Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean FRAIX (1906-1945)

FRAIX Jean (1906 - 1945) [3419] FRAIX Jean, Francisque, est né le 1er décembre 1906 à Nabouzat (Puy-de-Dôme), au diocèse de Clermont. Il entre au Grand Séminaire diocèsain après ses études secondaires. Entré lecteur au Séminaire des Missions Etrangères le 20 septembre 1926, il termine son service militaire avec le grade de sous-lieutenant, est ordonné prêtre le 28 juin 1930 et part le 8 septembre suivant pour la Mission du Laos.
Add this

    [3419] FRAIX Jean, Francisque, est né le 1er décembre 1906 à Nabouzat (Puy-de-Dôme), au diocèse de Clermont. Il entre au Grand Séminaire diocèsain après ses études secondaires. Entré lecteur au Séminaire des Missions Etrangères le 20 septembre 1926, il termine son service militaire avec le grade de sous-lieutenant, est ordonné prêtre le 28 juin 1930 et part le 8 septembre suivant pour la Mission du Laos.

     

    Il étudie la langue à Tharae comme vicaire du Père Combourieu. En 1932, il s'établit dans la partie laotienne du vicariat à Dong Makba, où il va pendant trois ans mener de front l'évangélisation, le soin des chrétiens et les travaux matériels : palissade, cimetière, construction de la maison des Soeurs et d'une nouvelle église en briques. En 1935, Mgr. Gouin le nomme au Séminaire de Sriracha où il s'occupe, entre autres, de la vingtaine de séminaristes laotiens. Au bout de deux ans, en janvier 1938, il est nommé Supérieur du Probatorium à Nongseng ; il bâtit donc un superbe Petit Séminaire en briques et à étage de 40 mètres de long. En 1940, on y ajoutera une aile de 60 mètres de long du même style.

     

    Comme ses confrères du Nord-Est, le Père Fraix est expulsé du Siam fin novembre 1940 et doit se réfugier à Thakhek : tout ce qu'ils ont dû abandonner est pillé et détruit. Le Père Fraix est mobilisé comme lieutenant de réserve en Indochine. Au printemps 1941, il quitte l'armée et se met à l'étude de l'annamite. En novembre 1941, il regroupe la dizaine de séminaristes dispersés par la persécution. Finalement, c'est au Petit Séminaire de Huê, à Anninh, qu'ils continueront leurs études. Au milieu de l'année 1942, le Père Fraix rentre à Dong Makba : il s'intéresse surtout au poste de Ponkiou où il bâtit une église convenable et sait se faire aider par des catéchistes. En novembre 1944, Mgr. Thomine lui demande de le remplacer à Savannakhet. Le 9 mars 1945, c'est le coup de force des Japonais. Le Père Fraix est nommé aumônier des troupes de toute la région. Au  cours d'une tournée, il est pris par des maquisards laotiens qui le livrent aux Japonais : le Père Fraix est massacré près de Thakhek le 12 juillet 1945.

     

     

    Références biographiques

    AME 1930 p. 180. 217. 1938 p. 187.

    CR 1930 p. 249. 1931 p. 238. 1938 p. 203. 1939 p. 186. 187. 1940 p. 104. 1947 p. 150. 282.

    BME 1926 p. 579. 1930 p. 592. 757. 822. 1931 p. 8. 308. 1932 p. 227. 957. 1934 p. 505. 841. 1935 p. 749. 1936 p. 529. 1937 p. 669. 1938 p. 273. 275. 343. 412. 516. 629. 1939 p. 586. 1940 p. 146. 1941 p. 359. 361. 363. 365. 1951 p. 765. 1954 p. 801. 1956 p. 1096.

    ECM janvier/février 1946 p. 27. mars/avril 1946 p. 33. mai 1946 p. 88. juin/juillet 1946 p. 124. novembre/décembre 1946 p. 195. janvier 1947 p. 94.

    ME1 N°116 p. 8.

    Miss. Cath. 1938 p. 445A. 1940 p. 126. 1946 p. 12.

    EC RBac N° 111. 201. 206. 443. 450. 671.

     

    Bibliographie

    "Une Lumière s'est levée" p. 153. 156. 159. 170. par Mgr. Cl. Bayet.

     

     

    • Numéro : 3419
    • Pays : Laos
    • Année : 1930