 83.


    "
    • Numéro : 1364
    • Année : None