Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Claudius FERRAND (1868-1930)

FERRAND Claudius (1868-1930) [1977] FERRAND Claudius, Philippe, est né le 19 juin 1868 à Crémieux (Isère) où séjournaient temporairement ses parents, mais appartient au diocèse de Mende. Il a pour parents Philippe Ferrand et Anne-Marie Couturier. Ses études classiques terminées, il entre au Séminaire d'Issy où il fait ses deux années de philosophie et reçoit la tonsure.
Add this

    [1977]  FERRAND Claudius, Philippe, est né le 19 juin 1868 à Crémieux (Isère) où séjournaient temporairement ses parents, mais appartient au diocèse de Mende. Il a pour parents Philippe Ferrand et Anne-Marie Couturier.

     

    Ses études classiques terminées, il entre au Séminaire d'Issy où il fait ses deux années de philosophie et reçoit la tonsure.

     

    Entré le 4 octobre 1887 au Séminaire des Missions Étrangères, il est ordonné prêtre le 21 février 1891 et destiné à la mission de Nagasaki au Japon. Parti de Paris le 25 novembre 1891, il arrive dans sa mission au début de 1892.

     

    Après avoir étudié la langue japonaise chez le Père Raguet à Miyasaki, puis à Kagoshima, le Père Ferrand est en 1894 chargé du district de Nakatsu, puis de celui de Kokura où il se préoccupe de réconcilier avec l'Église les "vieux chrétiens" que la pauvreté a contraints de quitter leurs montagnes pour venir travailler dans les mines de charbon. Il s'efforce de doter le district d'une résidence fixe et des dépendances nécessaires aux chrétiens.

     

    Persuadé que l'effort missionnaire doit porter davantage sur les jeunes que sur les adultes, trop ancrés dans leurs habitudes, il veut créer des "pensions de famille" ou "maisons d'étudiants", avec chacune, tout au plus, une trentaine de "pensionnaires", dont une bonne partie de catholiques, et où les non-catholiques seront naturellement amenés à se fusionner avec les catholiques, chacun allant en ville à l'école de son choix. Selon lui, ces maisons ne doivent pas être des institutions de charité, mais ne doivent pas non plus faire de bénéfices, jugeant que cette idée n'a guère de chances de réussir, l'évêque de Nagasaki ne permet pas le lancement de cette oeuvre, mais donne au Père Ferrand toute latitude pour la lancer dans quelque autre diocèse si elle trouve preneur.

     

    En septembre 1899, le Père Ferrand est à Tokyo où l'évêque, non sans avoir hésité, lui accorde son autorisation pour cette oeuvre. Une première "maison de famille" est ouverte dans le quartier de Hongo, dans un immeuble en location, et sera bientôt transférée à Myogadani, sur un terrain acquis à cet effet. Une seconde maison s'ouvre bientôt dans la ville de Kanazawa et une troisième est fondée en 1907 dans le quartier de Kanda à Tokyo, au centre des établissements universitaires de la capitale du Japon. Pour lancer ces oeuvres, il fallait de l'argent. Le Père Ferrand se fait mendiant en France et en Amérique et, pour cela, fait trois fois le tour du monde entre 1901 et 1907.

     

    L'oeuvre des "pensions d'étudiants" étant bien établie, le Père Ferrand la remet entre les mains de l'administration diocésaine pour redevenir missionnaire de district. Il est envoyé à Nagoya, poste ingrat en raison de l'influence du bouddhisme et du mercantilisme. Pendant son séjour à Nagoya, entre 1907 et 1911, le Père Ferrand s'ingénie de toutes sortes de manières à faire connaître la religion, invitant de bons orateurs à donner des conférences, ouvrant des centres de lecture, distribuant livres et tracts, transférant son domicile tour à tour dans les divers quartiers de la ville afin de se mettre à la portée des personnes de bonne volonté. En décembre 1911, il quitte Nagoya pour le poste de Ashikaga où il est le premier missionnaire résident. Il y restaure la chapelle qui menaçait de tomber en ruines et construit une maison pour le missionnaire.

     

    En octobre 1912, le Père Ferrand se rend à Hongkong et, en février 1913, devient missionnaire auprès des Japonais du vicariat apostolique de Taegu en Corée. Chargé de rechercher les familles japonaises dispersées dans toute la mission, de leur donner les secours de la religion et de les regrouper dans la mesure du possible, il commence par s'installer à Pusan, apprendre assez de coréen pour faire face aux exigences de la vie ordinaire et du ministère courant et rayonner dans tout le sud de la Corée à la recherche de son troupeau, et il a aussi la joie de pouvoir donner un bon nombre de baptêmes. Mais il ne prend aucun soin de lui-même.

     

    Aussi, en 1917, Mgr. Demange, vicaire apostolique, le fait venir à Taegu et l'installe dans une dépendance de l'évêché, ce qui fait bénéficier le Père Ferrand des avantages d'une table commune. Malgré ces précautions, la santé du Père Ferrand décline et, au cours d'une tournée à Mokpo, à l'extrême sud-ouest de la mission, il subit une première attaque en 1919, qui sera suivie peu après d'une seconde, à Taegu même.

     

    Un séjour au Sanatorium de Béthanie à Hongkong semble le remettre sur pied, mais le Père Ferrand est devenu un vieillard avant l'âge. Sa gaieté a disparu, son activité s'est ralentie et il accepte volontiers d'être déchargé de groupes de chrétiens japonais éloignés. En août 1930, il subit une syncope grave dont il ne se relèvera pas. Il reçoit les derniers sacrements le 17 août et sombre progressivement dans un coma qui sera pour ainsi dire continuel.

     

    Le Père Ferrand décède le 4 octobre 1930 et est inhumé au cimetière de l'évêché de Taegu, ce cimetière que, de son vivant, il visitait souvent.

     

    Références biographiques

     

    AME 1892 p. 436. 1896 p. 566 (art.). 1931 p. 264.

    CR 1891 p. 240. 1893 p. 75. 1894 p. 71. 1895 p. 77. 1896 p. 67. 1897 p. 58. 1898 p. 54. 1899 p. 31. 1902 p. 17. 1903 p. 12. 1904 p. 10. 1905 p. 9. 12. 1908 p. 278. 1909 p. 13. 14. 1910 p. 12. 1913 p. 73. 1914 p. 26. 1915 p. 14. 42. 1916 p. 49. 1917 p. 32. 1918 p. 19. 1919 p. 25. 1920 p. 116. 1922 p. 32. 1923 p. 37. 1924 p. 28. 1930 p. 342(?). 1931 p. 317. 1939 p. 2.

    BME 1923 photo p. 463. 1924 p. 797. 1928 p. 487. 729. 1939 p. 376. 802.

    EC1 N°  79. 207.

     

     

     

    • Numéro : 1977
    • Pays : Japon Corée
    • Année : 1891