Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Victor André pierre GRANGER

[ 2151 ] GRANGER Victor, André, Pierre Missionnaire Birmanie Méridionale --------- Victor, André, Pierre GRANGER naquit le 22 janvier 1871, à Le Bouchet, paroisse Le Bouchet-Saint Nicolas, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Il fit ses études primaires chez les Frères des Ecoles Chrétiennes qui lui apprirent l'art de bien écrire, le dessin et l'arpentage. Il parcourut le cycle des études secondaires au peit séminaire de la Chartreuse.
Add this

    [ 2151 ] GRANGER Victor, André, Pierre

    Missionnaire

    Birmanie Méridionale

    ---------

    Victor, André, Pierre GRANGER naquit le 22 janvier 1871, à Le Bouchet, paroisse Le Bouchet-Saint Nicolas, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Il fit ses études primaires chez les Frères des Ecoles Chrétiennes qui lui apprirent l'art de bien écrire, le dessin et l'arpentage. Il parcourut le cycle des études secondaires au peit séminaire de la Chartreuse.

    Le 12 septembre 1890, M. Victor Granger entra laïque au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 27 septembre 1891, minoré le 24 septembre 1892, sous-diacre le 22 septembre 1894, diacre le 9 mars 1895, ordonné prêtre le 30 juin 1895, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Birmanie Méridionale (Rangoon) qu'il partit rejoindre le 31 juillet 1895.

    Le 4 septembre 1895, M. Victor Granger arriva à Rangoon, et fut envoyé à Moulmein pour apprendre l'anglais, et se former à la vie apostolique, sous la direction de M.Charles Lefebvre. Il partit ensuite à Thonzé pour commencer l'étude de la langue birmane. En 1896, il fut nommé vicaire à Letkopin, chez le P. T.Thomas, qui continua à lui enseigner le birman, et lui donna comme professeur un catéchiste très exigeant pour la diction et la prononciation.

    En 1898, M. Victor Granger devint vicaire de M. L.Pavageau à Gyobingauk, localité importante à mi-chemin sur la voie ferrée entre Thonzé et Prome. Il travailla beaucoup à l'évangélisation des Carians. Mais c'est là qu'il rencontra un autre maitre, le P. D.Daniel, dont les prédications étaient fort goûtées des fidèles. Celui-ci s'arrêtait au milieu d'une période oratoire, dont il donnait le sens en latin, en se tournait vers M. Granger qui devint fin connaisseur de la langue birmane, et la parla avec une diction excellente.

    En 1902, il fut nommé vicaire de M.F. Perroy, à Thonzé, et l'année suivante devint curé de ce poste à 70 milles au nord de Rangoon. Il y resta jusqu'à sa mort. Il s'y dépensa sans compter, visitant ses chrétiens deux fois par an; il les connaissait tous par leur nom, et savait les degrés de parenté qui les unissaient entre eux. Il travailla avant tout à leur formation spirituelle. Le village de Magyigwin fut l'objet de ses soins particuliers; il en fit une chrétienté fervente.

    M.Granger eût le souci d'ouvrir des écoles dans ses diverses chrétientés. En 1906, il déplorait le manque de catéchistes, alors que les baptistes avaient des écoles dans la plupart de villages carians. En 1907, il reçut un catéchiste carian fondant sur lui de grandes espérances, tout en regrettant l'exode de beaucoup de chrétiens partant chercher ailleurs des moyens d'existence. En 1909, il pût ouvrir deux écoles.

    En 1918, Thonzé comptait 1.987 chrétiens, avec 11 chapelles dans le district. M. V.Granger était fort préoccupé par la formation religieuse des enfants carians, les parents n'ayant que peu d'autorité sur eux. Devenus grands, ils faisaient preuve d' un fort esprit d'indépendance. Cela créait des problèmes au moment des mariages.

    En 1919, Thonzé connut de dures épreuves: choléra, peste, et autres maladies entrainant la mort de nombreux fidèles. Ce fut aussi la grande misère, et la famine pour les chrétiens habitant entre l'Irrawaddy et le Haing, à cause des inondations du mois de septembre passé. Toutes les récoltes avaient été détruites.

    Dans son compte-rendu de 1921, M. Granger écrivait : \ Les Birmans ont la conviction que, dans un avenir assez rapproché, ils seront débarrassés des étrangers, et gouvernés par leurs compatriotes; ils ne sont nullement disposés à étudier et à embrasser la religion des étrangers."

    En 1928, M. Granger, dont la santé était bien éprouvée, fit en France, un voyage et un séjour de repos. Après quelques mois, il regagna sa mission.

    En janvier 1930, malade, il fut admis à l'hôpital de Rangoon où il passa un mois. Après quoi, soumis à un régime sévère, il fut autorisé à regagner Thonzé. Un mois plus tard, il se présenta pour un nouvel examen médical, à la suite duquel on lui conseilla de rentrer en France.

    M. Granger consulta un autre médecin qui lui déclara que son mal était incurable, et qu'il ne lui restait plus que quatre mois à vivre. Il s'en revint donc à Thonzé où le docteur de l'hôpital de cette ville lui rendait visite à peu près chaque jour. Mais le mal progressait régulièrement. L'œdème le faisait souffrir, malgré deux ponctions qui furent pratiquées. Le 12 juin 1930, il reçut le sacrement des malades, et s'éteignit à Thonzé, le 17 juin 1930, vers 2 h.du matin.

    Le 18 juin 1930, à 7 h.30 du matin, sa dépouille mortelle fut transportée à l'église. M.Rioufreyt, son compatriote, célébra la messe des funérailles. Mgr. Provost donna l'absoute, et M.Pavageau fit la conduite au cimetière. Dans son désir de montrer la haute estime qu'elle portait au défunt, la population de Thonzé demanda que sa tombe demeurât ouverte jusqu'à midi. Ce fut un défilé ininterrompu, jusqu'au dernier moment.

    Les restes de M.Granger reposent derrière le sanctuaire de l'église de Thonzé.


    (2151) GRANGER, Victor, André, Pierre (1871-1930)

    Réf. biographiques. - AME 1895 p. 387, 1912 p. 148, 208, 1930 p. 183. CR 18895 p. 331, 1899 p. 253, 1906 p. 207, 1907 p. 236, 1908 p. 221, 1909 p. 213, 1914 p. 218, 1913 p. 266, 1918 p. 96, 1919 p. 95-6, 1921 p. 111, 1924 p. 109, 1927 p. 208, 1929 p. 183, 1930 p. 300, 1938 p. 284. BME 1926 p. 452, 1928 p. 57, 124-83, 1930 p. 586-88. EC1 n° 149-63-65, 201.

    Mémorial GRANGER Victor, André, Pierre page 2
    ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    "
    • Numéro : 2151
    • Année : None