Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

jean auguste GALLON

[1372]. GALLON, Jean-Auguste, vint au monde à Saint-Sauveur (Puy-de-Dôme) le 14 décembre 1853. Entré laïque au Séminaire des M.-E. le 6 octobre 1874, il reçut la prêtrise le 16 mars 1878, et partit pour le Tonkin méridional le 16 avril suivant. Après avoir étudié l'annamite à Van-loc, il alla, en juillet 1879, dans le Bo-chinh. Grâce à son zèle, les apostats de Kinh-tanh, de Phu-kinh et de plusieurs autres villages, revinrent aux pratiques du christianisme.
Add this
    [1372]. GALLON, Jean-Auguste, vint au monde à Saint-Sauveur (Puy-de-Dôme) le 14 décembre 1853. Entré laïque au Séminaire des M.-E. le 6 octobre 1874, il reçut la prêtrise le 16 mars 1878, et partit pour le Tonkin méridional le 16 avril suivant. Après avoir étudié l'annamite à Van-loc, il alla, en juillet 1879, dans le Bo-chinh. Grâce à son zèle, les apostats de Kinh-tanh, de Phu-kinh et de plusieurs autres villages, revinrent aux pratiques du christianisme. En 1880, Mgr Croc lui confia le poste de Nghia-yen (Nghe-yen), province de Ha-tinh, où il redoubla d'efforts auprès des infidèles ; il détermina des conversions à Cho-thuong et à Can-ky, éleva à Nghia-yen une église dont la bénédiction fut faite le 21 novembre 1883 ; il réforma le couvent des religieuses de Tho-ki, et le transféra dans l'ancienne maison de la Sainte-Enfance ; il établit à Bai-mot, à ses frais, plusieurs familles chrétiennes.
    Pendant la guerre franco-chinoise, il défendit, en novembre 1885, son poste avec beaucoup de vaillance. Sous son impulsion, ses chrétiens tinrent tête à cinq ou six mille rebelles, et quand Nghia-yen eut été débloqué par une colonne française, il mit tout en œuvre pour protéger ses autres paroisses. La paix revenue, il s'appliquait à rapatrier ceux de ses néophytes que les hostilités avaient forcés à la fuite, lorsque, le 22 août 1886, il fut mordu par un chien enragé, en défendant un jeune homme. Il absorba aussitôt un remède annamite, mais n'en ressentit pas l'effet espéré. Le 4 novembre suivant, il rendait le dernier soupir à Nghia-yen ; il fut enterré dans l'église de cette paroisse.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1884, p. 93 ; 1885, p. 78 ; 1886, p. 93 ; 1887, p. 137. - Sem. rel. Clermont, 1879, p. 210 ; 1884, Les chrétiens du Tonkin, p. 908 ; 1886, p. 76 ; Ib., La persécution en Annam, p. 288 ; 1887, Notice, p. 24.
    Notice nécrologique. - C.-R., 1887, p. 225.


    • Numéro : 1372
    • Année : None