Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis Marie FROGER (1867-1916)

FROGER Louis (1867-1916) [1972] FROGER Louis, naquit le 31 janvier 1867 à Beaupréau, en la paroisse Notre Dame, dans le diocèse d'Angers (Maine et Loire). Il grandit à Chalonnes, petite ville située au confluent de la rivière Layon et de la Loire. Sa famille s'était installée sur le côteau des Sablons, dans un très beau site. Cette belle nature donna sans doute au petit Louis des goûts artistiques et surtout, développa son vif attrait pour la peinture.
Add this

    [1972]  FROGER Louis, naquit le 31 janvier 1867 à Beaupréau, en la paroisse Notre Dame, dans le diocèse d'Angers (Maine et Loire). Il grandit à Chalonnes, petite ville située au confluent de la rivière Layon et de la Loire. Sa famille s'était installée sur le côteau des Sablons, dans un très beau site. Cette belle nature donna sans doute au petit Louis des goûts artistiques et surtout, développa son vif attrait pour la peinture.

     

    Il étudia au Pensionnat St Julien d'Angers, puis entra au Petit Séminaire de Beaupréau. Il y commença des études secondaires, mais finit ses études au Collège de Combrée, où il arriva en 1883 pour faire sa troisième. Après son baccalauréat, il revint à Chalonnes, puis alla à l'université catholique à Angers pour faire du Droit, puis un peu de notariat chez un maître qui l'apprécia beaucoup. À ses loisirs, il s'adonnait au dessin et à la peinture. Mais il voulait être missionnaire et entra laïc aux Missions Étrangères, le 15 septembre 1887. Ordonné prêtre le 27 septembre 1891, il partit le 11 novembre suivant pour la mission de Maissour, en Inde.

     

    L'évêque de Mysore, Mgr. Kleiner, ne tarda pas à apprécier ses qualités de professeur et d'éducateur. Il décida de l'envoyer en Angleterre pour y obtenir des diplômes universitaires, afin qu'il puisse enseigner dans les universités indiennes. Il commença par un séjour à Manchester, puis vint à Cambridge, où il obtint son Master es Arts).

     

    De retour en Inde, il est nommé principal et recteur du Collège universitaire St Joseph de Bangalore, fondé par les Pères MEP. Il se dépense sans compter, et bientôt, le Collège compte 700 étudiants. Bon administrateur, il enseigne en même temps dans les hautes classes. Il agrandit ensuite les bâtiments; en particulier, il ornera de ses belles peintures la nouvelle salle de théâtre, ainsi que les décors et les toiles de la scène.

     

    Malheureusement, sa santé robuste ne résista pas au surmenage. Il revint en France fin 1912 et essaya de refaire ses forces. Survint la guerre en 1914 . On lui demanda d'aller remplacer le procureur de Marseille.

    L'Inde aussi avait besoin de lui et on le rappela par télégramme. Il s'embarqua à Marseille le 4 octobre 1915. Il fut reçu à Bangalore comme un sauveur, par professeurs et étudiants. Il continuera son rectorat jusqu'en 1916. Alors une fièvre maligne s'empare de lui et le force à se faire hospitaliser à l'hôpital Ste Marthe. La fièvre typhoïde finira par l'emporter.

    Il expira le 4 octobre 1916. Mgr. Teyssier présida les obsèques à la cathédrale St Patrick, et dans son homélie, il se dit attristé de perdre si vite un prêtre de grand talent, d'une belle intelligence et d'une grande ardeur au travail.

     

    L'église était comble. Comme le Père Froger était aumônier militaire, on lui rendit les honneurs dus à son rang. Deux compagnies de cadets, précédés de la fanfare du régiment, accompagnèrent le corps placé sur l'affût d'un canon et traîné par six chevaux. Tous les officiers du régiment en uniforme étaient présents. Une immense foule de catholiques et de protestants, plusieurs ministres anglicans, et les élèves du Collège protestant de Bangalore s'étaient joints au Soeurs et élèves du Couvent du Bon Pasteur (voisin du Collège St Joseph), à l'orphelinat St Patrick, à beaucoup d'autres religieuses. Puis vinrent les étudiants du Collège St Joseph, les prêtres du diocèse, formant tous un cortège funèbre interminable pour aller de la cathédrale au cimetière.

     

    Les journaux comme le Daily Post écrivirent : "C'était un éducateur idéal, un superbe artiste, un ami sincère et charmant, un réel gentleman, un vrai prêtre de l'Église catholique, qui eut un rayonnement extraordinaire à Bangalore."

     

    On peut voir encore aujourd'hui les belles peintures qui ornent le réfectoire du Collège St Joseph. Mais surtout, on continue d'admirer un missionnaire MEP d'une haute qualité spirituelle et humaine. Le Collège du Père Froger, aujourd'hui affilié à l'université de Bangalore, et entre les mains des Pères Jésuites indiens, continue de prospérer et à donner l'éducation supérieure à des milliers d'étudiants.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    CR 1905 p. 252. 1907 p. 282. 1911 p. 244. 1913 p. 288. photo p. 34. 1915 p. 158. 1916 p. 167. 253. 1917 p. 149. 1937 p. 211. 1947 p. 235.

    BME 1926 p. 681. 1932 p. 882. 1935 p. 68. 1939 p. 588.

    • Numéro : 1972
    • Pays : Inde
    • Année : 1891