Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles Marie de GOROSTARZU

[ 1648 ] Charles, Marie, Félix de GOROSTARZU (Mgr) Evêque d'Aïla, vicaire apostolique du Yunnan (Kunming) ----------- Charles, Marie, Félix de GOROSTARZU naquit le 6 octobre 1860, à Saint Vincent de Tyrosse, diocèse d'Aire-Dax, département des Landes. Après avoir étudié au petit séminaire de Larressore (Pyrénées Atlantiques), il fit sa philosophie à Issy, et sa théologie au séminaire français de Rome. Après son ordination sacerdotale, le 19 mai 1883, il prolongea son séjour à Rome.
Add this

     

    [ 1648 ] Charles, Marie, Félix  de GOROSTARZU  (Mgr)

    Evêque d'Aïla, vicaire apostolique du Yunnan (Kunming)

    -----------

     

    Charles, Marie, Félix de GOROSTARZU naquit le 6 octobre 1860, à Saint Vincent de Tyrosse, diocèse d'Aire-Dax, département des Landes. Après avoir étudié au petit séminaire de Larressore (Pyrénées Atlantiques), il fit sa philosophie à Issy, et sa théologie au séminaire français de Rome. Après son ordination sacerdotale, le 19 mai 1883, il prolongea son séjour à Rome.

     

    Le 13 septermbre 1884, il entra au séminaire des Missions Etrangères, et l'année suivante, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Yunnan, (Yunnanfou / Kunming) qu'il partit rejoindre le 7 octobre 1885.

     

    Cinq mois après son départ de Paris, M.de Gorostarzu arriva enfin à Yunnanfu. De Shanghai, il remonta le Fleuve Bleu jusqu'à Sui-fu, puis après une vingtaine de jours de voyage par voie de terre, il se trouva auprès de son vicaire apostolique Mgr. Jean Fenouil, en février 1886. Celui-ci l'envoya à Long-ki, ancienne résidence épiscopale, à deux journées de Sui-fu, mais à une vingtaine d'étapes au nord de Yunnanfu. Avant de rejoindre son poste lointain, M. de Gorostarzu passa plusieurs mois, chez M. Vial, à Te-tse-tsen, station chrétienne, à deux jours, à l'est de Yunnanfu.

     

    A Long-ki, dans le "bas Yunnan", M. de Gorostarzu prit contact avec les populations lolottes chez lesquelles se dessinait un mouvement de sympathie envers le christianisme. En 1888, il s'occupait des chrétientés suivantes: Pe-che-ngay,  environ 650 chrétiens, sur le territoire de Lan-Lin, ville de troisième ordre, O-Yuen-tchang, avec une douzaine de villages voisins, dans le gouvernement de Lo-pin-tcheou: 427 chrétiens, Y-gny et Tou-tsa, dépendance de Kouang-si-fou: 420 chrétiens. Il assista M.Placide Parguel, qui, mordu par un chien enragé le 10 novembre 1889, vint se reposer à Long-ki, le 24 janvier 1890, et y mourut le 3 février 1890.

     

    Le 15 février 1890, décéda à Yunnanfu, M.François-Xavier Bourgeois, provicaire et procureur de la mission. Mgr.Fenouil nomma M. Ernest Maire provicaire et supérieur du bas Yunnan, avec résidence à Long-ki, et appela M.de Gorostarzu à Yunnanfu pour lui confier la charge de procureur. Ce dernier se mit en route, mais à l'étape de Tong-tchouan, il fut pris d'une fièvre paratyphoïde qui l'obligea à une longue convalescence, et en juin 1890, il arriva enfin à Yunnanfou

     

    Pour simplifier son travail de procureur, M.de Gorostarzu eut recours à la polycopie; il lança le "Petit Nouvelliste", bulletin de liaison paraissant à des dates plus ou moins régulières. Il mit à profit ses loisirs pour étudier les caractères chinois, aider le curé de la paroisse, faire du ministère dans les chrétientés proches du séminaire, et même essayer d'évangéliser les aborigènes.

     

    Sur la fin de 1897, M.de Gorostarzu se vit confier le poste de la procure de Mong-tse, où se trouvaient le consulat de France et la douane chinoise, et bientôt la construction de la voie ferrée qui allait y amener quantité d’étrangers. Depuis quatre ou cinq ans plusieurs missionnaires s'étaient succédés dans ce centre, mais les autorités locales s'étaient opposés à l'installation d'une mission en ville. M.Henri Maire y avait fait la connaissance d'un employé à la douane chinoise, un aborigène du groupe ethnique "Long-jen", originaire du village de Ou-se-tchong, à une soixantaine de kms à l'est de Mong-tse. Ce dernier invita le missionnaire à visiter ses congénères. M.Maire alla à Ou-se-tchong, village situé entre Mon-tse et Kai-hoa et composé d'une soixantaine de familles. Il y reçut un accueil chaleureux.

     

    Dès son arrivée, M. de Gorostarzu, successeur de M. Maire, prit contact avec le village de Ou-se-tchong, multiplia ses visites chez les "Long-jen", et finalement, en février 1898, acheta une maison au milieu du village, puis s'établit chez eux à la fin de décembre 1898. A Noël 1898, quinze familles se firent inscrire comme catéchumènes. A Pâques 1899, des représentants de deux cents familles "miao-tse" ou "poula" passèrent trois jours à Ou-tse-tchong demandant à se faire chrétiens. Ce mouvement de sympathie des aborigènes envers le christianisme et la présence d'étrangers étudiant le tracé de la voie ferrée de Mong-tse provoquèrent quelques troubles de la part des chinois. Le 21 juin 1899, le quartier de la douane de Mon-tse fut attaqué, pillé et brulé, tandis que la  colonie européenne eut bien du mal à trouver refuge dans la ville. Malgré ces désordres, M.de Goroztarzu protégé par les aborigènes, ouvrit une école dans le village d'Ou-se-tchong, tandis que M.Kircher envoyé en renfort, s'établissait chez les Miao-tse et les Poula, à une étape d'Ou-se-tchong.

     

    En 1900, au temps des Boxers, un mouvement xénophobe inquiétant se dessina à Yunnanfu. Mgr.Fenouil et les missionnaires se refugièrent au Tonkin. En quittant Mong-tse, Mgr. nomma M.de Gorostarzu, administrateur de la Mission; celui-ci donna l'ordre aux missionnaires restés à l'intérieur de sortir de la province, et lui-même se retira sur la frontière tonkinoise. En 1905, MM de Gorostarzu, à Ou-se-tchang, et Kircher à Lo-to-ké avaient en charge une centaine de villages aborigènes de la montagne. Au mois de mai 1907, pendant que M. de Gorostarzu visitait d'autres stations, résidence, chapelle, écoles et quatorze maisons de néophytes furent incendiées, à Ou-se-tchang.

     

    Le 10 janvier 1907, Mgr. Fenouil décéda à Yunnanfu; le 10 décembre 1907, M.de Gorostarzu fut nommé évêque d'Aïla, et vicaire apostolique du Yunnan. Préconisé le 19 décembre 1907, il reçut la consécration épiscopale, le 29 mars 1908, à Hanoï, des mains de Mgr. Pierre Gendreau.

     

    Pénétré de l'importance des visites pastorales Mgr.de Gorostarzu projeta  de visiter les districts de la mission tous les trois ans, mais il lui fallut compter avec l'insécurité des routes, les difficultés des communications, les brigands, les désordres divers et l'étendue de la province. Après le sacre de Mgr. Fayolle, à Sui-fu, le 24 octobre 1909, accompagné de M. Salvat, il participa au synode régional de Tchong-king, et rentra dans sa mission par Hong-Kong où il ordonna prêtre M.Besombes, et par le Tonkin. Peu après, il encouragea les soeurs de Saint Paul de Chartres à faire une fondation à Yunnanfu.

     

    Le 20 décembre 1910, M.Mérigot fut tué à Tsing-y, à 40 kms au sud de Yong-pé; en 1911, le gouvernement révolutionnaire s'installa à Yunnansen; en 1912, la région de Long-ki et du bas Yun-nan furent très éprouvées par les troubles politiques empêchant les missionnaires de se rendre dans leurs stations. Malgré cela, Mgr. de Goroztarzu visita les districts de l'est et de l'ouest de son vicariat. En 1914, cinq de ses missionnaires furent mobilisés et pendant quelques temps, il assura seul le service de la procure de la mission. Le 10 novembre 1918, à Ning-Yuan-Fu, il assista Mgr. de Guébriant pour la consécration épiscopale de Mgr.Bourgain. En 1919, après avoir parcouru les districts de Kai-hoa, il se rendit à Sui-fu pour rencontrer Mgr. de Guébriant, visiteur apostolique.

     

    Le 10 février 1920, il partit pour la France; puis du 7 mai au 11 juin 1920, il assista, à Rome, au titre de Délégué du groupe des missions de la Chine du Sud, à la réunion préparatoire en vue de l'Assemblée Générale de la Société prévue pour 1921. Il profita de son séjour à Rome pour obtenir la division de son vicariat, et en France, pour contacter l'Institut des Pères du S.C. de Batharram. Il se rendit ensuite à Hong-Kong où, du 9 février au 22 mars 1921, il prit part aux travaux de l'Assemblée Générale de la Société des Missions Etrangères.

     

    En 1922, Mgr. de Gorostarzu reçut du Gouvernement Général de l'Indochine, la décoration "des Millions d'Eléphants et du Parasol Blanc" du Luang-Prabang. Le 11 septembre 1922, il quitta Yunnanfou pour assister à la réunion synodale qui s'ouvrit le 15 octobre suivant à Sui-fu, où seraient étudiées les questions à traiter au futur "concile" de Shanghai. A son retour, il visita les districts du Nord-Est de sa mission, et rentra à Yunnanfu le 14 février 1923. L'année suivante, le coeur bien gros à cause de l'arrestation par une troupe de brigands, de M.Degenève, le 13 août 1923, puis de la prise en otage de M. Piton, le 5 janvier 1924, il se rendit au premier concile plénier de Chine, qui s'ouvrit à Shanghai le 15 mai 1924, sous la présidence de Mgr. le Délégué Apostolique en Chine..

     

    Vers octobre 1924, Mgr. de Gorostarzu estima que le temps était venu de confier aux PP.Bétharramites, arrivés au Yunnan en mars 1922, les districts chrétiens de la région de Tali, Monghoa, Yangpi, Euluen, Uinpin, et Paochan et les cinq sous-préfectures qui relient les six premières à l'intendance (la région) de Poueul. Ce territoire fut érigé en mission distincte en 1929.

     

    Le 6 avril 1926, accompagné de M. Degenève, il assista à Hanoï au triduum en l'honneur de Ste Thérèse de l'Enfant-Jésus. En 1927, il descendit encore à Hanoï, puis à Hué au début de juillet, en vue de préparer une future fondation d'un Carmel à Yunnanfu, projet auquel il songeait depuis 1910. Mais, en 1928, en raison des désordres politiques au Yun-nan, cette réalisation fut remise à des temps plus heureux. De Hué, il se rendit à Bien-Hoa près de Saigon; indisposé, il passa quelques jours à la clinique Angier, à Saigon; un peu remis, il embarqua sur "l'Amboise" le 25 juillet 1927, mais dut rentrer en clinique le 29 juillet à Hanoï. Le 14 août 1927, marchant péniblement, il retrouva son évêché à Yunnanfu. Se rendant compte qu'il lui était difficile d'assurer la bonne marche de la mission, il se résolut à demander un coadjuteur, mais l'affaire traina en longueur.

     

    Le 1 juillet 1928, Mgr. de Gorostarzu inaugura un probatorium avec 34 élèves, et une école de catéchistes. Soucieux de la formation de ses prêtres, dès 1915, il envoya ses séminaristes au Collège général de Pinang. En 1933, le vicariat apostolique de Yunnanfu comptait 18 prêtres autochtones, 13 grands séminaristes dont deux étudiaient au séminaire de Saint Sulpice à Paris, et 48 élèves dans les classes secondaires supérieures du petit séminaire.

     

    En 1930, il partit pour Hong-kong où il arriva le 17 mai pour la préparation de l'Assemblée Générale de la Société, puis s'embarqua pour France, à bord du "Sphinx"; du 15 juillet au 4 août 1930, il prit part à Paris, aux travaux de cette Assemblée, et fit sa visite ad limina à Rome.

     

    En septembre 1930, fut prise la décision de la création d'un séminaire régional à YunnanFu. Retenu de longs mois en France par la maladie, Mgr. de Garostarzu s'embarqua à Marseille, en mai 1931, et arriva à Yunnanfu le 30 juin 1931. En novembre 1931, une congestion faillit l'emporter. Au début de l'année chinoise, en 1932, il reçut la visite de Mgr.de Guébriant. En mai 1932, Mgr. Audren provicaire de la mission de Ning-yuan-fu lui fut donné comme coadjuteur.

     

    Accompagné de M.Guilbaud, Mgr. de Gorostarzu, fatigué, quitta Yunnanfu (Kunming) le 10 mars 1933, et Saïgon, le 20 mars 1933, à bord du "Porthos". Après avoir dépassé Singapore, une congestion se déclara. Le docteur jugea son état très grave, et, lorsque le bâteau accosta Pinang, M.Rouhan, supérieur du collège général, averti par radio, et M.Michel montèrent à bord, le 24 mars 1933, à 1 heure du matin. Le malade, sans connaissance fut descendu à terre et dirigé sur l'hôpital de Pinang. C'est là que s'éteignit, le 27 mars 1933, à 20 h 56, Mgr. de Gorostarzu, emporté par une crise d'urémie.

     

    Sa dépouille mortelle fut exposée à la maison paroissiale de l'église de l'Assomption, où eut lieu la veillée funèbre. Les journaux annoncèrent son décès. Les obsèques célébrées à l'église de l'Assomption, au soir du mardi  28 mars 1933, furent présidées par M.Dérédec, entouré d'une très nombreuse assistance, dont onze jeunes séminaristes Yunnanais. Mgr. Charles de Gorostarzu, repose dans le cimetière de Pinang, tout à côté de Mgr. Perrichon, dans la concession de la mission.

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1897 p. 712. 1898 p. 210 (art.). 1899 p. 143. 1903 p. 345. 346. 1904 p. 305 (art.). 1910 p. 43. 1911 p. 102 (art.). 1913 p. 206. 1917-18 p. 275. 1919-20 p. 134. 135. photo p. 434. 1921 p. 179. 196. 1922 p. 154. 1923 p. 195. 223. 1925 p. 17. 1929 p. 128. 1930 p. 169. 170. 203. 261. photo p. 202. 1931 p. 91. 137. 139. 1932 p. 137. 290. 1933 p. 147. 151. 235. CR 1885 p. 143. 1888 p. 90. 1890 p. 257. 1898 p. 112. 1899 p. 133sq. 138. 140. 141. 1903 p. 125. 1905 p. 89. 1907 p. 4. 381. 1908 p. 134. 1909 p. 110. 1910 p. 106. 1911 p. 98. 265. 351. 1912 p. 145. 146. 418. 1913 p. 131. 137. 1914 p. 58. 219. 220. 1916 p. 82. 1917 p. 56. 82. 1918 p. 43. 140. 141. 1919 p. 44. 47. 50. 1920 p. 33. 34. 1921 p. 51. 1922 p. 59. 220. 1923 p. 72. 1924 p. 52. 59. 1929 p. 9. 1930 p. 244. 1931 p. 96. 368. 369. 1932 p. 103. 104. 1933 p. 82. 256. 257. 318. 320. 365. 367. 379. 1934 p. 69. 1937 p. 77. 1939 p. 70. 1940 p. 45. 46. 125. 1947 p. 261. 286. 1948 p. 192. 193. 202. 207sq. BME 1922 p. 3. 100. 172. 504. 569. 688. photo p. 17. 1923 p. 119. 255. 442. 735. 1924 p. 179. 328. 666. photo p. 445. 1925 p. 300. 638. 716. 1926 p. 183. 315. 378. 769. 1927 p. 48. 561. 568. 635. 1928 p. 120. 170. 491. 1929 p. 366. 382. 748. photo p. 496. 1930 p. 48. 114. 180. 306. 372. 438. 736. 809. photo p. 748. 1931 p. 64. 290. 317. 597. 602. 674. 749. 902. 1932 p. 44. 457. 561. 1933 p. 343. 387. 1935 p. 402. 1936 p. 241. 1937 p. 45. 589. 1939 p. 125. 1940 p. 81. 1948 p. 311. 352. MC 1917 p. 4. 1921 p. 402. 1925 p. 387. 1932 p. 33. 1933 p. 203. 1948 p. 10. EC1 N°  61. 80. 82. 85. 133. 173. 201. 202. 207. 215. 218. 219. 222. 243. 249. 263.

     

    • Numéro : 1648
    • Année : None