Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Auguste FLACHÈRE (1885-1948)

FLACHERE Auguste (1885-1945)
Add this

    [3021]  FLACHÈRE Auguste, naquit le 15 septembre 1885 à Lavoûte-Chilhac, au diocèse du Puy (Hte Loire). Il fit ses études primaires chez les Frères des Écoles chrétiennes dans sa paroisse, et ses études secondaires au Petit Séminaire de la Chartreuse. En 1903, il passa sa première partie de baccalauréat, mais l'année suivante, ses maux d'estomac l'empêchèrent de se présenter à la seconde partie. Le 4 septembre 1904, il entra au Séminaire des Missions Étrangères et fut ordonné prêtre le 26 septembre 1909. Destiné à la Chine, il partit le 17 novembre 1909 pour la mission du Setchoan occidental. Il partit en compagnie de onze autres jeunes missionnaires, dont deux sont devenus archevêques : Mgr. Jantzen à Chungking, et Mgr. Larrart à Kweiyang. M. Flachère a publié le récit de son voyage de Paris à Chengtu sous le titre : "En route vers les idoles".

     

    En mars 1910, il arriva à Chengtu. Son évêque l'emmena en tournée dans le diocèse pour lui donner une idée de son champ d'apostolat, et au retour, il l'envoya dans un presbytère de campagne pour apprendre le chinois, sous la conduite d'un prêtre chinois et d'un séminariste comme interprète. En 1911, il subit une crise de paludisme, et au cours du mois d'août, son évêque le rappela à Chengtu, pour l'envoyer à l'extrême nord-ouest de la mission, en bordure d'un pays peuplé de tribus tibétaines. Il travailla dans ce coin des marches tibétaines jusqu'en 1914. Il a décrit sa vie missionnaire en Chine sous le titre du livre : "Sous la menace des idoles". Voici comment il raconte lui-même cet épisode de sa vie : "Quinze jours de voyage, huit en plaine sous une pluie torrentielle, et autant par des sentiers de montagne bordés de précipices, et j'arrive chez M. Laurent, un missionnaire lyonnais, dont je devins le vicaire. Vicaire à Touchen tse et à Yang héou pa de 1911 à 1914, je continue l'étude de la langue et j'administre les chrétientés par des prédications et l'enseignement du catéchisme, visite des chrétiens dispersés, organisation des écoles, visite des malades et mise en chantier d'une église."

     

    Pendant ce temps, c'est la chute de l'Empire millénaire et l'établissement de la République de Chine. En de nombreux endroits, la révolution cause des persécutions assez localisées. La région des marches tibétaines reste assez calme, bien que souvent soumise aux caprices des soldats et des bandits.

     

    Puis voici 1914, mobilisation des jeunes missionnaires et départ du Père Flachère. Il est réformé et va pouvoir continuer son apostolat en Chine. Il est nommé au district de Sieou Choui ho où il restera jusqu'en 1916. Après la mort de Mgr. Dunand, Mgr. Rouchouse devient vicaire apostolique de Chengtu. Il nomme le Père Flachère procureur de la mission, c'est à dire trésorier comptable et agent de liaison entre les divers organismes qui composent cet immense vicariat. Mais il tomba malade et dut partir pour Shanghai le 1er novembre 1916.

     

    Quelques mois plus tard, il revint à Chengtu, guéri, et resta dans la ville épiscopale pour s'occuper de diverses oeuvres. Il va être l'aumônier de l'hôpital, du dispensaire, du pensionnat et du couvent des Religieuses et aura un heureux et consolant ministère. Mais bientôt la maladie réapparaît : migraines, entérite, maux d'estomac, fortes fièvres de paludisme. Il dut se résigner à rentrer en France.

     

    À Paris, Mgr. de Guébriant, son supérieur général à la rue du Bac, convaincu que la santé du Père Flachère ne lui permettait pas de retourner en Chine, lui proposa l'aumônerie de l'Escadre Française d'Extrême Orient. L'amiral de cette Escadre désirait avoir comme aumônier un missionnaire qui puisse faire oeuvre d'interprète.

     

    De 1927 à 1934, le Père Flachère fit croisières sur croisières : Chine, Philippines, Indonésie, Malaisie, Siam. Partout il est heureux de présenter sa paroisse navigante aux missionnaires des diverses Sociétés religieuses. Il faut avoir lu "Croisières jaunes avec Cols bleus", livre d'aventures vécues au cours desquelles il fit beaucoup de bien, tant aux officiers de marine qu'aux matelots. Ceux-ci avaient grande confiance en lui, parce qu'il était toujours prêt à leur faire plaisir, les récréer tout en élevant leur âme. À tous il fit découvrir les Missions et les missionnaires : ceux-ci n'étaient connus, en effet, de la plupart que comme sorte de "légion étrangère ecclésiastique" créee pour les aventures de l'Église.

     

    La dernière année du Père avec l'Escadre d'Extrême Orient fut une année de souffrances. Atteint de diphtérie, il dut se soigner et revenir au service des Missions Étrangères. Il accepta de faire des prédications sur les Mission, et il prit la plume, également, pour écrire des livres (ceux mentionnés plus haut).

     

    En 1939, la guerre, puis l'occupation allemande l'avaient beaucoup ému. Cependant, il continua de travailler. Sur la proposition de ses supérieurs, il se mit à écrire la "Vie de Mgr. de Guébriant", dont le premier volume parut en 1944. Puis ce fut le déclin. Une terrible maladie le mina et le fit souffrir. Malgré cela, il termina la "Vie de Mgr. de Guébriant", et c'est quand il va y mettre la dernière main qu'il s'éteind le 25 juillet 1948. Ses funérailles eurent lieu dans le petit village de Blacons.

     

    Il fut un grand missionnaire, très zélé, très compétent. Il aima beaucoup sa famille, et surtout la Chine. Une des dernières joies fut de recevoir de Chengtu une lettre de son évêque, Mgr. Rouchouse, qui devait mourir moins de six mois plus tard. Puisse le Père Flachère avoir des successeurs nombreux pour l'Oeuvre des Missions, qu'il a lui-même servie pendant 39 années de sacerdoce et d'apostolat.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1910 p. 52. 1921 p. 230. 1924 p. 34. 1929 p. 70. 127. 1930 p. 46. 98. 1933 p. 29. 225. 234. 1936 p. 46. 210. 1939 p. 237. Articles : 1938 p. 170. 1939 p. 119. 1940 p. 84.

    CR 1909 p. 254. 1934 p. 152. 1948 p. 234.

    BME 1922 p. 62. 1924 p. 387. 808. 1925 p. 147. 149. 155. 179. photo p. 351. 1926 p. 242. 1927 p. 390. 1928 p. 117. 314. 1929 p. 300. 1930 p. 254. 362. 727. 1931 p. 84. 928. 1932 p. 844. 1944 p. 303. 386. 524. 691. 882. 1934 p. 122. photo p. 24. 1935 p. 262. 514. 1936 p. 825. 1939 p. 154. 595. 1941 p. 99. 1948 p. 197. 374.

    ECM 1943 p. 200. 352. 1946 p. 194.

    MC 1921 p. 349 (art). 1922 p. 449. 461. 473. 1929 p. 258. 1934 p. 234. 1938 p. 151. 1939 p. 23. 1948 p. 15.

    RHM 1938 p. 478. 1939 p. 472.

    EC1 N°  64. 66. 70. 76. 98. 109. 119. 127. 128. 132. 143. 171. 189. 222. 223. 229. 231. 234. 272. 280. 281. 289. 315. 327. 346. 392. 403. 430. 450. 464.

     

     

    Bibliographie

    "En route vers les idoles", Plon 1938.

    "Sous la menace des idoles", Plon 1938.

    "Croisières jaunes avec Cols bleus", Plon 1941.

    "Vie de Mgr. de Guébriant", 1946. 1er volume; 2nd manuscrit.

    • Numéro : 3021
    • Pays : Chine
    • Année : 1909