Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Jean Marie GENDREAU

[1171] GENDREAU Pierre, Jean, Marie (Mgr) Vicaire Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) ----------------------
Add this

    [1171] GENDREAU Pierre, Jean, Marie (Mgr)

    Vicaire Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï)

    ----------------------

    Pierre, Jean, Marie GENDREAU naquit le 26 novembre 1850, à Le Poiré-sur-Vie, département de la Vendée, diocèse de Luçon. A la mort de sa mère, il fut élevé par une de ses tantes. Il fit ses études secondaires au petit séminaire des Sables d'Olonne, puis, à la rentrée d'octobre 1889, passa au grand séminaire de Luçon. Après avoir été infirmier en 1870 auprès des soldats français, il reprit ses études écclésiastiques au grand séminaire diocésain où il reçut les ordres mineurs le 3 juin 1871.

    Le 1 septembre 1871, M.Gendreau entra au séminaire des Missions Etrangères. Sous-diacre le 21 septembre 1872, diacre le 21 décembre 1872, il fut ordonné prêtre le 7 juin 1873, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental (Hanoï) qu'il partit rejoindre le 16 juillet 1873. Le Tonkin était à cette époque la terre des martyrs et remplissait d'enthousiasme les jeunes missionnaires.

    M.Gendreau arriva au Tonkin en des temps singulièrement troublés. Après la mort de Francis Garnier, (1873), ce fut l'insécurité renaissante, et les chrétiens en firent les frais: 3 prêtres, de nombreux catéchistes, des centaines de fidèles massacrés, quelques 25.000 chrétiens chassés de leurs villages rasés et brûlés. M.Gendreau commença l'étude de la langue viêtnamienne, à Ke-So, puis fut envoyé à Cham-Ha, vieille chrétienté sur les bords du Fleuve Rouge, non loin du séminaire de Hoang-Nguyên, pour s'initier aux us et coutumes du pays.

    En 1874, après avoir été chargé pendant quelques temps de l'aumônerie militaire à Hai-Phong, alors petit village où cantonnaient de nombreux soldats, Mgr. Puginier lui confia le soin de parcourir paroisses et chrétientés pour mener à bien le procès de plus de 400 martyrs commencé par MM.Cosserat et Bon. Pendant 10 ans, pieds nus, turban en tête, et deux caisses pour bagages, il parcourut la mission du Tonkin occidental, aidé par des catéchistes pour procéder à l'audition d'un millier de témoins, donnant à cette occasion, une vraie mission aux paroisses visitées. Servi par une excellente mémoire, il rédigea en viêtnamien et en latin les 80 volumes qui contiennent les ctes des martyrs".

    Suite à la demande de Mgr. Puginier, un Bref romain du 26 avril 1887, nommait M.Gendreau Evêque de Chrysopolis et Coadjuteur au Tonkin Occidental. Le nouvel élu fut sacré à Ke-So, le 16 octobre 1887. Mgr. Puginier voulut une cérémonie très solennelle; autour de tous les Evêques du Tonkin, du consécrateur et du consacré se rassemblèrent les autorités civiles, militaires et mandarinales, quelques 20.000 chrétiens, 70 prêtres, 200 séminaristes ou catéchistes.

    Mgr. Puginier décéda le 25 Avril 1892; Mgr Gendreau devint le chef de cet immense territoire s'allongeant depuis la frontière chinoise jusqu'au golfe du Tonkin et à la province de Thanh-Hoa incluse, sur une longueur de 600 kms. Même si la piraterie n'avait pas entièrement disparu, même si, en 1893, quelques chrétientés des districts de Nam-Xang, de Ngoc-Lu firent défection, sous la pression d' administrateurs hostiles, même si des accusations les plus ineptes étaient portées contre les chrétiens pour qu'ils renoncent à leur foi, la paix permit à la mission un développement important. Deux petits séminaires fonctionnaient l'un à Hoang-Nguyên, l'autre à Phuc-Nhac; Le grand séminaire et l'école des catéchistes étaient à Ke-So, et. dès 1894, des classes de doctrine étaient instituées dans toutes les chrétientés.

    En 1893, Mgr. Gendreau appela à Hanoï, les Frères des Ecoles Chrétiennes qui s'installèrent d'abord dans un rez-de chaussée de la rue Jules Ferry; en raison de leur rapide succès, ils construisirent, en 1894, un grand bâtiment scolaire qu'ils mirent sous le patronage de Mgr. Puginier.

    En octobre 1893, Mgr.Gendreau envoya deux catéchistes à Yen-Khuong, (Muong-Deng) dans le Chau Laos, pour préparer l'installation de M.Verbier auquel, l'année suivante, fut adjoint M.Soubeyre, en vue de relever les chrétientés ruinées par les évènements de 1885. Le 10 février 1895, M.Verbier fut assassiné à Yen-Khuong, tandis que M. Soubeyre parvint à s'échapper. Le projet fut repris et le 3 décembre 1898, M. Martin s'installa à Phong-Y à l'entrée des montagnes du Châu-Laos.

    Le 22 décembre 1894, vers 15 heures, Mgr Gendreau se rendait en pousse-pousse à l'inauguration de l'hôpital Lanessan à Hanoï, en compagnie de M.Lecornu, Un nommé Peretti qui se prétendait lésé par la mission, avait juré de se venger. Il tira un coup de feu sur Mgr. La balle frôla la poitrine du Vicaire Apostolique. Comme il se préparait à faire feu une seconde fois, un voisin le désarma.

    L'année 1895 fut celle des grandes fondations: Le 15 avril 1895, le Haut-Tonkin (Hung-Hoa) fut détaché du Tonkin Occidental, et créé Vicariat Apostolique. Le 15 octobre de cette même année, à Hanoï, MM. Ramond et Marcou reçurent la consécration épiscopale des mains de Mgr. Gendreau. Le premier se vit confier la nouvelle mission du Haut Tonkin, le second, la charge de Coadjuteur de Mgr. Gendreau. L'hôpital de la Mission, composé de trois pavillons, fut inauguré en novembre 1895, et confié aux soeurs de St. Paul de Chartres. Le 9 octobre 1895, des Carmélites venues de Saigon, prirent possession de leur nouveau monastère. A l'Ecole Ste.Marie déjà dirigée par les Soeurs de St.Paul de Chartres, on adjoignit un pensionnat.

    En accord avec les services de santé, Mgr. Gendreau entreprit en 1896, la construction d'une nouvelle léproserie à Phuc-Nhac, dans la province de Ninh-Binh, où affluèrent une centaine de malades. A Hanoï, le village où ceux-ci étaient regroupés, comptait, à cette époque, 400 âmes. En 1899, un projet de création de léproserie était en cours, dans la province de Thanh-Hoa.

    Mgr. Gendreau reconstruisit son grand séminaire, et inaugura, le 1 août 1899 avec 18 élèves, un cours spécial de philosophie. Pour son seul vicariat, et pendant la durée de son épiscopat, il a ordonné 270 prêtres viêtnamiens.

    Le 2 juillet 1899, le Souverain Pontife publia le decret déclarant qu'on pouvait avec assurance, procéder à la béatification "de neuf Evêques ou prêtres de la Société des Missions Etrangères et de quarante de leurs compagnons". Le plus beau rêve de Mgr.Gendreau se réalisait. Acccompagné de M. Lecornu et du P.Ky, Mgr partit donc pour Rome et assista dans la basilique St.Pierre, à cette béatification solennelle le 27 mai 1900. Après un séjour en France, il reprit la route du Tonkin, le 16 décembre 1900, et présida de nombreux triduums en l'honneur des bienheureux martyrs. Le 15 avril 1901, le Tonkin maritime fut détaché du Tonkin Occidental et érigé en Vicariat Apostolique, confié à Mgr.Marcou.

    En 1904, les soeurs furent chassées des établissements publics qu'elles dirigeaient; la Mission dût céder son hôpital au Protectorat; Mgr. Gendreau s'éleva contre ces lois de laïcisation. Quelques années plus tard, il fit connaitre et appliquer les directives de l'Eglise sur la communion fréquente, et le culte eucharistique, qu'il expliqua dans de nombreuses lettres pastorales.et lors de ses tournées apostoliques, véritables expéditions missionnaires. A celles-ci, qui l'amenaient parfois jusqu'aux postes les plus reculés de la mission, il réservait six mois de l'année. Il y fût fidèle jusqu'à la dernière année de sa vie; c'était la rencontre d'un père avec ses fils, quelle que fût leur condition sociale, le contact avec les non chrétiens, et l'occasion de ranimer la foi, d'encourager la construction et la rénovation de nombreuses églises et chapelles.

    Fidèle à une ancienne tradition, pour assurer l'avenir de son Eglise, Mgr. Gendreau demanda un Coadjuteur. Le 22 juin 1911, Rome lui donna, Mr.Bigolet auquel il conféra la consécration épiscopale à Keso, le 12 novembre 1911. Ce dernier décéda à Hong-Kong, le 23 mai 1923. Mgr. Gendreau reprit alors la direction du Vicariat. Le 22 Novembre 1925, dans la grande église de Keso, il sacra M.François Chaize, son nouveau Coadjuteur, nommé le 17 mai 1925. Mgr.Aiuti, Délégué Apostolique présida cette fête.

    La grande guerre amena la mobilisation des jeunes missionnaires. La paix revenue,apparurent des situations et des besoins nouveaux qu'il fallut étudier. A cette fin, Mgr. Gendreau participa à l'Assemblée Générale tenue à Hong-Kong, du 9 février au 22 mars 1921,pour réformer le Règlement et traiter des intérêts généraux de la Société des Missions Etrangères. L'année suivante, le St.Siège envoya en Indochine, en tant que Visiteur Apostolique, Mgr. Lécroart, Vicaire Apostolique du Tcheli Sud-Est,. Du 16 au 30 décembre 1922, celui-ci séjourna dans les principaux centres du Vicariat de Hanoï. Cette visite fut suivie, au début de février 1923, de la réunion à Phat-Diêm de tous les supérieurs des missions du Tonkin; pendant plusieurs jours, sous la présidence de Mgr. le Visiteur, y furent étudiés les problèmes propres à l'évangélisation, à l'enseignement, à la presse viêtnamienne. On y décida la création d'un journal catholique "Trung-Hoa" dont le premier numéro parut le 8 septembre 1923, et l'ouverture en septembre 1924, à Nam-Dinh, d' une école normale confiée aux Frères des Ecoles Chrétiennes, pour la formation de maitres catholiques. En 1925, Rome envoya un Délégué Apostolique pour se rendre compte des besoins d'un ministère pastoral en perpétuel devenir.

    Les bâtiments de la communauté de Hanoï étaient vétustes. Sous l'impulsion de M.Dépaulis, sortirent de terre des maisons de rapport, un probatorium, des écoles paroissiales, une procure moderne. Une maison chargée d'histoire fut épargnée, celle de Mgr. Puginier, car Mgr. Gendreau n'aurait jamais permis sa disparition.

    Le besoin de renouveler les méthodes d'évangélisation se faisant sentir, Mgr. Gendreau n'hésita pas à faire appel à diverses congrégations religieuses: Pères Rédemptoristes canadiens en 1927, Sulpiciens en 1929, Dominicains en 1930.

    Le 26 avril 1930, il s'embarqua pour Marseille pour participer à la seconde Assemblée Générale de la Société des Missions Etrangères, qui s'ouvrit à Paris le 15 juillet 1930. A cette occasion, il se rendit à Rome où il fut reçu en audience privée par Pie XI le 16 juin 1930. A Paris, le cardinal Verdier, Paul Doumer, le maréchal Joffre l'accueillirent, et en Vendée ce fut l'apothéose.Après s'être rendu en pélerin dans les grands centres mariaux de France, le 11 novembre 1930, il repartit pour Hanoï.où se tint, du 26 au 29 novembre 1931,un Congrès Eucharistique qui attira une affluence considérable de chrétiens de toute origine et venus de partout.

    En 1933, Mgr.Gendreau célébra dans l'intimité ses 60 ans de prêtrise; il inaugura la maison Lacordaire et le Séminaire St. Sulpice dont il fut un ardent promoteur et encouragea les nombreux et divers mouvements d'Action Catholique. Du 16 novembre au 5 décembre 1934 se déroula à Hanoï le "concile plénier d'Indochine"; en raison de son état de santé, Mgr. Gendreau ne pût assister qu'à la cérémonie de clôture.

    Au début de 1935, ses forces déclinèrent rapidement. Le 2 Février 1935, il reçut le sacrement des malades des mains de son Coadjuteur. Il séteignit doucement le jeudi 7 février 1935, vers midi, à la clinique St. Paul de Hanoï. Sa dépouille mortelle fut transportée dans la vaste salle de l'école paroissiale aménagée en chapelle ardente où vinrent s'incliner les plus hautes autorités et les plus humbles chrétiens.

    Mgr. Gendreau avait demandé "qu'à son enterrement, l'on se borne aux prescriptions du cérémonial des Evêques". Le samedi 9 février1935, dans la cathédrale de Hanoï se déroulèrent ses funérailles. Conduit ensuite à l'ancienne cathédrale de Ke-So, après la messe solennelle célébrée par Mgr. Marcou, ses restes mortels y furent inhumés, le 11 février 1935, auprès de ses illustres prédécesseurs NN.SS. Retord et Puginier qu'il tenait en singulière vénération.




    GENDREAU

    Pierre

    (1850 - 1935)

    [1171]

    GENDREAU Pierre, Jean-Marie.

    Références biographiques
    AME 1889 p. 90. 1890 p. 282. 283. 1895 p. 282. 366. 1896 p. 572. Lettres 1892 p. 572. 1893 p. 645. 1895 p. 381. 1898 p. 86. 1899 p. 210. 272. 1900 p. 165. 169. 180. 184. 187. 189. 190. 257. 1901 p. 74. 75. 1902 p. 180 (art.). 183. 184. 324 (note). 1903 p. 8. 1905 p. 54. 316 (art.). 1906 p. 187. 1907 p. 52 (art.). 143. 349. 1908 p. 118. 1909 p. 123. 1910 p. 40. 1912 p. 104. 106. 217 (art.). 1913 p. 171. 317. 1917 p. 81. 1919-20 p. 2 (art.). 284. 1922 p. 15. 1923 p. 68. 109. 1924 p. 28. 1925 p. 14. 1926-27 p. 153 (art.). 173. 309. 333. 382. 476. 1928 p. 150. 152. 153. 210. 1929 p. 75. 196. 1930 p. 168. 171. 203. 212. 213. 214. 260. photo p. 202. 1931 p. 85. 110. 111. 1932 p. 69. 76 (note). 94. 242. 1933 p. 97. 138. 149. 195 + photo. 196. 206. 1934 p. 39. 56. 75. 88. 181. 1935 p. 19. 20. 23. 25. 52. 88. 95. 130. 1936 p. 42. 103. 1937 p. 7. 10. 11 + photo. 12. 74. 1939 p. 149 + photo.150. CR 1874 p. 47. 1882 p. 62. 1887 p. 126. 1889 p. 121. 1890 p. 241. 252. 1892 p. 154-166. 304. 306. 307. 308. 310. 311. 312. 1893 p. 161-177. 325. 327. 328. 1894 p. 178-196. 407. 1895 p. 3. 185-193. 353. 356. 1896 p. 161-171. 1897 p. 134-146. 357. 359. 377. 1898 p. 138-146. 1899 p. 169-175. 391. 1900 p. 138. 257. 433. 434. 435. 1901 p. 139. 144. 1902 p. 152-166. 175. 176. 186. 193. 1903 p. 140-147. 160. 361. 417. 418. 419. 420. 1904 p. 153-159. 168. 358. 371. 372. 383. 390. 391. 1905 p. 128-136. 352. 1906 p. 138-144. 363. 1907 p. 165-172. 195. 396. 397. 407. 1908 p. 147-156. 313. 1909 p. 144-149. 1910 p. 145-154. 384. 1911 p. 126-135. 1912 p. 6. 172. 335. 506. 1913 p. 180-193. 201. 1914 p. 68. 1915 p. 92. 1916 p. 189. 1917 p. 76-82. 1918 p. 58-62. 71. 72. 73. 1919 p. 66. 224. 1921 p. 68. 169. 170. 171. 200. 201. 1922 p. 181. 1923 p. 101-104. 188. 189. 190. 191. 206. 1924 p. 78-81. 1925 p. 86. 89. 94. 98. 166. 1927 p. 92. 1928 p. 95. 96. 1929 p. 129. 130. 317. 322. 1930 p. 143. 145. 148. 244. 296. 1931 p. 138. 329. 330. 331. 337. 338. 1935 p. 116. 117. 118. 120. 122. 133. 242. 263 : notice. 265. 266. 267. 1936 p. 302. 303. 1937 p. 114. 266. 1939 p. 250. 1940 p. 121. 122. 124. 125. 145. 146. 1947 p. 185. 218. 219. 280. 1949 p. 177. 180. 1950 p. 166. 170. 174. 175. 1951 p. 166. 167. BME 1922 p. 31. 33. 311. 441. 637. 1923 p. 737. photo p. 299. 1924 p. 117. 331. 397. 1926 p. 52. 1927 p. 255. 758. 1928 p. 372. 436. 1929 p. 719. photo p. 368. 1930 p. 248. 607. 671. photo p. 748. 1931 p. 160. 1932 p. 621. 731. 733. photo p. 727. 1933 p. 454. 514. photo p. 397. 452. 602. 1934 p. 643. 644. 1935 p. 58. 200. 202. 203. 240. 273. 890. photo p. 148. 1937 p. 131. 1938 p. 78. 1958 p. 660 (note). EC1 N° 40. 86. 126. 198. 199. 200. 202. 206. 207. 209. 306.



    Février 1995

    Mémorial Mgr. GENDREAU Pierre,Jean, Marie page


    "
    • Numéro : 1171
    • Année : None