Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

marie andré GARIN

[1374]. GARIN, Marie-André, massacré en Annam, vint au monde le 25 (é) ou le 28 (m) mai 1854 dans la paroisse de Chevron, commune de Mercury-Gemilly (Savoie). Après quelques années d'étude aux petits séminaires de Saint-Pierre d'Albigny et de Moutiers, il entra laïque au Séminaire des M.-E. le 19 août 1874. Prêtre le 16 mars 1878, il fut envoyé le 16 avril suivant dans la Cochinchine orientale. Il étudia la langue à Lang-song, et accomplit ses premiers travaux dans le Quang-ngai, où il secourut activement les victimes de la famine et de l'inondation.
Add this
    [1374]. GARIN, Marie-André, massacré en Annam, vint au monde le 25 (é) ou le 28 (m) mai 1854 dans la paroisse de Chevron, commune de Mercury-Gemilly (Savoie). Après quelques années d'étude aux petits séminaires de Saint-Pierre d'Albigny et de Moutiers, il entra laïque au Séminaire des M.-E. le 19 août 1874. Prêtre le 16 mars 1878, il fut envoyé le 16 avril suivant dans la Cochinchine orientale. Il étudia la langue à Lang-song, et accomplit ses premiers travaux dans le Quang-ngai, où il secourut activement les victimes de la famine et de l'inondation. En 1880, il fonda une chrétienté à Van-bam et détermina de nombreuses conversions dans la région. Deux ans plus tard, il avait quarante stations, faisait élever ou restaurer plusieurs églises, installait un hôpital à Phu-hoa et deux établissements agricoles pour les orphelins. L'accroissement de son district fut tel qu'il fallut le diviser deux fois ; en dernier lieu, le missionnaire se fixa à Phuong-chuoi.
    La persécution de 1885 brisa cette féconde carrière. Voyant l'orage se former, et ne se faisant aucune illusion, malgré les assurances de paix du mandarin qui lui offrait un asile auprès de sa personne, il crut devoir quitter la chrétienté où il était, pour porter ses consolations à la paroisse de Phuong-chuoi ; mais à peine s'y trouva-t-il, que les païens l'assaillirent. On a dit qu'ils lui firent subir le supplice des cent plaies ; c'est une erreur : il fut brûlé vif dans l'église avec un grand nombre de ses chrétiens le 18 juillet 1885. Il avait, en sept années, baptisé 1 200 adultes et près de 10 000 enfants de païens.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1879, p. 48 ; 1882, p. 68 ; 1884, p. 104 ; 1903, p. 181. - A. P. F., lvii, 1875, p. 352. - M. C., xii, 1880, p. 50 ; xiv, 1882, Mission du Quang-ngai, p. 337 ; xvii, 1885, p. 385 ; xxi, 1889, Son martyre, p. 534. - Miss. Quinhon. Mém., 1907, pp. [24] [32].
    Les miss. de Tarent., p. 30. - Nos miss., Notice, p. 245. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1885, p. 219.
    Portrait. - A. P. F., lvii, 1885, p. 327.


    • Numéro : 1374
    • Année : None