Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Etienne FREYNET (1853-1918)

[ 1421 ] FREYNET Etienne Missionnaire Birmanie Méridionale --------- Etienne FREYNET naquit le 26 juilllet 1853, à Lyon, paroisse N.D. - Saint Vincent, diocèse de Lyon, département du Rhône. Il reçut les ordres mineurs, le 26 mai 1877.
Add this

    Etienne FREYNET naquit le 26 juilllet 1853, à Lyon, paroisse N.D. - Saint Vincent, diocèse de Lyon, département du Rhône. Il reçut les ordres mineurs, le 26 mai 1877.

     

    Le 11 septembre 1877, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Sous-diacre le 21 septembre 1878, diacre le 8 mars 1879, ordonné prêtre le 20 septembre 1879, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Birmanie Méridionale qu'il partit rejoindre le 29 octobre 1879.

     

    À son arrivée, pour l'étude de l'anglais, M. Freynet fut envoyé chez M. Louis Bernard, aumônier à l'église Saint Jean-Baptiste, édifiée dans la partie nord de Rangoon, et réservée pour "cantonnements" aux troupes et hauts fonctionnaires du Gouvernement. Il travailla avec ardeur et quelques mois plus tard, il fut mis à Thonzé, à environ 70 milles au nord de Rangoon, sous la direction de M. Joseph Gandon dont il prit la succession en 1881. Il y bâtit une coquette église en 1882 et fonda une chrétienté à 47 milles de Thonzé; en 1885, il obtint du gouvernement, un emplacement à proximité de la gare. L'année suivante, il y construisit une maison-chapelle-école. Ce fut l'origine du district de Gyobingauk.

     

    En 1888, M. Freynet fut mis à la tête de l'imprimerie de la mission à Bassein. Il fit alors des voyages d'exploration sur toute la rivière entre Bassein et Kyonpaw. En 1890, à quelques 60 milles au nord de Bassein, et sur la rive droite du Daga, il bâtit une résidence à Pauksinbai (Paukseinbé/Pou-tsein-be) où il s'installa, après avoir quitté l'imprimerie. En 1891, pour sa première année en cette nouvelle chrétienté, il baptisa 116 adultes et Mgr. Bigandet en bénit l'église.

     

    En 1893, à Pauksinbai, M. Freynet tint bon dans son poste, malgré les difficultés crées par les anabaptistes américains, les fumeurs d'opium locaux birmans ou carians. Il envoya quatre jeunes filles au couvent de Rangoon, en vue de se consacrer à la vie religieuse. En 1894, il occupa une partie de son temps à construire une école de filles de 60 pieds de long sur 54 de large, et il se fit chef de chantier et maitre-charpentier.

     

    Éprouvé par la maladie, en 1895, il remit son poste à M. Iffly; rendu à la santé, à la demande son évêque, il s'offrit généreusement pour fonder un asile pour les lépreux, à Kemmendine (Kemmendure), à huit milles au nord de Rangon. Il se mit à la recherche des malades dans les rues, près des pagodes, sur les grands chemins et il les amena dans son "asile". Au début, que de difficultés il eut à surmonter, en raison de son caractère sévère. Mais il se montra homme de prière, courageux, patient, persévérant.

     

    En 1896, il avait déjà construit à Kemmendine une résidence avec dépendances, l'hôpital, et des petits pavillons en bois de teck prévus pour accueillir soixante dix malades. Ils étaient alors quarante dont onze catholiques. Sa léproserie était semblable à un village bien tenu. Au mois d'avril 1897, Mgr. Cardot fit la bénédiction solennelle de la chapelle toute en bois de teck, dédiée à Saint Joseph. Le 21 novembre 1898, six religieuses Franciscaines Missionnaires de Marie arrivèrent à Rangoon pour se consacrer au service des lépreux.

     

    En 1900, cinq religieuses franciscaines prodiguaient leurs soins aux 70 malades de cette léproserie. En 1901, le nombre de malades croissant, M.Freynet pensa à s'agrandir. En 1902, il doubla la surface de son terrain, acheva la construction d'une maison réservée aux Sœurs Franciscaines, ainsi qu'un premier bâtiment pour les femmes lépreuses.

     

    En octobre 1902, pour rétablir sa santé, M.Freynet rentra en France où il arriva le 16 novembre 1902. Le 22 octobre 1903, il reprit le chemin de sa mission.

     

    En 1905, le nouveau lieutenant-gouverneur, Sir Herbert Chirkell-White, à l'occasion de sa visite officielle à la léproserie, décora Mr.Freynet de la médaille "Kaiser-I-Hind", en reconnaissance des services rendus aux lépreux. Cette distinction lui valut une attention spéciale du Roi Georges V, lors de sa visite en Birmanie.

     

    En 1907, un nouveau traitement par l'inoculation d'un sérum donna des résultats remarquables, parmi lesquels la guérison complète de Sœur Catherine, de l'ordre des Sœurs de l'Apparition de Saint Joseph de Marseille. Elle travaillait à la léproserie de Kemmendine, et était atteinte de cette maladie, depuis dix ans. En 1909, la léproserie comptait 129 malades.

     

    En 1910, en raison de son mauvais état de santé, M. Freynet dut rentrer en France; La scène des adieux à ses lépreux fut particulièrement pathétique. M. Rieu lui succéda à la tête de cette œuvre.

     

    Revenu en France, M. Freynet résida tantôt au sanatorium de Montbeton, tantôt dans son diocèse. Pendant l'hiver 1916-1917, il se dévoua au service paroissial de la commune du Point-du-jour, près de Lyon. Puis il se retira définitivement à Montbeton où, le dimanche 28 avril 1918, à 20 heures, il rendit le dernier soupir entre les bras de M.Holhann supérieur de la maison par interim..

     

    Notes biographiques.

    AME 1911 p. 71A. 1912 p. 148, 273, 320. 1913 p. 155. 1917-18 p. 346. 1937 p. 175.

    CR 1879 p. 73. 1891 p. 195. 1893 p. 125. 1894 p. 247-48. 1895 p. 260. 1896 p. 262-72. 1897 p. 226. 1898 p. 219. 1900 p. 199. 1901 p. 202-8. 1902 p. 234. 1903 p. 227. 1905 p. 224. 1906 p. 210. 1907 p. 224. 1909 p. 215. 1910 p. 241. 1913 p. 267. 1914 p. 111. 1915 p. 124, 246. 1918 p. 128-69. 1926 p. 171.

    BME 1922 p. 587-90.

     

    • Numéro : 1421
    • Pays : Birmanie
    • Année : 1879