Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Emile FROMENTOUX (1910-1995)

FROMENTOUX Émile (1910 - 1995) [3563] FROMENTOUX Émile, Alphonse, est né le 12 août 1910 à Nozières, canton de Lamastre, diocèse de Viviers (Ardèche), fils de Jérémie Fromentoux et de Mélanie Farre.
Add this

    [3563]  FROMENTOUX Émile, Alphonse, est né le 12 août 1910 à Nozières, canton de Lamastre, diocèse de Viviers (Ardèche), fils de Jérémie Fromentoux et de Mélanie Farre.

     

    Il fait ses études primaires à Molières de 1915 à 1921 et à St Félicien en 1921-1922, puis ses études secondaires au collège du Sacré Coeur à Annonay de 1923 à 1929. Ensuite, il est au Grand Séminaire de Viviers de 1929 à 1931, fait son service militaire à Lyon en 1931-1932, et entre au Séminaire des Missions Étrangères à Bièvres le 11 novembre 1932. En septembre 1933, il passe à la rue du Bac où il est ordonné prêtre le 5 juillet 1936 et destiné au vicariat apostolique de Séoul. Parti de Paris le 15 septembre 1936, il arrive à Séoul le 2 novembre suivant.

     

    Après avoir étudié les rudiments de la langue à Séoul, entre novembre 1936 et mai 1937, il est envoyé à Pyong-taik, à 60 km au sud de Séoul, assurer l'intérim du Père Molimard parti en congé en France. Il y reste jusqu'en avril 1938, puis va aider le Père Julien Gombert à Non-san durant quelques mois. Il va ensuite prendre la tête de la paroisse de Keum-sa-ri, dans l'arrondissement de Pouyo, à 25 km à l'ouest de Non-san, dans la province du Choung-chong méridional, une paroisse qui date du début du siècle. Il n'y reste guère qu'un an.

     

    En effet, en 1939, il est chargé d'organiser une nouvelle paroisse, détachée de la vieille paroisse de Haptok, à Tang-jin, un chef-lieu d'arrondissement situé tout à fait au nord de la province du Choung-chong méridional. Quelques mois après son arrivée à Tang-jin, le Père Fromentoux est mobilisé pour la guerre qui a éclaté en Europe et se rend à Shanghai où il est réformé. Revenu à son poste, il reçoit un nouvel ordre de mobilisation en mai 1940 et est une fois de plus réformé à Shanghai.

     

    À son retour en Corée, il est envoyé à la paroisse de Yang-ji, que d'autres appellent Nam-gok-ri, dans l'arrondissement de Yong-in, à une quarantaine de kilomètres au sud-est de Séoul. En raison de la méfiance croissante des Japonais et des restrictions qu'ils mettent à la liberté de mouvement, l'activité missionnaire subit bien des entraves; aussi, la capitulation japonaise de 1945 et le recouvrement de l'indépendance sont-ils accueillis avec soulagement. En 1947, pour commémorer le premier prêtre coréen, le bienheureux André Kim, martyr (et futur saint) qui a vécu sa jeunesse dans le voisinage avant d'aller à Macao se préparer au sacerdoce, il construit avec les chrétiens du lieu une petite "chapelle du Souvenir" à Yang-ji.

     

    En 1948, les missionnaires MEP de Séoul et de Taegu se retirent de ces deux vicariats pour, sous la direction de Mgr. Larribeau, nommé administrateur apostolique, prendre la responsabilité de la nouvelle préfecture apostolique qui vient d'être établie à Taejon. Le Père Fromentoux quitte donc Yang-ji et est nommé à la ville de Chang-hang, à l'extrémité sud-ouest de la nouvelle mission, où il restera jusqu'en 1952. Mais en août 1950, puis encore en janvier 1951, il a dû par deux fois chercher refuge à Pusan, dans le sud du pays, devant l'invasion des forces communistes de Corée du Nord.

     

    En 1952, il est nommé curé de la ville de Chon-an, à mi-chemin entre Séoul et Taegu, et y reste jusqu'en 1956. Il prend alors son premier congé en France, où il arrive vers la fin du mois de février et en repart en octobre. De retour en Corée, il est nommé économe régional et réside désormais à Séoul où il s'occupe de la liquidation de la trop grande maison régionale de l'époque et de la construction de maisons plus modestes à Séoul, Taegu et Andong, puis, surtout dans les premières années, il aide beaucoup les confrères à trouver les denrées alimentaires dont ils ont besoin et qui ne sont pas faciles à trouver. Il prend un congé en France en 1965 et retrouve ses fonctions d'économe régional à Séoul.

     

    Au printemps de 1985, comme il est âgé de 75 ans, il décide de prendre sa retraite en France et se rend à la maison de Lauris où il décède le 21 février 1995.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1936 p. 238. photo p. 284.

    CR 1936 p. 233. 1948 p. 12. 1950 p. 15. 1952 p. 19. 1953 p. 19. 1954 p. 32. 1955 p. 20 p. 1957 p. 25. 1961 p. 12. 1962 p. 22. 1963 p. 32. 1964 p. 28. 1965 p. 46. 1967 p. 40. 1969 p. 41. 1974-76 p. 70. AG80-81 p.78 - 80-82 p. 77 - 85/88.

    BME 1933 p. 83. 1936 p. 651. 688. 808. 885. 922. 1937 p. 339. 645. photo p. 41. 1938 p. 40. 458. 1939 p. 14. 635. 782. 1940 p. 109. 404. 477. 480. 545. 741. 743. 1941 p. 540. 1949 p. 107. 422. 766. 1950 p. 555. 719. 730. 752. 1951 p. 297. 564. 685. 753. 1953 p. 39. 98. 190. 472. 988. 1954 p. 467. 672. 1004. 1955 p. 33. 140. 239. 772. 1079. 1956 p. 264. 389. 1090. 1957 p. 57. 255. 751. 754. 1958 p. 65. 1959 p. 68. 163. 1960 p. 354. 356. 357. 453. 1961 p. 72. 306. 569.

    EPI 1962 p. 199. 1964 p. 858. 1965 p. 838.

    Hir n° 165 - 178/3 - 189.

    EC1 N° 254. 340. 486. 595. 607. 753. 768. NS. 7P204. 46P308. 175/553. 196/C2. 189.

     

    • Numéro : 3563
    • Pays : Corée
    • Année : 1936