Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean GINHOUX

[4116] GINHOUX Jean Missionnaire Kontum ------------ Jean GINHOUX naquit le 29 janvier 1934, à Saint Etienne, paroisse St.Ennemond, alors diocèse de Lyon, département de la Loire. Il était le second d'une famille très unie qui comptait trois enfants: deux filles et un garçon. Son père était originaire de Monistrol (Haute-Loire)
Add this

    [4116] GINHOUX Jean

    Missionnaire

    Kontum
    ------------

    Jean GINHOUX naquit le 29 janvier 1934, à Saint Etienne, paroisse St.Ennemond, alors diocèse de Lyon, département de la Loire. Il était le second d'une famille très unie qui comptait trois enfants: deux filles et un garçon. Son père était originaire de Monistrol (Haute-Loire)

    Après ses études primaires à l'école paroissiale de la Grande Eglise, à St Etienne, Jean entra en sixième au Pensionnat St. Louis, dirigé par les Frères des Ecoles Chrétiennes où il accomplit tout le cycle de ses études secondaires.

    Le 25 août 1952, il adressa sa demande d'admission au séminaire des Missions Etrangères; en 1948, au cours d'un camp de vacances en Savoie, il avait connu M. Pierre Gauthier, membre de cette Société Missionnaire. Admis le 2 septembre 1952, après avoir passé avec succès sa seconde partie du baccalauréat, à la session de septembre, il arriva à Bièvres le 1 octobre 1952. Agrégé temporaire à la Société le 17 décembre 1954, tonsuré le 18 décembre 1954, il reçut les premiers ordres mineurs le 29 mai 1955. Il accomplit alors son service militaire, d'abord à Clermont, puis à l'Ecole d'Officiers de Saint-Maixent, d'où il sortit spirant". Il fut ensuite envoyé en Algérie, comme sous-lieutenant, et enfin démobilisé avec le grade de lieutenant.

    Il reprit ses études au séminaire. Agrégé définitivement à la Société, le 19 décembre 1959, sous-diacre le 21 décembre 1959, diacre le 22 mai 1960, il reçut ce même jour, sa destination pour le vicariat apostolique de Kontum. Ordonné prêtre le 22 décembre 1960, à St.Etienne, par Mgr.Maziers, il fit quelques mois d'études catéchétiques à l'Institut Catholique de Paris, et partit effectivement pour sa mission le 8 décembre 1961.

    Arrivé à Kontum, M. Ginhoux s'initia à la langue viêtnamienne. Après un stage à Nhatrang et à Dalat, il continua cette étude chez un prêtre viêtnamien, dans la province de Pleiku. Il avait une bonne prononciation. Malheureusement, il fut obligé d'interrompre trop tôt ce travail de patience, car en 1964, il fut nommé professeur de français au petit séminaire de Kontum, à un moment où cette mission connaissait des conditions de travail et d'insécurité particulièrement dures. En effet, en 1964, cinq confrères de cette mission reçurent des rafales de mitraillette dans leur voiture. Heureusement "un ange gardien très malin et très rusé." les protégea.

    En 1966, du 3 avril au 21 juillet, M. Ginhoux prit un congé en France. Entre-temps, Mgr. Seitz, après bien des démarches et des pourparlers à Dalat, à Nhatrang, à Hué, à Saigon, avait résolu les problèmes posés par le déplacement, hors de Kontum, des classes supérieures de son petit sémiinaire. Enfin, en août 1966, par mesure de sécurité, il transfera son second cycle à Dalat, dans l'ancienne clinique du Dr.Sohier. Les élèves de troisième et au dessus, en tant qu' externes, prirent leurs cours au Collège d'Adran, dirigé à Dalat, par les Frères des Ecoles Chrétiennes. MM.Lange et Ginhoux les rejoignirent pour aider à l'enseignement dans ce collège.

    Après chacun de ses congés réguliers, en 1969 du 11 mai au 14 août, et en 1972, du 5 mai au 4 août, M.Ginhoux reprit sa charge d'enseignant au Collège d'Adran à Dalat, et sa vie ordinaire au milieu des séminaristes, à la "clinique Sohier". Il fut un professeur d'une conscience professionnelle remarquable et d'un talent remarqué. Mais sa connaissance insuffisante de la langue viêtnamienne fit naitre chez lui "un complexe" qui dégénéra en amertume, avec un sentiment de frustation.

    Sous la poussée des évènements politiques et militaires de mars 1975, le petit séminaire quitta Dalat pour se réfugier à Saïgon. Vers la fin du mois de mars 1975, M.Ginhoux, non sans mal, arriva à Saïgon. La situation empirant de jour en jour, et tout travail devenant impossible, il rentra en France le 1 avril 1975.

    Pendant l'année scolaire 1975-76, il suivit, à raison de deux jours par semaine des cours de recyclage théologique à l'Institut Catholique de Paris, et fit, en même temps, un stage pastoral dans la paroisse de Brétigny. Il s'adapta à merveille à ce ministère dans cette grande paroisse de banlieue parisienne.

    L'année scolaire terminée, M.Ginhoux s'orienta vers l'aumônerie militaire. Affecté à l'aumônerie de l'Air, à Aix-en-Provence, il y travailla du 1 septembre 1976. jusqu'au mois de juillet 1978. Son ministère y fut très apprécié. Le Vicariat aux Armées lui confia alors l'aumônerie de l'Ecole de l'Air à Salon-de-Provence. Avant de rejoindre ce poste, il alla passer quelques jours en famille. Le dimanche 16 juillet 1978, en visite chez des cousins, non loin de Monistrol; il se sentit indisposé. On lui proposa de le ramener à la maison. En cours de route, il s'affaissa, terrassé par une rupture d'anévrisme.

    Le 19 juillet 1978, dans l'après-midi, ses obsèques furent célébrées à Monistrol par Mgr. Vanel, Ordinaire aux Armées; une quarantaine de prêtres concélébrèrent avec lui. La dépouille mortelle de M.Ginhoux, après avoir reçu les honneurs militaires, fut transportée à St. Etienne, et déposée dans le caveau familial.
    Références bibliographiques

    CR 1962 p. 62. 1964 p. 39. 1965 p. 71. 72. 1966 p. 84. 1967 p. 65. 66. 1969 p. 73. BME 1952 p. 648. 1960 p. 460. 1961 p. 322. EPI 1962 p. 208. 596. 1965 p. 118. EC1 N° 524. 669. 693. 700. 764. 767. NS 2P51. 5P141. 142. 6P185. 12P380. 15P15. 16P48. 58. 21/C2.p. 213. 23/C2.p. 281. 24P315. 30P111. 38P49. 44P239. 53/C2. 56/C2. 85/C2. p. 130. 131. 133. 91P334. 122/C3. MEM 1978 p. 46.

    "
    • Numéro : 4116
    • Année : None