Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean GRAVÉ

[89]. GRAVÉ, Jean, originaire du diocèse de Rennes, naquit vers 1651. Plusieurs documents marquent qu'il partit de Paris le 2 janvier 1683 ; cependant, la copie d'un acte fait par lui, chez le notaire Carnot à Paris, porte la date du 1er mars 1683, ce qui prouverait, s'il n'y a pas erreur dans la copie, que son départ n'eut pas lieu à la date précitée. Lors de son passage au Siam, il fut nommé par Mgr Laneau, dans un acte du 15 décembre 1685, assistant au Collège général. Cette nomination ne paraît pas avoir eu de suites.
Add this

    [89]. GRAVÉ, Jean, originaire du diocèse de Rennes, naquit vers 1651. Plusieurs documents marquent qu'il partit de Paris le 2 janvier 1683 ; cependant, la copie d'un acte fait par lui, chez le notaire Carnot à Paris, porte la date du 1er mars 1683, ce qui prouverait, s'il n'y a pas erreur dans la copie, que son départ n'eut pas lieu à la date précitée. Lors de son passage au Siam, il fut nommé par Mgr Laneau, dans un acte du 15 décembre 1685, assistant au Collège général. Cette nomination ne paraît pas avoir eu de suites. L'évêque songea aussi à l'envoyer au Pégou, puis aux îles Nicobar. A propos de cette dernière expédition le missionnaire écrivait : \ Ce grand nombre d'îles si peuplées, qui n'ont jamais été éclairées des lumières de la foi, mérite bien qu'on risque de perdre la vie pour la gloire de Jésus-Christ, et pour le salut de tant d'âmes plongées dans les ténèbres. Cette entreprise est très pénible et très périlleuse. On ne vit dans ces îles que de racines, de quelques fruits et de poisson ; elles ne produisent point de riz. Le moins qu'il puisse arriver à un missionnaire, c'est de s'y trouver sans nulle assistance, ni spirituelle, ni temporelle. Je sens mon incapacité, mais j'obéis. "
    L'évêque changea d'avis et Gravé se rendit en Chine, d'abord à Canton, puis au Fo-kien où il travailla à Chang-lo et dans les environs, sous la direction de Ch. Maigrot. Vers 1689 ou 1690, il alla dans la mission de Cochinchine, et en 1693, nous le retrouvons au Siam, d'où il s'éloigna bientôt, par suite de difficultés entre les missionnaires français et les missionnaires portugais. Il était dans l'Inde de 1694 à 1696. La dernière lettre que nous possédons de lui est datée de Surate, 6 janvier 1696. Il mourut dans cette même ville le 2 mars suivant.
    Notes bio-bibliographiques. - Docum. hist., Tab. alph.


    "

    • Numéro : 89
    • Année : None