Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis GODARD

[ 1067 ] GODARD Louis Missionnaire Tonkin Occidental (Hanoï) -------------------
Add this

    [ 1067 ] GODARD Louis

    Missionnaire

    Tonkin Occidental (Hanoï)

    -------------------

    Louis GODARD naquit le 13 novembre 1845, à Damrémont département de la Haute-Marne, diocèse de Langres, dans une famille chrétienne de cultivateurs-vignerons très aisés. Il fit ses études secondaires au petit séminaire de Langres où dit-il :\Je n'étais pas un élève brillant... Je n'ai jamais été premier ni dernier d'ailleurs. J'ai eu un peu toutes les places intermédiaires.." A la fin de 1865, il passa au grand séminaire de Langres, où il fit ses études de philosophie et débuta en théologie, se montrant séminariste travailleur et appliqué.

    Le 22 octobre 1867, il entra tonsuré au séminaire des Missions Etrangères et y acheva ses études écclésiastiques. Minoré le 6 juin 1868, sous-diacre le 19 décembre 1868, diacre le 22 mai 1869, il fut ordonné prêtre le 11 juin 1870, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 20 juillet 1870.

    Arrivé à Hong-Kong, M. Godard dût attendre pendant plusieurs mois qu'une jonque chinoise consentit pour une grosse somme, à transporter une dizaine de missionnaires jusqu'à l'entrée du Tonkin. Le départ s'opéra à la fin de l'année, et dans la nuit du 31 décembre 1870 le groupe missionnaire aborda sur la terre du Tonkin, à l'embouchure du Thai-Binh. Leur arrivée jeta l'émoi parmi les mandarins de la région; il fallut parlementer, écrire à la cour de Hué pour obtenir des passeports; les nouveaux arrivés durent passer un mois ensemble dans une petite chrétienté aux environs de Hai-Duong, en attendant l'autorisation de continuer leur route. Le 17 février 1871, M.Godard était rendu à Ke-So auprès de son Evêque Mgr. Puginier.

    M.Godard fut envoyé seul dans une chrétienté des environs de Ke-So pour s'initier à la langue et au ministère. Il connut quelques difficultés d'adaptation au climat. A la fin de 1871, il revint à la communauté de Ke-So pour recevoir une destination. Dès 1869, Mgr. Puginier avait songé à développer l'oeuvre de la presse. A cette fin, il avait commandé en France un important matériel d'imprimerie, lithographie et reliure qui parvint au Tonkin en 1871, peu après l'arrivée de M.Godard.

    Un jour, Mgr. annonça à M.Godard qu'il le destinait à l'oeuvre de la presse. Ce dernier surpris ne put cacher sa répugnance pour ce travail. " Hè, lui dit l'Evêque,vous êtes venu en mission pour obéir !". M.Godard n'insista pas, et par obéissance, il se mit à faire de l'imprimerie et il en fit pendant cinquante ans. En même temps que la direction de l'imprimerie de la Mission, il reçut aussi la charge de la paroisse de Ke-So.

    A la cathédrale de Ke-So, M.Godard s'adonna avec une foi vive et un zèle ardent au ministère paroissial. Pendant la période troublée de 1873 à 1885, il resta avec ses chrétiens. En 1898, il fit l'acquisition de quatre cloches pour la cathédrale de Ke-So. Le bourdon fit entendre pour la première fois sa voix, le 2 février 1899.

    A l'imprimerie, M.Godard surveillait le service, la répartition du travail, corrigeait les épreuves. libellait les factures. L'établissement comptait une quinzaine d'ouvriers typographes, des manoeuvres, des catéchistes qui composaient les textes à imprimer et assuraient la surveillance technique. Six religieuses Amantes de la Croix exécutaient le pliage,le brochage et la reliure. L'histoire de l'imprimerie de la Mission du Tonkin Occidental depuis son origine jusqu'en 1919 est contenue dans l'agenda de M. Godard qui relate année par année, les travaux exécutés.

    D'une santé assez faible,M.Godard vivait de peu, ne supportant ni oeufs ni laitage. Serviable, doué d'un bon jugement pratique, d'une grande bonté, par sa simplicité, il mettait tout le monde à l'aise, sachant à l'occasion, assaisonner ses réparties d'un grain de sel caustique.

    Au commencement de février 1919, la grippe le saisit avec des complications broncho-pulmonaires. En quelques jours, il fut à toute extrémité. Le 5 février il reçut le sacrement des malades; il s'éteignit doucement le 12 février 1919, vers 8 heures du soir.



    GODARD

    Louis

    (1845 - 1919)

    [1067]

    GODARD Louis.

    Références biographiques
    AME 1919-20 p. 95. 193 sq (importante notice). CR 1872 p. 51. 1888 p. 229. 1892 p. 159. 1899 p. 386. 1908 p. 155. 1911 p. 129. 1917 p. 81. 1919 p. 63. 68. 175. 195. 1920 p. 47. 1926 p. 97. BME EC1 N°

    Février 1995
    Mémorial GODARD Louis page


    "
    • Numéro : 1067
    • Année : None