Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène antoine GRANIE

[ 2035 ] GRANIE Eugène Antoine Missionnaire Birmanie Septentrionale ----------- Eugène, Antoine GRANIE naquit le 24 octobre 1869, à Saint Cirgue, diocèse d'Albi, département du Tarn. Il reçut la tonsure le 29 juin 1889.
Add this

    [ 2035 ] GRANIE Eugène Antoine

    Missionnaire

    Birmanie Septentrionale

    -----------

    Eugène, Antoine GRANIE naquit le 24 octobre 1869, à Saint Cirgue, diocèse d'Albi, département du Tarn. Il reçut la tonsure le 29 juin 1889.
    Le 7 septembre 1889, il entra au séminaire de Paris. C'est là qu'il se trouvait lorsque fut appliquée aux clercs la loi du service militaire. Il fit partie du premier contingent de séminaristes appelés sous les drapeaux. Mais quinze jours à peine après son arrivée au régiment, il fut réformé pour cause de myopie; il s'empressa de revenir à Paris.

    Minoré le 28 septembre 1890, sous-diacre le 12 mars 1892, diacre le 3 juillet 1892, ordonné prêtre le 24 septembre 1892, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Birmanie Septentrionale (Mandalay), qu'il partit rejoindre le 26 octobre 1892.

    Arrivé dans sa mission, accueilli par Mgr. Simon, M. Granié fut envoyé à Nabeck auprès de M. Eugène Foulquier pour faire sa formation missionnaire, et étudier la langue birmane. Au bout de quelques mois, il fut en état de rendre service.

    Envoyé dans le sud pour entamer le district de Pyinmana, il résida, en 1893, à Chayegon, n'épargnant aucune peine pour instruire les néophytes et leur inspirer l'amour du travail. Cet essai d'évangélisation ayant échoué, en 1895, il fut adjoint à M.Herr, dans le district de Shwebo, le plus étendu de la mission et qui comptait 13 chrétientés. Il fut chargé des villages de Ouaihmyaut et Kawdaw.

    En 1897, M. Granié, sans ngégliger les quelques familles de Ouchmyank, alla planter sa tente à Shwehentha, village fondé l'année précédente et qui laissait espérer des baptêmes de catéchumènes pour l'année suivante. En 1903, dans le vaste district de Shwebo, il partagea, avec MM. Remandet et Laurent, la charge pastorale des chrétientés de Chanthaywa, Chaung-yo, Monhla et Yé-ou. Grâce à la générosité d'une riche chrétienne originaire de Chaung-yo, demeurant à Yé-ou, il construisit dans ce poste sa résidence et une petite école. En 1907, tout en instruisant ses chrétiens de Chanthaywa, où il demeurait, et ceux de Yé-ou, il reconstruisit, grâce à leur aide, la résidence de Yé-ou, chrétienté où il se fixa en novembre 1908. Il fut alors remplacé à Chanthaywa, par M. Clément Vulliez.

    En 1910, M. Granié redevenu vicaire de M. Herr, s'installa dans le village de Payan, isolé au milieu des rizières. Le presbytère et l'église s'élevaient en dehors du village.Il put ainsi satisfaire son goût de la solitude et son amour de la lecture et des livres. C'est là qu'en septembre 1917, entouré de presque tous ses confrères et de ses chrétiens, il fêta le vingt cinquième anniversaire de son ordination sacerdotale.

    Le 12 mars 1919, M. Clément Vulliez, chargé du poste de Chanthaywa, mourut des suites d'une appendicite, à l'hôpital de Rangoon. Mgr.Eugène Foulquier demanda à M. Granié de se charger de ce poste, au moins provisoirement. Ce dernier s'y rendit aussitôt.

    Le 16 avril 1919, le sacristain étant en retard, M.Granié se rendit à l'église pour sonner l'Angélus. La corde se rompit; il chuta et se brisa la jambe. L'os fracturé traversa les chairs, fit une plaie d'où le sang jaillit en abondance. Ses chrétiens voulurent le transporter à l'hôpital de la ville voisine, mais il s'y apposa, estimant que l'intervention d'un rebouteux serait suffisante. Malgré les soins donnés, et après un court léger mieux, le 27 avril 1910, une hémorragie sérieuse provoqua une syncope; la gangrène s'était mise dans la plaie; M. Couillaud lui donna le sacrement des malades.

    En raison de son état de grande faiblesse, M. Granié ne pût être évacué sur l'hôpital. Le lundi 5 mai 1919, à onze heures du matin, il rendit son âme à Dieu. L'inhumation eût lieu, le lendemain, dans le cimetière de Chanthaywa.


    (2035) GRANIE Eugène, Antoine (1869-1919)

    Réf. biographiques. - AME 1893 p. 627, 1919-20 p. 192. CR 1892 p. 274, 1893 p. 235, 1895 p. 287-88, 1896 p. 278-80, 1897 p. 234, 1903 p. 242, 1907 p. 254, 1909 p. 215, 1919 p. 102-252, 1920 p. 120.

    Mémorial GRANIE Eugène, Antoine page 2
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    • Numéro : 2035
    • Année : None