Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Marie GIRAUD

[697]. GIRAUD, Jean-Marie, né le 23 février 1828 à Saint-Priest-la-Roche (Loire), élève du petit séminaire de Saint-Jodard et du grand séminaire de Lyon, entra au Séminaire des M.-E. le 15 octobre 1855 ; il était alors diacre. Après son ordination sacerdotale qui eut lieu le 17 mai 1856, on l'envoya le 29 septembre suivant à Pondichéry. Six à sept mois après son arrivée, il fut placé à la tête du district de Cottagiri ; il devint, en 1859, professeur au grand séminaire, et en 1860, chef du district de Cottapaleam où il resta dix ans.
Add this
    [697]. GIRAUD, Jean-Marie, né le 23 février 1828 à Saint-Priest-la-Roche (Loire), élève du petit séminaire de Saint-Jodard et du grand séminaire de Lyon, entra au Séminaire des M.-E. le 15 octobre 1855 ; il était alors diacre. Après son ordination sacerdotale qui eut lieu le 17 mai 1856, on l'envoya le 29 septembre suivant à Pondichéry. Six à sept mois après son arrivée, il fut placé à la tête du district de Cottagiri ; il devint, en 1859, professeur au grand séminaire, et en 1860, chef du district de Cottapaleam où il resta dix ans. On lui confia en 1870 le district de Kumbakônam, et en 1871 celui de Karikal qu'il occupa pendant près de vingt ans. Il s'y montra pasteur zélé, d'une piété qui lui attira la vénération de tous. Il construisit plusieurs chapelles dans le district. Ce fut sous son administration que le couvent du Carmel s'établit à Karikal.
    Nommé vicaire général, il alla résider à Pondichéry en 1889. Sans se laisser absorber par une volumineuse correspondance, jointe à la direction d'un orphelinat, d'un hospice de vieillards et du couvent de Saint-Louis de Gonzague, il se tenait à la disposition de ceux qui voulaient se confesser à lui.
    Aux missionnaires qui avaient la joie de convertir un grand nombre d'infidèles, il prodiguait ses conseils et ses félicitations ; puis, avec un retour de regret sur lui-même, il disait : \ Tout le monde orne sa couronne d'âmes prises dans la forêt païenne ; et moi, j'ai si peu de ces heureuses captives, arrachées au plus ignominieux esclavage ! Seigneur, épargnez votre peuple idolâtre ; et à votre serviteur inutile donnez des âmes par milliers. " Il mourut à Pondichéry le 13 octobre 1903, laissant la réputation d'un saint.
    Notes bio-bibliographiques. - M. C., iv, 1871-72, p. 203.
    Hist. miss. Inde, Tab. alph. - Vingt ans dans l'Inde, p. 166.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1904, p. 337.


    "
    • Numéro : 697
    • Année : None