Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean FENOUIL (1821-1907)

[545]. FENOUIL, Jean (Joseph), missionnaire ou vicaire apostolique du Yun-nan pendant 60 ans, naquit à Rudelle (Lot) le 17 novembre 1821. Il fit ses études philosophiques au séminaire d'Issy, et entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 7 août 1844. Ordonné prêtre le 29 mai 1847, il partit le 16 septembre suivant pour le Yun-nan. Parvenu à Hong-kong, il fut retenu dans cette île par le préfet apostolique, Mgr Forcade, qui manquait de missionnaires. Envoyé dans la partie sud-ouest de l'île, il fonda la chrétienté d'Aberdeen et y éleva un modeste oratoire.
Add this

    [545]. FENOUIL, Jean (Joseph), missionnaire ou vicaire apostolique du Yun-nan pendant 60 ans, naquit à Rudelle (Lot) le 17 novembre 1821. Il fit ses études philosophiques au séminaire d’Issy, et entra tonsuré au Séminaire des M.-E. le 7 août 1844. Ordonné prêtre le 29 mai 1847, il partit le 16 septembre suivant pour le Yun-nan. Parvenu à Hong-kong, il fut retenu dans cette île par le préfet apostolique, Mgr Forcade, qui manquait de missionnaires. Envoyé dans la partie sud-ouest de l’île, il fonda la chrétienté d’Aberdeen et y éleva un modeste oratoire.

    En 1851, il se rendit au Yun-nan, et travailla dans plusieurs districts jusqu’en 1863, sauf de 1856 à juillet 1858, laps de temps pendant lequel il dirigea le séminaire de la mission à Tchen-fong-chan. Retourné en district, il fut arrêté par les Man-tse, mais réussit à s’enfuir. En 1863, il fut nommé provicaire­ ; cette même année, il partit pour Yun-nan fou, où aucun missionnaire, depuis plus d’un siècle et demi, ne s’était installé à poste fixe. A peine y était-il arrivé que les autorités le prièrent d’aller à Kouy-yang (Kouy-tcheou) près du vice-roi Lao, et de le décider à venir résider dans leur ville. Il accepta cette délégation, la mena à bien, et son succès valut au vicariat apostolique une assez vaste concession, où plus tard on construisit l’évêché.

    Il rendit de réels services à l’expédition scientifique française du Mékong dirigée par M. de Lagrée, facilita ses relations avec les mandarins, décida le général Ma à lui prêter l’argent dont elle avait besoin pour achever son voyage, et obtint pour elle l’amitié et la protection du Lao-pa-pa, chef religieux des Mahométans.

    Peu après il se fixa à Tsao-kia-yn, et pendant plusieurs années travailla avec succès à ouvrir des stations chrétiennes dans les préfectures de Kiu-tsin et de Tong-tchouan.

    Mgr Ponsot étant mort, Fenouil lui succéda­ ; il fut, le 29 juillet 1881, nommé évêque de Ténédos et vicaire apostolique du Yun-nan. Il reçut la consécration épiscopale à Kouy-yang (Kouy-tcheou) le 27 décembre suivant, et à cette occasion prit le prénom de Joseph. Il transféra à Yun-nan fou la résidence épiscopale qui était à Long-ki. Durant plusieurs années, les districts de la mission eurent à souffrir de la persécution, et le prélat dut user de prudence pour éviter de plus grands malheurs, surtout lors de l’occupation du Tonkin et de l’Annam par les Français. A cette époque, en 1883, le missionnaire Terrasse fut massacré. Le calme se rétablit lentement. En 1895, Mgr Fenouil sacra son coadjuteur, Mgr Excoffier, qui ne lui succéda pas.

    En 1900, lors du mouvement xénophobe des Boxeurs, le vicaire apostolique ne put sauver les établissements catholiques­ : évêché, église, Sainte-Enfance de Yun-nan fou, tout fut détruit. Sur les pressantes sollicitations du consul de France, M. François, il se résigna avec son coadjuteur et quelques missionnaires à quitter la province, et se retira à Hong-kong jusqu’à la signature de la paix. À son retour, il était épuisé­ ; il s’éteignit peu à peu, et rendit son âme à Dieu le 10 janvier 1907, à Yun-nan fou. Ceux qui le connurent bien s’accordent à dire qu’il possédait plutôt les qualités d’un missionnaire que celles d’un vicaire apostolique. Ses lettres et ses comptes-rendus annuels de l’état de sa mission offrent de la vivacité et de l’entrain­ ; le récit des détails y tient plus de place que les vues générales. Il avait été décoré de la croix de chevalier de la Légion d’honneur en 1900.

    Armes. — D’azur au monogramme des M.-E. d’or.

    Notes bio-bibliographiques.

    C.R., 1875, p. 20­ ; 1876, p. 43­ ; 1877, p. 18­ ; 1881, p. 39­ ; 1882, p. 36­ ; 1883, pp. 42, 121­ ; 1884, pp. 68, 198­ ; 1885, p. 57­ ; 1886, p. 58­ ; 1887, p. 96­ ; 1888, pp. 88, 267­ ; 1889, pp. 89, 282­ ; 1890, p. 81­ ; 1892, p. 110­ ; 1894, p. 141­ ; 1899, p. 132­ ; 1900, pp. 110, 124­ ; 1905, pp. 81, 90.

    A. P. F., xxxiv., 1862, Son arrestation par les Lolos, p. 319­ ; Ib., pp. 329, 333­ ; liv, 1882, Transfert à Yun-nan fou du centre de la mission du Yun-nan, p. 223­ ; lv, 1883, Rapport sur la mission du Yun-nan, p. 100­ ; lvi, 1884, Massacre de M. Terrasse, p. 22­ ; lvii, 1885, Martyre de dix-neuf chrétiens, p. 212­ ; lviii, 1886, Massacre de cinquante-huit chrétiens, p. 203­ ; lx, 1888, Obstacles à l’évangélisation des francs-maçons chinois, p. 169­ ; lxxix, 1907, p. 214.

    A. S.E., xxxiii, 1882, p. 20­ ; xl, 1889, p. 179­ ; xliv, 1893, p. 203­ ; xlv, 1894, pp. 234, 240.

    M. C., i, 1868, Persécution locale, p. 114­ ; xiii, 1881, La mission du Kouy-tcheou, p. 241­ ; Ib., Sa nomination d’évêque, pp. 349, 373­ ; xv, 1883, Massacre de M. Terrasse, p. 481­ ; xvii, 1885, La persécution, pp. 181, 205­ ; xx, 1888, Etat général de la mission, p. 62­ ; xxiii, 1891, p. 458­ ; xxxii, 1900, Sa nomination de chevalier de la Légion d’honneur, p. 326­ ; xxxix, 1907, Sa mort, p. 120.

    B. O. P., 1892, p. 586. — A. M.-E., 1900, p. 250­ ; 1902, p. 311.

    Sem. rel. Rennes, 1888-89, Mort de M. B. Mury, p. 520. — Le Tour du Monde, 1873, 1er sem., pp. 292 et suiv., 307. — T’oung-pao, 2e sér., viii, 1907, Son arrestation par les Man-tse, pp. 43, 637 [Tirage à part­ : Les Lolos, pp. 43, 52].

    Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. — Nos miss. pat. et sav., p. 54. — Un chev. apôt., p. 716. — Voy. d’expl. en Indo-Ch., i, pp. 458 et suiv., 490 et suiv., 496, 539 et suiv. — Huit ans au Yun-nan, pp. 37 et suiv., 58, 169, 173, 180. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Kouang-si, Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — Les miss. cath. franç., iii, pp. 312, 321. — Arm. des Prél. franç., p. 255.


    Portrait. — M. C., xiii, 1881, p. 391. — Huit ans au Yun-nan, p. 13.

     

    • Numéro : 545
    • Pays : Chine
    • Année : 1847