Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

René FEUGA (1886-1964)

FEUGA René (1886- 1964) [3161] FEUGA René, Jean-Baptiste, Germain, naquit à Goutz, au diocèse d'Auch, dans le département du Gers. Il entra au Séminaire des Missions Etrangères le 18 septembre 1912. Il partit le 10 décembre 1913 pour l'Inde, et rejoignit sa Mission de Mysore.
Add this

    [3161] FEUGA René, Jean-Baptiste, Germain, naquit à Goutz, au diocèse d'Auch, dans le département du Gers. Il entra au Séminaire des Missions Etrangères le 18 septembre 1912. Il partit le 10 décembre 1913 pour l'Inde, et rejoignit sa Mission de Mysore.

     

    Il entreprit, à Bangalore, l'étude de l'anglais et du tamoul. En 1914, il fut nommé vicaire du Père Servanton, curé de la Paroisse Saint François-Xavier, à Bangalore. Puis en 1918, il devient l'aumônier du Couvent du Bon Pasteur. Là, il contribua à deux fondations : l'imprimerie du Bon Pasteur, et la fondation de la Maison Saint Michel, refuge pour femmes en difficulté.

     

    En 1922, il fut nommé Supérieur du Petit Séminaire situé près de la Cathédrale Saint Patrick. Il modernisa cette institution pour une formation plus complète des petits séminaristes. En même temps, il trouva le temps de donner des cours en Français au Collège Saint Joseph, près du Séminaire. Il lança, à cette époque, une revue "Sainte Thérèse", en anglais et en tamoul.

     

    Mais en 1929, il dut quitter Bangalore pour devenir curé de la Paroisse Sainte Thérèse, au Sud de la ville de Mysore. Cette ville était la capitale du Royaume de Mysore et la résidence du Maharadja. Il fut nommé professeur de français au "Maharadja's College" et précepteur du jeune Maharadja, devenu gouverneur de son Etat.

     

    En 1931, il fut transféré comme curé de la Paroisse plus importante de Saint Joseph, au Nord de la ville. Ce n'est pas lui qui commença la dévotion à Sainte Philomène, mais le Père Cochet, son prédécesseur, qui reçut de Mr. Thumboochetty, alors secrétaire du Maharadja, une relique de la Sainte, pour la vénération des fidèles. Mais c'est le Père Feuga qui décida la construction de la grande église gothique dédiée à Sainte Philomène et qui deviendra plus tard sa Cathédrale.

     

    En 1940, alors qu'il était retenu en Europe par la deuxième guerre mondiale, Mgr. Despature, évêque du diocèse donna sa démission, et à cette occasion, Rome divisa le grand diocèse de Mysore en deux portions : le diocèse de Bangalore et celui de Mysore.  En 1941, le Père Feuga fut désigné comme premier évêque du nouveau diocèse de Mysore et fut consacré le 2 juillet 1941. Tandis que le nouveau diocèse de Bangalore eut son premier évêque indien : Mgr. Thomas Pothacamury.

     

    Le diocèse de Mgr. Feuga avait un vaste territoire, car il comprenait non seulement les districts de Mysore et les districts limitrophes, mais également la province montagneuse du Courg, les hauts plateaux et collines de Hassan, Chikmagalur et Shimoga, et au Sud de Mysore, les Montagnes bleues ou Nilgiris avec prolongation dans la plaine de Coïmbatore, le long de la rivière Bhavani. Il laissa à son successeur, comme curé de la Cathédrale, le Père F. Audiau, des MEP, le soin de terminer la construction de l'église, des voûtes et des murs de l'intérieur, l'extension de la Catacombe abritant la relique et la statue de Sainte Philomène, les vitraux et de nouvelles cloches pour les deux tours.

     

    Mgr. Feuga donna l'exemple, tout au long de son épiscopat, d'un zèle et d'un esprit missionnaire remarquable. Il fit des visites pastorales régulières partout à travers l'immense diocèse. Vingt nouvelles églises furent construites, trente-cinq couvents furent établis, surtout pour l'éducation des filles, mais aussi avec dispensaires ou hôpitaux, orphelinats et crèches. Dans la ville de Mysore, il encouragea l'établissement d'une école secondaire, et les Soeurs Carmélites apostoliques d'Ernakulam établirent des écoles dans différentes localités de la ville. Mgr. Feuga obtint du Maharadja un grand terrain sur le territoire de la Paroisse Sainte Philomène. Comme il désirait donner la possibilité aux nombreux élèves des écoles secondaires de poursuivre leurs études, il fonda le Collège universitaire Sainte Philomène, affilié à l'université de Mysore. De leur côté, les Soeurs Carmélites purent elles aussi établir un Collège universitaire pour jeunes filles, le "Theresian College". Mgr. Feuga pensa également, non seulement à encourager le pélerinage à Sainte Philomène, mais à la dévotion à la Sainte Vierge, qu'il aimait beaucoup, puisque sa devise épiscopale était:"Aspice Mariam". Au moment du Concile Vatican II, quand la dévotion à Sainte Philomène dut en revenir à la forme d'une dévotion privée, il créa un centre dédié à la Vierge des Pauvres, et un nouveau Bulletin, qui remplaça "le Messager de Sainte Philomène", qui s'appela "le Messager de Notre-Dame des Pauvres".

     

    Enfin, devant l'immensité de territoire dont il avait la juridiction, il propsa la division de son diocèse par la création du nouveau diocèse d'Ootacamund, aux Nilgiris. Plus tard, une nouvelle division intervint, celle du nouveau diocèse de Chikmagalur.

     

    Pour raison de santé, il démissionna le 20 novembre 1962, mais resta administrateur du diocèse, malgré les troubles cardiaques dont il souffrait. Venu en Europe en 1964, pour la deuxième session du Concile, c'est au moment d'un passage au Séminaire de la rue du Bac, à Paris, qu'il s'est éteint et qu'on le trouva mort dans sa chambre le 21 janvier 1964.

     

    Mgr. Feuga était un homme au sens surnaturel très profond. Il aimait beaucoup tous ses prêtres, il avait le don de les laisser travailler selon leur charisme, de prendre des initiatives et de les encourager quand il voyait leur utilité missionnaire. Il était respecté des chrétiens et des non-chrétiens, des pauvres comme des riches, et laissa en 1964 un beau diocèse à son successeur indien : Mgr. Mathias Fernandes.

     

     

     

     

    Références biographiques

    AME 1914 p. 45. 46. 1932 p. 87. 1934 p. 10. 1936 p. 187. 282. 1937 p. 128. 1938 p. 41. 1939 p. 186.

    CR 1913 p. 311. 1921 p. 127. 1925 p. 135. 1927 p. 152. 1932 p. 277. 1935 p. 221. 1936 p. 210. 1938 p. 213. 1939 p. 196. 197. 1947 p. 107. 113. 275. 1948 p. 136. 1949 p. 143. 1950 p. 121. 1951 p. 111. 1952 p. 86. 1953 p. 72. 1954 p. 82. 1955 p. 71. 1956 p. 76. 77. 1957 p. 80. 81. 1958 p. 80. 82. 1960 p. 83. 1961 p. 88. 1962 p. 102. 108. 1963 p. 107. 108.

    BME 1923 p. 662. 1926 p. 714. 778. 1927 p. 59. 124. 1929 p. 187. 1931 p. 769. 1934 p. 592. 811. 1936 p. 763. 1937 p. 256A. 1939 p. 218. 1941 p. 425. 637. 1949 p. 190. 722. 1950 p. 513. 577. 640. 754. 1952 p. 186. 643. 644. 1953 p. 111. 112. 114. 117. 310. 603. 800. 1954 p. 47. 59. 80. 209. 374 sq. 812. 815. 935. 936. 1955 p. 77 sq. 368. 369. 420. 660. 661. 918. 1095. 1956 p. 113. 120. 676. 1002. 1003. 1957 p. 283. 285. 774. 776. 1101. 1102. 1958 p. 274. 276. 277. 655. 656. 981. 1959 p. 179. 181 sq. 272. 273. 744. 887. 1960 p. 179. 180. 182. 555. 840. 841. 945. 1023. 1961 p. 767. 768.

    Epi 1963 p. 129. 278. 1964 p. 431.

    R. MEP.  118P45. - 121P13. - 125P47. - 126P44. - 133P62.

    EC RBac N° 105. 106. 115. 428. 429. 441. 443. 445. 483. 484. 486. 586. 676. 678. 684. 720. 722. 724. 739.

    NS 34P246. - 112P13. 14. 15. 16. 179/699.

     


     

    • Numéro : 3161
    • Pays : Inde
    • Année : 1913