Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre FRAINEAU (1847-1911)

[1156]. FRAINEAU, Pierre-Théodore, naquit à Jonzac (Charente-Inférieure) le 10 octobre 1847, fit ses études au séminaire-collège de Montlieu et au grand séminaire de La Rochelle. Il était désireux de se consacrer tout de suite à l'apostolat, mais son évêque, Mgr Thomas, manquant de prêtres, voulut le garder pendant quelque temps, et le nomma professeur dans l'établissement où il avait fait ses études, à Montlieu ; il y resta deux ans.
Add this

    [1156]. FRAINEAU, Pierre-Théodore, naquit à Jonzac (Charente-Inférieure) le 10 octobre 1847, fit ses études au séminaire-collège de Montlieu et au grand séminaire de La Rochelle. Il était désireux de se consacrer tout de suite à l’apostolat, mais son évêque, Mgr Thomas, manquant de prêtres, voulut le garder pendant quelque temps, et le nomma professeur dans l’établissement où il avait fait ses études, à Montlieu­ ; il y resta deux ans.

    Prêtre le 2 juillet 1871, il obtint l’année suivante l’autorisation de se présenter aux Missions-Etrangères­ ; il y arriva le 3 octobre 1872. Le 7 mai 1873, il partit pour le Japon qui commençait à jouir de la paix religieuse. L’année suivante, il fut chargé des chrétiens d’Urakami.

    En 1876, lors de la division du Japon en deux vicariats apostoliques, il fut affecté au Japon méridional. En 1877, il reçut en partage les îles Goto qui comptaient plusieurs milliers de catholiques, mais étaient dépourvues d’églises et de résidences. Il commença l’organisation de cette région. Devenu supérieur du séminaire de Nagasaki vers 1881, il le resta deux ans.

    En 1883, il se consacra à l’évangélisation des païens de la grande île de Kyu-shu, parcourut plusieurs provinces, entre autres le Bungo, et fit des conversions à Oita, Yamada, Itchimanda, etc. En 1885, il reprit la direction de la partie septentrionale des îles Goto.

    En 1889, il fut nommé par Mgr Cousin à Urakami où il devait travailler pendant 22 ans. Ses chrétiens dépassaient le nombre de 5000­ ; il les administra seul pendant six ans et développa chez eux les plus belles vertus. Il construisit une résidence, et commença une grande église que le manque de ressources ne lui permit pas d’achever. Il mourut à Urakami le 24 janvier 1911.

    Notes bio-bibliographiques.

    C.R., 1882, p. 16­ ; 1883, p. 86­ ; 1886, p. 23­ ; 1887, p. 36­ ; 1888, p. 24­ ; 1890, p. 29­ ; 1892, p. 40­ ; 1893, p. 61­; 1894, p. 63­ ; 1895, p. 67­ ; 1896, p. 60­ ; 1897, p. 53­ ; 1898, p. 49­ ; 1899, p. 25­ ; 1901, p. 24­ ; 1903, p. 17­ ; 1904, p. 19­ ; 1905, p. 17­ ; 1906, p. 25­ ; 1907, p. 24­ ; 1908, p. 14­ ; 1909, p. 23­ ; 1910, p. 20­ ; 1911, p. 19.

    A. P. F., lvi, 1884, Fondation de la mission d’Itchimanda, p. 97­ ; lvii, 1885, La mission du Bungo, p. 79.

    A.S.E., xlvi, 1895, pp. 88, 306, 391­ ; xlvii, 1896, pp. 78, 180, 364.

    M. C., xiv, 1882, p. 182­ ; xvii, 1885, p. 535­ ; xxxvi, 1904, Conversions à l’hôpital d’Urakami, p. 589.

    La Rel. de Jésus, ii, pp. 272, 451 et suiv., 461.

    • Numéro : 1156
    • Pays : Japon
    • Année : 1873