Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Joseph marie paul GAILLARD

[ 2253 ] GAILLARD Joseph, Marie, Paul Missionnaire Haut-Tonkin (Hung-Hoa) -------------- Joseph, Marie, Paul GAILLARD naquit dans une famille aisée, et profondément chrétienne, le 4 février 1874, à Marvejols, département de la Lozère, diocèse de Mende.;Il était l'ainé de cinq enfants et avait à peine six ans lorsqu'il perdit sa mère. sa plus jeune soeur entra dans la congrégation des Dames de Saint Maur. Son père, homme de droiture et de foi profonde, dirigeait une maison de commerce.
Add this
    [ 2253 ] GAILLARD Joseph, Marie, Paul

    Missionnaire

    Haut-Tonkin (Hung-Hoa)

    --------------

    Joseph, Marie, Paul GAILLARD naquit dans une famille aisée, et profondément chrétienne, le 4 février 1874, à Marvejols, département de la Lozère, diocèse de Mende.;Il était l'ainé de cinq enfants et avait à peine six ans lorsqu'il perdit sa mère. sa plus jeune soeur entra dans la congrégation des Dames de Saint Maur. Son père, homme de droiture et de foi profonde, dirigeait une maison de commerce.

    Il fut d'abord élève externe au Collège écclésiastique de Marvejols, puis on l'envoya au petit séminaire de Mende où il fut un brillant élève. Pendant les vacances, le père l'emmenait avec lui, lors des tournées électorales où la Religion était attaquée; tous les deux s'enrôlaient comme brancardiers à Lourdes, ils firent ensemble un pélerinage à Rome, alors que Joseph venait de terminer sa réthorique. En 1890, .il entra au Grand Séminaire de Mende, dirigé par M.de Ligonnès, futur évêque de Rodez,.y passa deux ans, et y reçut la tonsure le 11 juin 1892.

    Le 12 septembre 1892, il arriva au séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 15 octobre 1893, sous-diacre le 29 février 1896, diacre le 28 juin 1896, il fut ordonné prêtre le 27 septembre 1896, et reçut sa destination pour le nouveau Vicariat Apostolique du Haut-Tonkin (Hung-Hoa) qu'il partit rejoindre le 4 novembre 1896, à bord du Saghalien.

    Arrivé à Hung-Hoa, le 20 décembre 1896, il passa environ un an et demi à l'êvéché pour apprendre la langue viêtnamienne. Avec ardeur, il se livra à cette étude. En Juin 1898, Mgr. Ramond l'envoya à Yên-Bay remplacer M.Girod, fondateur de ce poste, obligé de rentrer en France pour refaire sa santé. M.Gaillard y exerça la charge d'aumônier militaire et s'occupa avec zèle des cinq chrétientés qui entouraient ce poste.

    Dans le cours de l'année 1899, M. Girod étant de retour, M.Gaillard fut alors affecté au vaste district de Yen-Tap, dirigé par M.Chatellier. En 1901, Mgr. Ramond rappela à Hung-Hoa M.Gaillard, et en fit son procureur. Dans ce poste de confiance, ce dernier déploya toutes les qualités d'intelligence et de sens pratique des affaires hérités de son père. Econome des deniers de la mission, il puisait fréquemment dans ses ressources personnelles pour soulager une infortune. Il fut en même temps curé de la cathédrale de Hung-Hoa. En 1905, à l'occasion des noces d'argent de prétrise de Mgr. Ramond, il organisa une impressionnante procession de la Fête-Dieu, à Hung-Hoa, présidée par le vicaire apostolique entouré de nombreux prêtres.

    En 1907, Mgr. Ramond confia à M.Gaillard l'important district de Hoang-Xa. Vers 1914, ce dernier fonda à cinq ou six kms de Hung-Hoa, sur la rive gauche de la Rivière Noire, la chrétienté de Xuan-Duong. Vers 1916, à l'occasion d'une tournée de vaccination, il remarqua au village de Mechom, situé dans son district, une hauteur appelée \colline de l'église". Après enquête, il apprit qu'il y avait eu là une chrétienté détruite lors des persécutions, et dont les chrétiens avaient été exilés. Depuis lors, le village n'avait cessé de dépérir. Bientôt quatre familles demandèrent à entrer en catéchuménat. M.Gaillard leur donna un catéchiste et leur construisit une petite chapelle en bambous.

    Homme zélé, au coeur compatissant, finement gai, plein de délicatesse, rude travailleur, il savait faire oublier les premiers mouvements de sa nature un peu vive.

    Pendant l'été de 1918, souffrant beaucoup d'une tumeur à la nuque, M.Gaillard alla consulter le docteur à Viêt-Tri. Celui-ci diagnostiqua un anthrax diffus, grave et très avancé, qu'il cautérisa. Malgré les soins des Soeurs de St. Paul de Chartres, à Son-Tây, M.Gaillard ne se remit jamais bien. En juin 1920, il fut pris de diarrhée, et le 16 août suivant il se rendit à Son-Tay; le médecin constata l'inflammation de l'appareil digestif. Malgré un séjour à Hong-Kong, en Septembre 1920, aucune amélioration ne se produisit, et Mgr. Ramond, arrivé à Hong-Kong, le 8 février 1921, lui demanda de rentrer à France le plus tôt possible.

    Après une traversée pénible, il fut hospitalisé dès son arrivée à Marseille. Il séjourna quelques temps à Montpellier. A Marvejols, il célébra dans l'intimité ses noces d'argent sacerdotales, puis alla se faire soigner à Paris. Le 14 novembre 1921, il arriva au sanatorium de Montbeton, où il s'éteignit le 20 décembre 1921, à 3 heures de l'après-midi. Il venait de demander à être seul pour dormir !..
    Références bibliographiques

    AME 1896 p. 621. 1917-18 p. 5. 284. 1922 p. 39. CR 1896 p. 332. 1898 p. 152. 153. 1899 p. 183. 1901 p. 152. 1904 p. 168. 1905 p. 142. 1906 p. 365. 1911 p. 150. 1912 p. 196. 1913 p. 203. 1915 p. 96. 1916 p. 112. 113. 1917 p. 86. 1918 p. 68. 1919 p. 72. 1921 p. 205. 1922 p. 202. 1926 p. 102. BME 1922 p. 68. 1951 p. 238. EC1 N° 1. 2. 5.





    "
    • Numéro : 2253
    • Année : None