Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul Jules GIARD

GIARD Paul (1883-1914)
Add this
    GIARD Paul

    (1883-1914)


    [2942] GIARD Paul, naquit le 15 janvier 1883 à Valenciennes, dans le diocèse de Cambrai (Nord). Après les études primaires, il entra au Collège de N-D. de Valenciennes. Après la mort de ses parents, il se sentit appelé au sacerdoce. Il quitta le collège pour entrer au Petit Séminaire de Cambrai. À la fin de sa réthorique, il entra aux Missions Étrangères, le 11 septembre 1902. Dans la prière et l'étude, il se prépara au sacerdoce, mais il dut quitter la France avant d'avoir reçu les Saints Ordres. En effet, il fut un des aspirants qui, à la fin de 1906, allèrent terminer leurs études au Collège général de Penang, en Malaisie. Il fut ordonné prêtre le 7 juillet 1907. Puis, il partit pour l'Inde, débarqua à Negapatnam et se rendit à Pondichéry, le 10 juillet 1907.

    Il fut envoyé à Tindivanam, où il fut vicaire pendant un an, et curé le reste de sa vie, de 1908 à 1914. Tindivanam se trouve à environ 40 km de Pondichéry. C'était une importante chrétienté, dans laquelle étaient groupées toutes les oeuvres du district. Il y avait un couvent de Religieuses de St Joseph de Cluny, un orphelinat de filles, un dispensaire, un orphelinat de garçons et une école industrielle; ces deux établissements étaient confiés aux Frères de St Gabriel de St Laurent sur Sèvres. Bon nombre de chrétiens étaient disséminés dans plusieurs villages, assez éloignés du chef-lieu.

    Le Père Giard se mit résolument à l'ouvrage. Il acheva d'abord la construction d'une chapelle dans le poste le plus stérile de tout le district. Puis il fit des plans pour la construction d'une autre chapelle dans une fervente chrétienté qui n'en avait point. Puis, il construisit une troisième chapelle dans un village d'anciens chrétiens. Alors, il songea à une église convenable pour Tindivanam. Il commença la construction de cette nouvelle église, mais au bout de quatre mois, il fut forcé de s'arrêter. Le 19 juillet 1914, la fièvre le saisit. Le jeudi 23, nouvelle attaque de fièvre, et le vendredi 24, il fut pris de frissons. La fièvre monta jusqu'à plus de 42°. Il reçut les derniers sacrements en pleine connaissance. Puis il tomba dans le coma, et le samedi 25 juillet, il rendit le dernier soupir.

    Une grande foule de chrétiens vint à ses funérailles. Quelques païens eux-mêmes, passant au-dessus des usages de la caste, réclamèrent l'honneur de porter son cercueil. Il repose maintenant à l'ombre de son église de Tindivanam.



    Références bibliographiques

    AME 1907 p. 381. CR 1907 p. 325. 1914 p. 132. 208. 1922 p. 145. 1923 p. 160. 1925 p. 134. BME 1926 p. 62. APF 1915 p. 79. MC 1912 p. 207. 280. 400. 1913 p. 314. S.R. Cambrai 1912 p. 764.

    • Numéro : 2942
    • Année : None