Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Félix Séraphin GRÉA

[889]. GRÉA, Félix-Séraphin, né le 22 (m) ou le 29 (é) octobre 1840 dans la paroisse de Loisia, qui faisait alors partie de la commune de Graye-et-Charnay (Jura), fit ses études au petit séminaire de Nozeroy et au séminaire de philosophie à Vaux. Arrivé laïque au Séminaire des M.-E. le 29 octobre 1862, il reçut l'onction sacerdotale le 10 juin 1865, et partit pour le Kouy-tcheou le 15 septembre suivant. Il étudia la langue à Kouy-yang, l'apprit bien, et se livra à l'étude des caractères.
Add this
    [889]. GRÉA, Félix-Séraphin, né le 22 (m) ou le 29 (é) octobre 1840 dans la paroisse de Loisia, qui faisait alors partie de la commune de Graye-et-Charnay (Jura), fit ses études au petit séminaire de Nozeroy et au séminaire de philosophie à Vaux. Arrivé laïque au Séminaire des M.-E. le 29 octobre 1862, il reçut l'onction sacerdotale le 10 juin 1865, et partit pour le Kouy-tcheou le 15 septembre suivant. Il étudia la langue à Kouy-yang, l'apprit bien, et se livra à l'étude des caractères. Il occupa successivement les postes de Siu-yang, Tou-chan et Tsin-gai ; il fut professeur au petit séminaire de Lou-tsong-kouan, et vicaire à la paroisse du Lan-tang à Kouy-yang.
    En 1873, Mgr Lions le nomma procureur de la mission, charge qu'il conserva jusqu'à sa mort ; il y donna sa mesure : patience, ténacité, et solidité d'intelligence. Grâce à ses qualités d'administrateur, la mission put soutenir ses œuvres essentielles, et construire les édifices nécessaires.
    Nommé provicaire en 1888, il eut à traiter des questions fort épineuses avec les autorités civiles du Kouy-tcheou ; il fit preuve de fermeté et de prudence. Terrassé par deux attaques d'apoplexie à la fin de 1907, il succomba à Kouy-yang le 8 janvier 1908. Il avait une piété régulière et forte, qui donnait à son caractère un cachet de tranquillité qu'il affirmait être contraire à l'intime de sa nature. Que de fois on lui a entendu dire : \ On prétend que je suis naturellement calme, que rien ne peut m'émouvoir. Oh ! si je ne faisais pas ma méditation, vous verriez quel homme je suis. "
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1886, p. 67 ; 1890, p. 305 ; 1896, pp. 128, 137. - A. S.-E., xxix, 1878, p. 371. - Le Tour du Monde, 1901, 1er sem., p. 46.
    Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Les miss. cath. franç., iii, pp. 294, 324.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1908, p. 289.


    "
    • Numéro : 889
    • Année : None