Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Antoine FOURQUET (1872-1952)

FOURQUET Antoine (1872 - 1952) [2213] FOURQUET Antoine, Jean, Pierre, est né le 6 mars 1872 à Eus, au diocèse de Perpignan (Pyrénées Orientales). Il entre au Séminaire des Missions Étrangères le 29 janvier 1892. Ordonné prêtre le 29 février 1896, il part le 8 avril suivant pour la mission du Kouangtong.
Add this

    [2213]  FOURQUET Antoine, Jean, Pierre, est né le 6 mars 1872 à Eus, au diocèse de Perpignan (Pyrénées Orientales). Il entre au Séminaire des Missions Étrangères le 29 janvier 1892. Ordonné prêtre le 29 février 1896, il part le 8 avril suivant pour la mission du Kouangtong.

     

    Il est envoyé au district de Tungken, entre Canton et Hongkong. À peine a-t-il bâti résidences et chapelles à Cheung-shan-hao, Tsouk-yun-tao, Nga-you, qu'éclate l'insurrection des Boxers. Tous les missionnaires doivent se réfugier à la capitale. Le Père Fourquet est nommé interprète sur l'une des canonnières françaises. Il est ensuite nommé au district de Shan-seung. Il édifie encore une chapelle et fait plusieurs visites à Canton où il a fondé avec une religieuse française, Soeur Angélina, une communauté de vierges-catéchistes chinoises dont il devient tour à tour le conseiller, le directeur et le bienfaiteur.

     

    Mgr. Mérel le nomme procureur de la mission à Canton et en fait également son conseiller. Il bâtit le Collège du Sacré-Coeur confié aux Petits Frères Maristes. Il sera également le trait d'union entre les missions du sud de la Chine et le gouvernement provincial à Canton. Le Père Fourquet aura à démêler bien des affaires, sera berné par les fausses conversions de Mandchous et deviendra administrateur des "Sam Yun" : trois hôpitaux de vieillards, de sourds-muets et d'aveugles, auxquels fut adjointe une maternité. Plus tard une léproserie sera installée dans une île du fleuve de l'Est.

     

    En 1915, Mgr. Mérel démissionne et le Père Fourquet devient responsable de la mission, rendant service à tout le monde. Il fonde aussi l'Académie du Saint-Esprit pour l'éducation des jeunes filles de la classe élevée. À sa nomination comme vicaire apostolique de Canton, Mgr. de Guébriant confirme le Père Fourquet dans ses fonctions. Mgr. de Guébriant est bientôt nommé Supérieur général de la Société et c'est le Père Fourquet qui est nommé vicaire apostolique de Canton le 19 février 1923 et évêque de Themisonium le 24 février.

     

    Mgr. Fourquet fera appel aux Pères Rédemptoristes, mais leur Supérieur les dirigera finalement sur le Nord. Il désirera aussi établir à Canton un couvent de Carmélites, mais ce carmel prendra vite la route de Hongkong. Le premier souci de l'évêque sera de former un clergé indigène. Et finalement, il obtiendra comme auxiliaire Mgr. Boniface Yang, l'un des premiers évêques chinois. Bientôt le vicariat sera divisé en trois missions françaises, une italienne et deux américaines à quoi s'ajoutent une préfecture apostolique des Pères d'Issoudun et une enclave indépendante des Jésuites de Macao. Religieux et religieuses bâtissent leurs oeuvres : écoles, dispensaires, orphelinats, léproserie, etc. alors que le chaos règne partout depuis la proclamation de la République et que les communistes mettent le feu à la ville de Canton en 1926 ou 1927. Pendant l'occupation japonaise, Mgr. Fourquet rendra service à tous ceux qu'il pourra aider. En octobre 1946, lors de l'établissement de la hiérarchie, Mgr. Fourquet devient archevêque de Canton, mais ce n'est qu'en mars 1947 qu'il est confirmé et installé dans cette fonction par le pro-nonce, Mgr. Riberi. Mais il est déjà très fatigué et déprimé par tous les événements auxquels il a dû faire face. Il donne sa démission le 11 décembre 1947. Il devient alors archevêque titulaire de Cangra. Il avait déjà été décoré de l'Épi d'Or, mais avant qu'il ne quitte le pays, la ville de Canton lui décerne le titre de "citoyen d'honneur" et une clé en or lui est offerte à cette occasion.

     

    Mgr. Fourquet arrive en France le 1er avril 1948 et se retire à Montbeton le 27 juin 1949. Il y décède le 18 février 1952. Il est inhumé à Eus, en l'église du Haut.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1896 p. 531. 1914 p. 125. 138sq. 1919 p. 23. 1924 p. 75. 1925 p. 21. 1928 p. 51. 52. 209. 1929 p. 219. 1930 p. 121. 202. 203. 1931 p. 228. 1935 p. 91. 234. 1936 p. 51.

    CR 1896 p. 331. 1897 p. 110. 111. 1898 p. 127. 128. 1899 p. 160. 1901 p. 120. 1902 p. 137. 138. 143. 1903 p. 130. 1906 p. 393. 1907 p. 144. 145. 1908 p. 125. 1910 p. 134. 137. 1912 p. 158. 1913 p. 157. 159. 160. 1914 p. 64. 66. 1918 p. 52. 1921 p. 61. 62. 1922 p. 71. 74. 1923 p. 84. 1924 p. 64. 1925 p. 72. 1926 p. 76. 230. 1927 p. 69. 1928 p. 78. 176. 1929 p. 99. 344. 1934 p. 86. 1935 p. 89. 1936 p. 90. 1937 p. 91. 1938 p. 94. 1934 p. 85. 1940 p. 55. 1948 p. 50. 156. 246. 1949 p. 214. 1950 p. 49. 1952 p. 92. 95.

    BME 1922 p. 29. 376. 634. 678. photo p. 366. 1923 p. 189. 318. 647. 1924 photo p. 445. 1925 p. 51. 237. 1926 p. 387. 571. 637. 638. 1927 p. 443. 1928 p. 50. 1929 p. 296. 1930 photo p. 748. 1933 p. 127. 203. 445. 447. 1934 p. 344. 570. 1935 p. 54. photo p. 1. 1936 p. 743. 1937 p. 224. 233. photo p. 224. 229. 301. 1940 p. 272. 307. 309. 1941 photo p. 548. 715. 1948 p. 27. 28. 33. 44. 126. 127. 187. 190. 315. 1949 p. 534. 1951 p. 261. 377. 1952 p. 196. 208. 278.

    ECM 1942 p. 58. 191. 1946 p. 26. 1947 p. 93.

    MDA 1948 p. 62. 1949 p. 128. Notice nécro : DO 200-7.

    EC1 N°  201. 202. 205. 353. 449. 456. 460. 462. 463. 494. 498. 514.

    • Numéro : 2213
    • Pays : Chine
    • Année : 1896