Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Lucien Louis GIBERT

[ 3156 ] GIBERT Lucien, Louis, Eugène Missionnaire Mandchourie Septentrionale - Kirin ----------------
Add this
    [ 3156 ] GIBERT Lucien, Louis, Eugène

    Missionnaire

    Mandchourie Septentrionale - Kirin

    ----------------

    Lucien, Louis, Eugène GIBERT naquit le 25 mars 1888, à Equeurdreville, diocèse de Coutances, département de la Manche. Il était le troisième d'une famille de onze enfants. Son père était premier maitre infirmier. Lucien se distingua dans la troupe théâtrale du patronage paroissial. Elève brillant et espiègle, après ses études primaires à Equeurdreville, il entra au collège diocésain de Valognes où ses études secondaires furent interrompues par la saisie de certaines caricatures. Il s'en alla finir ses humanités à Biville.

    Le 8 octobre 1906, M.Lucien Gibert arriva laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Ses études cléricales furent interrompues par le service militaire en qualité de chasseur à pied, à Commercy (Meuse). Tonsuré le 20 septembre 1907, minoré le 27 septembre 1908, sous-diacre le 29 septembre 1912, diacre le 21 décembre 1912, ordonné prêtre le 8 mars 1913, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie Septentrionale (Kirin) qu'il partit rejoindre le 14 mai 1913.

    Après une initiation à la langue chinoise, il fut nommé supérieur et professeur au grand séminaire de Kirin, nouvellement installé à l'automne de 1913, à une demi-heure de l'évêché. Il y avait alors douze séminaristes, divisés en deux cours. M.Gibert féru de liturgie, enthousiaste de chant grégorien enseigna jusqu'en 1917. Cependant en 1914, mobilisable, il se rendit à Tien-tsin , mais fut renvoyé en Mandchourie avec un sursis illimité à titre de supérieur de grand séminaire. A l'automne de 1917, les derniers théologiens étant ordonnés prêtres, faute d'élèves, la mission ferma pour un temps le grand séminaire. M.Gibert fut mis à la tête du district de Long-Wan, où il travailla en 1917-1918.

    En 1918-1919, il fut envoyé à Harbin, puis revint à Kirin, chez M.Cubizolles. En 1923, la cathédrale de Kirin ayant été ouverte au culte, l'église provisoire devint un local disponible que M.Gibert aménagea en salle de cinéma, de théâtre et de conférences. Le 20 septembre 1923, il inaugura l'oeuvre des conférences qui comportait une partie récréative. Faisant imprimer ces exposés, il en distribuait le texte à ses auditeurs, sous forme de tracts. Les élèves du grand séminaire remplissaient souvent le rôle de conférenciers. Très vite, la salle devint trop petite. En 1924, l'auditoire comprenait de mille à mille cinq cents personnes.

    . Vers la fin de 1923, M.Cubizolles partit en congé en France. M.Gibert prit alors la direction du district de Kirin. Vers 1924, il ouvrit une école primaire de filles à Kirin, dans le faubourg de l'Est. En 1925, il lança l'oeuvre des Etudiants, sorte de Foyer avec salles de jeux et de réunions où se tinrent cercles d'études et conférences périodiques. En 1926, l'état de siège ayant duré une très grande partie de l'hiver pour la ville de Kirin, l'oeuvre des conférences en souffrit, toute réunion étant interdite pendant cette période.

    En mai 1929, M.Gibert fut élu délégué suppléant à la réunion du groupe pour la préparation de l'Assemblée Générale de 1930. En 1931, il fut chargé du district de Ou-kia-tchoun. Le 18 septembre 1931, les forces japonaises occupèrent Moukden, et six semaines plus tard, toute la Mandchourie qui devint le \Mandchoukouo". Le prince Pou-Yi, ancien empereur de Chine détrôné en 1912, fut le premier président de la république de ce nouvel Etat. Alors, aux environs de Ou-kia-tchoun 20.000 soldats chinois et brigands, fraternisèrent en vue de marcher sur Chang-chun (Hsin-King), la nouvelle capitale. Les troubles et l'insécurité de la région, ainsi que la surexcitation des esprits permirent à M.Gibert, tout en visitant son poste, de passer une partie de son temps à la procure de Chang-chun, pour mettre au point un "Dictionnaire historique et géographique de la Mandchourie". Le 17 octobre 1933, il partit à Hong-Kong pour faire imprimer son ouvrage; durant son absence, M.Roland administra le poste de Ou-kia-tchan.

    Dans la nuit du 5 au 6 janvier 1935, M.Gibert arriva à Kirin, et repartit peu après pour Moukden où, pendant une semaine, il assuma la présidence d'une réunion préparatoire à la Conférence des Ordinaires qui se tint le mois suivant à Hsin-King. Il assuma la charge de secrétaire du Bureau de la Représentation du Saint-Siège auprès du gouvernement du Mandchoukouo. En 1935, le district de Chang-chun lui fut confié; c'est là que le 22 mai 1938, il fêta solennellement ses noces d'argent sacerdotales. En 1939, il prit la voie de mer pour rentrer en France où il arriva le 24 mai suivant. Le 9 février 1940, il s'embarqua pour Kirin, et au matin de Pâques, le 24 mars 1940, il retrouva Hsin-King. A ses fonctions ordinaires, il ajouta aussi la charge du district de Kieou-Tai, situé à une heure de chemin de fer de la capitale, puis celle de procureur de la mission succédant à M.Sagard, décédé du typhus, le 11 février 1946.

    En 1949, sous le régime communiste, M.Gibert fut contraint à élever des lapins. A l'automne de 1951, arrêtés à Chang-chun par les nouveaux maitres, Mgr.Gapais, M.Gibert et quatre autres missionnaires furent emprisonnés sur place, un mois durant, dépouillés de tout, et enfin expulsés vers Hong-Kong, où ils arrivèrent le 1 janvier 1952. Le 20 février 1952, M.Gibert débarqua à Marseille.

    En résidences successives à Lisieux, puis à Cuverville, M.Gibert travailla en liaison avec le service missionnaire de la Société. Il fit des séjours prolongés à l'exposition missionnaire de Lourdes. De mai 1958 à septembre 1963, il fut supérieur de la résidence de Lille, succédant à M.Beaudeaux. Puis,il revint à Paris, comme archviste-adjoint de la Société et en juin 1967, se retira à Montbeton où il décéda le 21 mai 1968.

    Homme joyeux et plein d'humour, courtois et serviable, ouvert aux goûts de son temps, M. Gibert aima toujours écrire. Il rédigea des relations de voyage et autres notes auto-biographiques, des plaquettes sur des thèmes missionnaires. Il consacra un fort volume au Bienheureux Lanchon des Pieux, martyr de la Révolution, son cousin. La généalogie étant son "violon d'Ingres", il fit des recherches et composa une brochure sur les de Belleville, seigneurs.équeurdrevillais qu'il comptait parmi ses ancêtres.

    Décembre 1997

    Bibliographie

    "Dictionnaire historique et géographique de la Mandchourie" 1040 pages 1934, Hong-Kong Nazareth.
    1937, il lance la Revue Catholique " Yué-K'an", mensuel de 12 à 16 pages.

    Brochures:

    "Le vicariat Apostolique de la Mandchourie Septentrionale, de 1898 à 1920. Hong-Kong - 1922
    "La Colonie Saint Joseph de Tongken" 1928

    Références biographiques

    AME 1913 p. 216. 217. 1931 p. 158. 162. 1935 p. 231. CR 1913 p. 311. 1914 p. 41. 1916 p. 60. 1919 p. 31. 1920 p. 21. 1923 p. 50. 1926 p. 37. 1927 p. 38. 1930 p. 61. 1931 p. 62. 1932 p. 72. 73. 1933 p. 55. 1934 p. 44. 1947 p. 16. 1949 p. 28. 1951 p. 21. 1968 p. 67. BME 1929 p. 427. 428. 1931 p. 142. 409. 410. 411. 442. 832. 1932 p. 364. 610. 775. 1933 p. 926. 1934 p. 222. 409. 1935 p. 260. 501. 557. photo p. 1. 1936 photo p. 586. 1938 p. 42. 462. 834. 835. 1939 p. 411. 638. 716. 1940 p. 408. 1941 p. 96. 323. 1952 p. 48. 129. 278. 1957 p. 1106. 1958 p. 657. 1959 p. 369. EPI 1963 p. 593. Enc. PdM. 13P4. EC1 N° 122. 158. 169. 403. 418. 511. 514. 609. 628. 642. 656. 728. 740. 747. EC2 N° 1P2. 3P60. 9P258. 89/C2. 91P337. MEM 1961-69 p. 35.


    Bibliographie

    "Dictionnaire Historique et Géographique de la Mandchourie", 1040 p. Nazareth, HKG.
    "Vicariat apostolique de la Mandchourie septentrionale", 85 p. Nazareth, HKG.




    "
    • Numéro : 3156
    • Année : None