Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Prosper Adolphe ( marie) GODET

[507]. GODET, Louis-Prosper-Adolphe (Marie), né le 24 juin 1821 à Guerville (Seine-et-Oise), entra laïque au Séminaire des M.-E. le 7 septembre 1842. Il reçut l'onction sacerdotale le 17 mai 1845, et partit le 29 du même mois pour la mission de Pondichéry. Il fut d'abord professeur au petit séminaire, puis au collège colonial, et bientôt Mgr Bonnand le nomma supérieur du premier de ces établissements. En 1858, il revint au collège colonial en qualité de principal, et remplit fort bien cette fonction.
Add this
    [507]. GODET, Louis-Prosper-Adolphe (Marie), né le 24 juin 1821 à Guerville (Seine-et-Oise), entra laïque au Séminaire des M.-E. le 7 septembre 1842. Il reçut l'onction sacerdotale le 17 mai 1845, et partit le 29 du même mois pour la mission de Pondichéry. Il fut d'abord professeur au petit séminaire, puis au collège colonial, et bientôt Mgr Bonnand le nomma supérieur du premier de ces établissements. En 1858, il revint au collège colonial en qualité de principal, et remplit fort bien cette fonction. A cette époque, il fit partie de la commission instituée par Bonnand pour l'examen de quelques difficultés théologiques spéciales à l'Inde.
    A la fin de 1861, il fut chargé du district de Covilour-Tiroupatour, et, en 1866, du district de Yercaud qui comptait alors 400 à 500 catholiques plus ou moins tièdes, dispersés dans les plantations de café à des distances souvent fort grandes. Il les ramena presque tous dans le devoir, convertit des païens, et agrandit l'église de Yercaud devenue trop petite (Eglise, grav., Hist. miss. Inde, v, p. xxxvii). Vers la fin de 1886, il dut se borner à gouverner la chrétienté de Balmadès.
    En avril 1887, après l'établissement de la hiérarchie catholique dans l'Inde, la création du diocèse de Pondichéry et la suppression de la préfecture apostolique, il fut nommé curé de la paroisse de Notre-Dame-des-Anges à Pondichéry. Il était âgé, fatigué, et l'on conseilla à Mgr Laouënan de ne pas lui confier ce poste, qui offrait alors des difficultés spéciales par suite du départ des religieux de la Congrégation du Saint-Esprit. \ Partout où il est allé, déclara l'archevêque, il a été l'homme qu'il fallait, là encore il le sera. " Cette parole se réalisa. M. Godet mourut à Pondichéry le 12 avril 1900.
    Lorsqu'en 1868 il avait fallu nommer un successeur à Mgr Godelle, Godet avait été mis sur les rangs pour occuper cette charge. On avait porté sur lui cette appréciation : " Esprit ferme, jugement droit, capable d'administrer, mais un peu raide parfois. " L'appréciation était exacte, mais ceux qui le connurent bien savent que la bonté tempérait souvent la raideur.
    Notes bio-bibliographiques. - Hist. miss. Inde, Tab. alph. - Vie de Mgr de Marion-Brésillac, p. 280.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1901, p. 295.


    "
    • Numéro : 507
    • Année : None