Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean DENIS GAUTHIER

[417]. GAUTHIER, Jean-Denis, premier vicaire apostolique du Tonkin méridional, naquit à Montaigu (Jura) le 13 novembre 1810. Entré diacre au Séminaire des M.-E. le 30 août 1833, il reçut le sacerdoce le 20 décembre 1834, et partit pour le Tonkin occidental le 15 mars 1835. Cette région étant alors bouleversée par la persécution, il connut tout d'abord de bien pénibles moments ; mais il était doué d'une rare énergie. En vertu d'un bref du 10 décembre 1839, il fut, en 1841, nommé évêque d'Emmaüs et coadjuteur de Mgr Retord, qui le sacra à Ke-non le 6 février 1842.
Add this
    [417]. GAUTHIER, Jean-Denis, premier vicaire apostolique du Tonkin méridional, naquit à Montaigu (Jura) le 13 novembre 1810. Entré diacre au Séminaire des M.-E. le 30 août 1833, il reçut le sacerdoce le 20 décembre 1834, et partit pour le Tonkin occidental le 15 mars 1835. Cette région étant alors bouleversée par la persécution, il connut tout d'abord de bien pénibles moments ; mais il était doué d'une rare énergie. En vertu d'un bref du 10 décembre 1839, il fut, en 1841, nommé évêque d'Emmaüs et coadjuteur de Mgr Retord, qui le sacra à Ke-non le 6 février 1842. Il administra spécialement la partie méridionale de la mission.
    Cette région ayant été séparée de la partie occidentale, et créée vicariat apostolique sous le nom de Tonkin méridional par une bulle du 27 mars 1846, Gauthier en devint le chef, et prit pour coadjuteur G.-C. Masson qu'il tenait en très haute estime. Le nouveau vicariat comptait 66 350 chrétiens répartis en 345 villages et formant 19 districts ; il comprenait 220 religieuses, 75 catéchistes, 290 élèves-catéchistes, 35 prêtres indigènes et 4 missionnaires. Les quinze premières années de l'épiscopat de Gauthier se passèrent au milieu des persécutions, ce qui ne l'empêcha pas de maintenir ses chrétiens dans la pratique des devoirs religieux, et d'essayer de faire évangéliser les sauvages. En 1859, sur le désir de l'amiral Rigault de Genouilly, il se rendit à bord d'un de nos navires de guerre. Il ne put rentrer au Tonkin qu'en 1863, après la conclusion de la paix.
    A ce moment, la mission était couverte de ruines ; il se mit aussitôt à les relever. En 1867, Tuduc lui demanda d'aller en France chercher les éléments nécessaires à la fondation d'un collège à Hué. Il y consentit ; mais quand il revint avec le personnel nécessaire, les sentiments du roi étaient changés, et la fondation du collège impossible.
    L'année suivante, il choisit pour nouveau coadjuteur Y.-M. Croc, qui était son provicaire depuis 1866. Cette même année, 1868, les ennemis des chrétiens, pour essayer de légitimer le pillage des églises de la province de Ha-tinh, l'accusèrent de vouloir empoisonner les puits et les rivières. Ils fabriquèrent une pièce qu'ils lui attribuèrent, et dans laquelle l'ordre était donné à cinq catholiques de répandre partout l'incendie et le poison. La calomnie avorta.
    En 1872, à la suite de l'expédition F. Garnier, la haine des lettrés se donna libre carrière contre les chrétiens, qu'ils appelaient les soutiens des Français. Tout en déclarant vouloir protéger les victimes, les mandarins encourageaient et aidaient les bourreaux. Les missionnaires jugèrent que, dans ces conditions, les catholiques pouvaient se défendre, et Mgr Gauthier adressa aux autorités tonkinoises une lettre dans laquelle il disait : \ Si le but que vous vous proposez est l'extermination des chrétiens, à quoi bon des détours ? Faites-le nous savoir officiellement, et nous irons tous, l'évêque et les missionnaires en tête, nous livrer aux bourreaux. Si tel n'est pas votre dessein, protégez-nous, non par des paroles, mais par des actes, ou bien nous nous défendrons nous-mêmes. "
    La tourmente cessa, et l'évêque commençait à réparer les désastres, lorsqu'il mourut le 8 décembre 1877 ; il fut inhumé dans le chur de l'église de Xa-doai. Durant sa longue administration, il ordonna 80 prêtres indigènes, dont 20 versèrent leur sang pour la foi. Ses lettres, généralement très brèves, condensent les faits et les idées d'une manière remarquable. Il jouissait d'une grande influence dans tout son vicariat.
    Armes. - Jusqu'en 1868 : De sable au pélican avec sa pitié d'argent, au chef cousu d'azur chargé d'un agneau pascal du second.
    Depuis 1868 : D'azur au monogramme de la sainte Vierge d'argent, surmontée d'une croisette tréflée et rayonnante d'or.
    Devise. - Spera in Deo.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 23 ; 1875, p. 30 ; 1876, p. 25 ; 1883, p. 14 ; 1885, pp. 155, 157, 158 ; 1899, p. 324. - A. P. F., xii, 1840, p. 505 ; xiv, 1842, Martyre de L. Loan, p. 276 ; xvii, 1845, p. 359 ; xviii, 1846, pp. 187, 470 ; xxi, 1849, p. 166 ; xxv, 1853, Personnel du vicariat du Tonkin méridional, p. 100 ; xxvii, 1855, p. 30 ; xxxi, 1859, pp. 129, 406 ; xxxiii, 1861, p. 333 ; xxxviii, 1866, p. 341 ; xxxix, 1867, p. 59 ; xl, 1868, p. 439 ; xliii, 1871, Impunité des persécuteurs, p. 235 ; Ib., p. 246 ; xlvi, 1874, Le Bouddhisme laotien, p. 336 ; Ib., p. 344 ; xlvii, 1875, p. 334 ; l, 1878, pp. 293 et suiv.
    A. S.-E., iv, 1852, pp. 374, 472 ; vii, 1855, Envoi de reliques, p. 143 ; viii, 1856, pp. 465, 467 ; xxii, 1870, pp. 20, 22 ; xxiii, 1872, p. 173 ; xxv, 1874, p. 27 ; xxvi, 1875, pp. 166, 311 ; xxviii, 1877, pp. 45, 317 ; xxix, 1878, p. 215. - M. C., i, 1868, Fondation du collège de Hué, p. 59 ; ii, 1869, p. 77 ; Ib., Persécution, p. 105 ; iv, 1871-72, p. 15 ; v, 1873, p. 619 ; vi, 1874, Situation au Tonkin, p. 197 ; Ib., La persécution, pp. 233 et suiv. ; Ib., Fin de l'insurrection, p. 602 ; vii, 1875, p. 146 ; Ib., Remèdes contre la rage et la lèpre, pp. 216, 240 ; Ib., pp. 318, 517 ; x, 1878, Sa mort, pp. 53, 71 ; Ib., Notice, p. 236.
    Sem. rel. Saint-Claude, 1868, pp. 329, 410 ; 1871, p. 499 ; 1872, p. 117 ; 1875, p. 165. - Sem. rel. Lyon, 1868, 2e sem., p. 968. - Sem. rel. Paris, 1866, A Paris avec deux mandarins, p. 679 ; 1867, pp. 106 et suiv., 731 ; 1868, p. 305. - Am. de la Rel., cxxii, 1844, pp. 183, 411.
    Hist. de l'int. fr. au Tonk., p. 272. - Le Tonk. de 1872 à 1886, pp. 21, 83, 309. - Nos miss. pat. et sav., p. 57. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - La Coch., rel., ii, p. 430. - La Coch. et le Tonk., pp. 373, 401. - La Franc. pont., ii, p. 689. - Arm. des Prél. franç., p. 257.
    Collect., 26 nov. 1853 : n° 1032 ; 31 juill. 1870 : nos 504, 1583, 2048 ; 14 mai 1872 : n° 154.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1878, p. 57.
    Biographie. - Mgr Gauthier et le vicariat du Tong-king méridional [avec portrait] par E.-C. Lesserteur (Extrait des Missions Catholiques), suivi de Quelques détails intimes sur Mgr Gauthier, par M. Frichot, et d'une lettre du même sur la Famine au Tong-king méridional. - Imprimerie J. Mayet et Cie, 20, rue Saint-Désiré, Lons-le-Saunier, 1879, in-8, pp. 24.
    Portrait. - M. C., x, 1878, p. 229. - Voir Biographie.


    "
    • Numéro : 417
    • Année : None