Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Charles Marius henri pierre GILHODES

GILHODES Charles (1870 - 1945) [2212] GILHODES Charles. Le 21 novembre 1945 s'éteignait doucement à la léproserie Saint Jean de Mandalay, le Père Charles Gilhodes, âgé de 75 ans, pionnier de la Mission Catchine dans la région de Bhamo.
Add this
    GILHODES

    Charles

    (1870 - 1945)

    [2212] GILHODES Charles. Le 21 novembre 1945 s'éteignait doucement à la léproserie Saint Jean de Mandalay, le Père Charles Gilhodes, âgé de 75 ans, pionnier de la Mission Catchine dans la région de Bhamo.

    Né le 12 mars 1870 à Sévérac l'Eglise, au diocèse de Rodez, Charles Gilhodes fit ses études au Petit Séminaire de Rodez puis il entra au Séminaire des Missions Etrangères et fut ordonné prêtre le 29 février 1896. Il reçut sa destination pour Mandalay où il arriva la même année. Il demeura un premier temps au milieu des Birmans, puis il fut envoyé dans le district de Bhamo pour travailler à l'évangélisation des Catchins.

    Bhamo jouissait alors d'une triste réputation, ce qui lui avait valu le titre de \Tombe du Blanc". Sur les montagnes à l'Est de la frontière chinoise vivent les Catchins, animistes, offrant des espoirs de conversions.

    Le Père Gilhodes fut le premier à s'établir parmi eux. Il étudia leur langue, leurs us et coutumes. Mais il n'ignora pas leurs défauts. Il s'établit d'abord à Tengkung, puis à Hkudong qui devait devenir sa résidence habituelle et point central de la Mission Catchin. La population, les Hkaoris, diffère un peu des vrais Catchins. C'est parmi eux que, pendant plus de quarante ans, il allait exercer sa patience et son zèle.

    La moisson s'annonçait belle et elle le fut. En 1904 , dans son compte rendu, le Père pouvait offrir plus de 115 baptêmes. Bientôt, il eut comme auxiliaire le Père Faucheux puis le Père Juéry. C'est avec le Père Juéry que le Père Gilhodes devait travailler et partager les joies et les peines. En effet, les succès des premiers jours n'allaient pas sans difficulté. Soudain l'heure des défections et des espoirs déçus arriva. Les causes : chez les chrétiens d'abord, et puis l'hostilité des païens à l'égard des chrétiens. Cela obligea le Père Gilhodes à être plus prudent et plus strict pour l'admission des nouveaux catéchumènes au baptême. Il y eut également un grand ralentissement dans les conversions.

    C'est alors que le Père mit son dernier espoir dans l'école pour instruire les enfants et les détacher peu à peu du paganisme. La Mission de Tongoo, tenue par les Pères Italiens lui fournit des instituteurs Carians. L'influence de ces écoles se manifesta très vite. L'école de Hkudong était la plus importante. De ce fait, pour l'éducation des filles, le Père conçut le projet d'établir un couvent à Hkudong, il appela pour cela les Soeurs Franciscaines de Marie. Le centre de la Mission eut aussi son hôpital.

    Bien sûr, le Père devait s'occuper des choses matérielles, mais il ne négligeait pas les âmes dont il avait la charge. Bon lui-même, il le fut aussi envers les Catchins. Il les aima et les aida en tout.

    Les années s'écoulant, Bhamo et sa région fut cédé aux Pères Irlandais de Saint Columban pour devenir une mission indépendante.

    Le Père Gilhodes était âgé. A sa demande, on lui permit de demeurer avec ses enfants bien aimés. Mais la guerre survint.

    Au début, le Père put demeurer à Hkudong, puis il dut descendre à Bhamo avec les Soeurs Franciscaines de Marie. Puis à la fin de la guerre, devant l'avance des alliés, tout le monde fut emmené à Mandalay et interner.

    Mgr. Falière réussit à obtenir sa libération... Le voyage avait duré 13 jours. A son arrivée, tout heureux de se retrouver à la léproserie avec les confrères , le Père se trouvait dans un état lamentable. On le soigna le mieux possible, mais le Père Gilhodes n'en pouvait plus et c'est le 21 novembre, jour de la fête de la Présentation de la Vierge, que le Père Gilhodes rendit son âme à Dieu. Depuis, tous ses efforts semés dans le tourment et dans les difficultés de toutes sortes ont porté leurs fruits. La vie Chrétienne chez les Catchins se fortifie de jour en jour.





    Références biographiques
    AME 1886 p. 531. 1923 p. 51. 1926-27 p. 215 sq. 243. 1938 p. 188. CR 1896 p. 275. 331. 1897 p. 229. 1898 p. 225. 1900 p. 203. 1902 p. 241. 1903 p. 343. 344. 1904 p. 234. 1905 p. 227. 1906 p. 218. 1907 p. 254. 1908 p. 225. 226. 1909 p. 216. 1910 p. 247. 1911 p. 224. 1912 p. 367. 1913 p. 272. 1914 p. 113. 1915 p. 133. 1916 p. 157. 1918 p. 102. 1919 p. 101. 167. 189. 1920 p. 67. 1921 p. 114. 115. 117. 118. 1922 p. 136. 1923 p. 146 sq. 1924 p. 117. 1925 p. 127. 1926 p. 140. 141. 1927 p. 137. 138. 1928 p. 142. 1931 p. 231. 1932 p. 256. 1933 p. 217. 304. 1934 p. 194. 1935 p. 199. 1936 p. 190. 191. 1937 p. 194. 1938 p. 198. 1939 p. 181. 1947 p. 297. 1961 p. 79.BME 1922 p. 381. 514. 1923 p. 263. 1924 p. 125. 127. 186. 189. 238. 1925 p. 57. 1926 p. 190. 385. 1927 p. 189. 576. photo p. 193. 765. 1928 p. 58. 379. 1931 p. 537. 1932 p. 69. 1933 photo p. 100. 1935 p. 291. 373. 1936 p. 915. 1937 p. 602. 1938 p. 199. 1940 p. 144. 218. 1941 p. 119. 205. 1948 p. 135. 136. 250. 1955 p. 653 sq. Miss. Cath. 27P366. - 38P372. EC RBac N° 442.

    "
    • Numéro : 2212
    • Année : None