Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Noël Julien GHIER

[ 2931 ] GHIER Noël, Julien, Léonce Missionnaire - Provicaire Birmanie Septentrionale - Mandalay ----------- Noël, Julien, Léonce GHIER naquit le 25 décembre 1882, à Eperlecques, diocèse d'Arras, département du Pas-de-Calais.
Add this
    [ 2931 ] GHIER Noël, Julien, Léonce

    Missionnaire - Provicaire

    Birmanie Septentrionale - Mandalay

    -----------

    Noël, Julien, Léonce GHIER naquit le 25 décembre 1882, à Eperlecques, diocèse d'Arras, département du Pas-de-Calais.

    Il fit ses études primaires à l'école des Frères dans son village natal. Elève studieux, très intelligent, brillant, il obtint son certificat d'études à l'âge de neuf ans. Un de ses oncles prêtre l'initia aux rudiments de la langue latine et l'envoya au petit séminaire d'Arras. Il en sortit bachelier. Il reçut la tonsure le 23 mars 1902.

    Le 14 janvier 1904, M. Ghier entra au séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 26 février 1905, sous-diacre le 10 mars 1906, diacre le 22 septembre 1906, il partit, le 6 décembre 1906, continuer ses études théologiques au Collège Général de Penang, pour éviter un rappel sous les drapeaux, car la Loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat venait de supprimer l'exemption du service militaire en faveur des clercs. Ordonné prêtre à Penang, le 10 mars 1907, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Birmanie Septentrionale, (Mandalay), qu'il partit rejoindre le 14 avril 1907.

    M.Ghier passa quelques mois à Mandalay et à Maymyo, pour apprendre l'anglais; en novembre 1908, les besoins des différents postes exigeant quelques changements, il s'installa à demeure à Bhamo, chrétienté éloignée desservie à tour de rôle, par MM. Roche et Faucheux. Il n'y passa qu'une année environ, car, souffrant de l'asthme, il n'aurait pas résisté longtemps au climat de Bhamo.

    En 1910, il fut envoyé à Shwebo, comme vicaire de M.Jean Herr. Celui-ci lui confia, avec l'aide du P. Tobias, l'administration des quatre villages du sud de son district. M. Ghier se mit à l'étude de la langue birmane, et se fixa à Payan, village entièrement birman dont il s'efforça de faire une paroisse modèle. ..\ Je me suis improvisé professeur de plain-chant , écrit il dans son compte-rendu de 1910; nous avons messe chantée et Salut du St.Sacrement, chaque dimanche..."

    M.Michel Giraud étant décédé à Mandalay le 26 mars 1911, M. Ghier lui succéda comme procureur de la Mission, aumônier du couvent des orphelines et auxiliaire de M.Darne, à la cathédrale.

    Le 26 janvier 1928, sur ordre de la Faculté, M.Ghier rentra en France. Alors qu'il se soignait à Montbeton. il eût la visite inopinée de deux gendarmes qui le conduisirent à Toulouse, où il fut mis en liberté surveillée, parce que ses papiers militaires n'étaient pas en règle. Pendant la guerre, en effet, un Anglais qui faisait fonction de consul de France à Rangoon, n'avait pas pris les mesures administratives requises par l'autorité militaire. Mgr. de Guébriant et M. Bernat firent pour lui les démarches nécessaires pour qu'il ne soit plus inquiété.

    Le 10 janvier 1931, à Mandalay, jour de la clôture de la retraite des missionnaires, Mgr.Falière confirma M. Ghier dans sa charge de procureur et en fit son provicaire. Le dimanche 20 novembre 1933, M. Ghier fêta solennellement à la cathédrale de Mandalay, ses vingt cinq ans de sacerdoce.

    Le 3 octobre 1935, M.Jean Herr décéda; M.Ghier qui, en 1910, avait été son vicaire, présida à ses funérailles. En 1936, le jour du vendredi saint, une forte et sérieuse crise d'asthme le conduisit à l'hôpital , et l'obligea à prendre du repos en Inde, chez son compatriote, M. Capelle, de la mission de Salem. Cela lui donna l'occasion de visiter presque toutes les missions de la Société, en Inde. Le 13 novembre 1936, il reprit le bâteau pour Rangoon.

    Vers juin 1940, en raison de sa santé déficiente, M.Ghier quitta son travail à la procure et demanda sa retraite. Mais, M. Jarre étant décédé le 31 mai 1940, il accepta, avec l'aide des professeurs du petit séminaire, d'aller le remplacer à la paroisse du Sacré-Cur à Maymyo, et de s'occuper du Couvent des Surs de Saint Joseph.

    Au début de 1943, les japonais étant devenus maitres du pays, réquisitionnèrent les bâtiments de la mission à Maymyo; ils regroupèrent missionnaires et religieuses à Mandalay. A la fin de janvier 1943, M. Ghier fut donc obligé de quitter Maymyo. A la libération, il aurait voulu regagner son poste, mais sa résidence avait été pillée et était à moitié détruite. Il resta donc à la Léproserie en attendant une remise en état. Sa santé se détériora rapidement et à deux reprises, il dût être hospitalisé d'urgence.

    C'est à l'hôpital de Mandalay que M. Ghier décéda, le 24 avril 1946, après de longues et cruelles souffrances, supportées avec la plus grande patience et résignation.



    Réf. biographiques. - AME 1907 p. 380. - CR 1907 p. 325. 1909 p. 215-17. 1910 p. 204-5. 1911 p. 222. 1919 p. 104. 1923 p. 249. 1947 p. 334. - BME 1924 p. 723-43. 1928 p. 183-85, 511, 763. 1931 p. 537. 1933 p. 143-44. 1935 p. 290, 373. 1936 p. 459, 532, 604-78-82, 919. 1937 p. 69, 146, 537, 602. 1938 p. 305. 1939 p. 441. 1940 p. 217, 434, 633. 1948 p. 250-51. 1949 p. 150. - PH 1927 p. 193. 1931 p. 536. 1932 p. 68. 1933 p. 100. - EC1 n° 149, 154-56-58-68, 445.





    "
    • Numéro : 2931
    • Année : None