Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean-Baptiste FRAIGNEAU-JULIEN (1921-1982)

FRAIGNEAU-JULIEN Jean-Baptiste (1921 - 1982) [3754] FRAIGNEAU-JULIEN Jean-Baptiste, naquit à Paris (14ème arr.), le 10 décembre 1921. Il fit toutes ses études, de 1930 à 1938, à l'Institution Saint Vincent, à Senlis. Il entra aux Missions Etrangères le 21 octobre 1943. Durant son séjour de deux ans au Séminaire d'Issy les Moulineaux, il avait déjà passé une licence de Mathématiques Supérieurs. En effet, les Mathématiques et l'Astronomie furent la passion et le délassement de toute sa vie.
Add this

    [3754] FRAIGNEAU-JULIEN Jean-Baptiste, naquit à Paris (14ème arr.), le 10 décembre 1921. Il fit toutes ses études, de 1930 à 1938, à l'Institution Saint Vincent, à Senlis. Il entra aux Missions Etrangères le 21 octobre 1943. Durant son séjour de deux ans au Séminaire d'Issy les Moulineaux, il avait déjà passé une licence de Mathématiques Supérieurs. En effet, les Mathématiques et l'Astronomie furent la passion et le délassement de toute sa vie.

     

    Il fut ordonné prêtre le 29 juin 1946, et reçut sa destination pour le diocèse de Mysore. Il fut envoyé en Angleterre, à Cambridge, pour acquérir un diplôme qui lui permettrait d'enseigner dans le nouveau Collège universitaire de Mysore. On le chargea évidement d'une classe de Mathématiques. Ce fut une expérience malheureuse, car il avait un handicap d'élocution, et son niveau très élevé d'enseignement passait par dessus la tête de ses étudiants. Il ne put rester ; d'ailleurs, il eut une chute de motocyclette, et après son retour d'hôpital, il fut envoyé en paroisse.

     

    C'était à Kamakere, une région de langue kanara, où il devint vicaire du Père F. Legrand. Il devint curé de cette paroisse après le départ du Père Legrand pour les Nilgiris et y passa deux ans.

     

    En juin 1952, on l'envoya encore plus loin dans la brousse, quand il fut nommé curé de Parsegoundapalayam, une clairière au milieu de la grande forêt des Biligiris, montagnes qui séparent le plateau de Mysore de la plaine du pays tamoul.

     

    Il ajoute au Kanara l'étude de la langue Telugu (parlée en Andhra Pradesh) car ses chrétiens parlaient cette langue là. Il fut très dévoué au service de ses paroissiens. Il vécut dans l'isolement et la pauvreté, vivant au niveau de ses gens, se nourrissant comme eux de "ragui", sorte de millet assez indigeste. Pas de viande, sinon un poulet assez coriace à l'occasion d'une fête, ou un morceau de venaison quand un chasseur avait abattu un cerf. En période de Mousson, le village était coupé de l'extérieur, car les camions ne passaient pas les petites rivières de la forêt. Jean-Baptiste eut des douleurs d'estomac et il fallut aller se faire soigner. Son évêque le rappela alors à Mysore, et l'installa près de lui à l'évêché en qualité de secrétaire.

     

    Il y resta huit ans, assumant diverses fonctions. Comme il connaissait bien le Kanara, on le nomma membre de l'équipe de révision des prières en Kanara. Plus tard, il participa avec les Pères Capelle et Renard, à la rédaction d'un catéchisme dans cette langue. Il s'intéressa également à la liturgie, et se mit à préparer des feuilles de textes liturgiques pour les Messes du dimanche. En cela on peut dire qu'il fut un précurseur.

     

    En 1967, il retourna en paroisse et devint curé de Pandavapura, près de l'île de Seringapatnam. Les chrétiens étaient en général de vieille souche, mais perdus dans la masse non-chrétienne, et dispersés sur une vaste étendue. Le Père Fraigneau fut d'une grande régularité dans l'exercice de sa charge et ne refusait jamais un service. En 1976, il dut assumer la charge de professeur de français au Collège Sainte Philomène. Il le resta pendant 6 ans. En 1982, ayant atteint la limite d'âge, il devint aumônier des Religieuses brigittinnes, dans le Sud de la ville de Mysore, sur la Paroisse Sainte Thérèse.

     

    En septembre 1982, il dut se faire hospitaliser pour une opération de la prostate. Cette opération ne fut pas un succès, du fait d'une infection rénale. Le 15 septembre, Mgr. Fernandez vint lui conférer le sacrement des malades. Une pneumonie se déclara et il expira paisiblement le 19 septembre 1982.

     

    Il fut un missionnaire dont les activités intellectuelles ne l'empêchèrent pas d'être ouvert aux problèmes d'autrui, des jeunes et des petites gens qu'il savait aider sans qu'on le remarque. Il a quitté ce monde avec la même discrétion, répondant à l'appel du Seigneur qui a voulu qu'il repose dans cette Mission de Mysore, qu'il a servi fidèlement pendant 32 ans.

     

     

     

    Références biographiques

    CR 1947 p. 127. 1953 p. 72. 1956 p. 77. 1960 p. 87. 1961 p. 88. 1962 p. 102. 1963 p. 108. 1964 p. 71. 1965 p. 138. 1966 p. 182. 1967 p. 128. 1969 p. 146. 147. 1974-76 p. 195. AG80-81 p. 214. 1982 p. 212.

    BME 1950 p. 638. 639. 1952 p. 187. 1953 p. 604. 1956 p. 676. 1003. 1958 p. 655. 1959 p. 887.

    EC RBac N° 434. 446. 448. 468. 742. 749.

    NS 8P249. - 36P308. - 43P211. - 53/C2. - 58/C2. - 119/C2. - 12/C3. - A82/97ss.

     


     

     

     

    • Numéro : 3754
    • Pays : Inde
    • Année : 1949