Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre Marie Victor GAYET

GAYET Pierre (1872-1952) [2198] GAYET Pierre, est né le 5 mars 1872 à Nouvoiton, dans le diocèse de Rennes. Durant ses études secondaires, il fut un brillant élève. Il fut admis au Séminaire des Missions Étrangères, et fut ordonné prêtre le 21 septembre 1895. Destiné à la mission de Pondichéry, il partit le 4 décembre suivant. Peu de temps après son arrivée à Pondichéry, il fut envoyé à Chandernagore, vicaire du Père Bottero, le futur fondateur du diocèse de Kumbakonam.
Add this
    GAYET Pierre

    (1872-1952)


    [2198] GAYET Pierre, est né le 5 mars 1872 à Nouvoiton, dans le diocèse de Rennes. Durant ses études secondaires, il fut un brillant élève. Il fut admis au Séminaire des Missions Étrangères, et fut ordonné prêtre le 21 septembre 1895. Destiné à la mission de Pondichéry, il partit le 4 décembre suivant. Peu de temps après son arrivée à Pondichéry, il fut envoyé à Chandernagore, vicaire du Père Bottero, le futur fondateur du diocèse de Kumbakonam.

    Chandernagore, situé près de Calcutta, bien loin de Pondichéry, avait été confié aux Pères des Missions Étrangères de Pondichéry, car les deux villes étaient des comptoirs français aux Indes. Dans sa nouvelle paroisse, le Père Gayet connut des Indiens de toutes les régions, des Anglais, des Français et des Européens d'un peu toutes les nationalités. Il apprit à parler plusieurs langues, surtout l'anglais, le bengali et le tamoul.

    Quand le Père Bottero fut nommé évêque de Kumbakonam, le Père Gayet devint curé de Chandernagore. Il dut s'occuper, en plus de ses milliers de paroissiens, de deux orphelinats et d'un pensionnat dirigé par les Soeurs de St Joseph de Cluny. Il eut également de nombreux contacts avec les protestants et les nombreux non chrétiens de l'endroit. Il aimait Chandernagore. Mais en 1909, le nouvel archevêque, Mgr. Morel, lui demande de venir le remplacer comme directeur du Séminaire à Pondichéry. Il s'installa comme supérieur du Grand Séminaire le 15 août 1909. Son supériorat devait durer 36 ans.

    Les élèves n'étaient pas nombreux : seulement 15 grands séminaristes et 16 petits séminaristes de Pondichéry. Le Père Gayet enseigna la philosophie, et pour les autres cours, il était aidé de trois confrères. Il modernisa et répara les bâtiments -vieux et délabrés-, améliora le régime alimentaire et élargit les programmes d'étude. En 1914, la grande guerre vint stopper ses plans, car plusieurs professeurs durent partir aux armes et les subsides disparurent. Pour comble de malheur, un terrible cyclone s'abattit sur Pondichéry en 1916 et endommagea beaucoup les bâtiments. Le Père Gayet fit face : les professeurs mobilisés furent remplacés, le recrutement intensifié, ce qui obligea le transfert des petits séminaristes vers la ville de Cuddalore.

    Dans les années 30, les évêques concernés firent une demande à l'Oeuvre de Saint Pierre Apôtre à Rome, pour la construction d'un bâtiment plus grand dans la ville de Bangalore, dont le climat idéal pouvait permettre des études plus poussées. Ce fut en 1934 que le transfert du Séminaire de Pondichéry eut lieu à Bangalore. La rentrée et l'inauguration de ce nouveau Séminaire St Pierre eut lieu en août 1934 avec 71 séminaristes et 6 professeurs, venus des diocèses du sud de l'Inde : Pondichéry, Salem, Coïmbatore, Mysore et Bangalore. En 1940, le Père Gayet eut la joie de voir un de ses anciens élèves accéder à l'épiscopat : Mgr. Oobagarasamy Bernadotte, qui succéda, à Coïmbatore, à Mgr. Tournier. Ainsi, un ancien élève du Séminaire de Pondichéry devint le premier évêque indien d'un des anciens diocèses MEP. En 1948, ce fut Mgr. Mark Gopu, ancien élève du Séminaire de Pondichéry qui devint évêque auxiliaire de Pondichéry et fut promu en 1953 comme archevêque à Hyderabad.

    En 1945, après six ans de supériorat, il eut encore la joie de fêter ses noces d'or sacerdotales au milieu de ses élèves, actuels ou anciens, et avec la présence des évêques de la Province de Pondichéry. Puis, il quitta sa charge. Il devint aumônier des Soeurs de St Joseph de Cluny, sur la montagne de Yerkaud, près de Salem. Après une grave maladie, en 1950, il se retira à l'hôpital Ste Marthe de Bangalore. C'est là qu'il est décédé. Le 10 octobre 1952, on le trouva affaissé dans sa chambre. Le Père Trideau, aumônier, lui administra l'Extrême Onction. Il fut inhumé dans l'enclos du Séminaire St Pierre, près de la grotte de N-D. de Lourdes, à quelques pas de la Salle des Exercices, où sa chaude voix se fatigua si souvent à instiller dans le coeur de ses séminaristes un peu de l'ardeur dont le sien débordait.



    Références bibliographiques

    AME 1896 p. 436. 1898 p. 116. 1902 p. 171sq. 1934 p. 836. 1938 p. 106. CR 1895 p. 332. 1897 p. 250. 1911 p. 241. 1916 p. 162. 1925 p. 132. 134. 1926 p. 147. 215. 1934 p. 206. 268. 269. 1950 p. 153. 1952 p. 95. 1953 p. 74. BME 1922 p. 38. 579. 1924 p. 190. 338. 1925 p. 440. 1929 p. 702. 1930 p. 752. 1931 p. 163. 460. 1932 p. 148. 228. 231. 306. 475. 478. 560. 879. 962. 1933 p. 230. 258. 390. 313. 953. 1934 p. 358. 506. 591. 1935 p. 165. 907. 1936 p. 218. 462. 1938 p. 350. 413. 709. 1939 p. 441. 1941 p. 277. 637. 1949 p. 364. 1951 p. 151. 152. 1952 p. 714. 765. 766. 1954 p. 705. 1098. 1957 p. 657. MC 1934 p. 367. 1935 p. 198. 1937 p. 340. 453. 1938 p. 452. 1940 p. 125. R.MEP. n° 134 p. 40. EC1 N° 431. 526.

    • Numéro : 2198
    • Année : None