Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Clément FAVREAU (1882-1965)

FAVREAU Clément (1882-1965)
Add this

    [2983]  FAVREAU Clément, Emmanuel, est né le 6 juillet 1882 à la "Mercerie", paroisse de La Tessoualle, au diocèse d'Angers. Après ses études primaires dans sa paroisse, il entra au Petit Séminaire de Beaupréau en 1896. Puis il entra au Grand Séminaire d'Angers en 1901. Il fut admis au Séminaire des Missions Étrangères le 17 septembre 1903. Il fit ses études philosophiques et théologiques, et fut ordonné prêtre le 21 septembre 1907. Il s'embarqua à Marseille pour la Chine le 4 décembre 1907, et arriva à Canton avant la fin de l'année.

     

    Il dut se mettre à l'étude des langues du pays. Envoyé dans un district, il apprit le hakka. Puis, transféré dans un autre poste, il étudia la langue hokko, enfin, quelques mois plus tard, son évêque lui demanda d'apprendre un autre dialecte, le cantonais.

     

    En 1911 éclate la Révolution chinoise, période difficile pour l'oeuvre d'évangélisation des missionnaires. En 1914, il est mobilisé à Tien Sin et Pékin comme infirmier, et, en 1915, il fut envoyé en France où il fut infirmier à Fréjus et Orléans. À la démobilisation, il retourna à Canton, et son évêque, Mgr. de Guébriant, l'envoya dans la région de Hoyun, à 300 km. de Canton. Il resta deux ans dans ce poste, lieu de passage des armées chinoises. Le Père Favreau se montra le vrai défenseur de la cité, on l'appelait "le père et la mère du peuple", et quand il dut partir pour être remplacé par un prêtre chinois, les notables, les païens et les chrétiens lui prouvèrent leur reconnaissance par des cadeaux et des soieries.

     

    En 1921, il fut nommé dans une ville de 80.000 habitants, Fatshan, près de la ville épiscopale. En 1930, ses confrères l'élirent délégué à la première Assemblée générale de la Société à Paris. Il resta un an en France, et revint en Chine. En 1935, en raison de la fatigue et de la maladie, il dut aller à Hongkong. Il devint le premier curé des ouvriers de notre imprimerie de Nazareth à Tai kou Lao. Il passa là les dures années de la guerre sino-japonaise, s'ingéniant à protéger et soulager les chrétiens et païens des environs. Ce fut le point de départ de nombreuses conversions dans cette partie de Hongkong.

     

    En 1952, il revint en France pour son congé, et fut remplacé par le Père René Chevalier, un Angevin des Mauges comme lui. En 1961, il demanda son admission dans la Maison de retraite des prêtres du diocèse à St Michel de Beaupréau. Il garda jusqu'au bout l'enthousiasme du jeune missionnaire. Trois jours avant sa mort, il aimait répéter les mots de Mgr. de Guébriant : "Pourrais-je me laisser aller à la tristesse, quand je songe à la longue vie si pleine de bonheur, si pleine de variété, si passionante d'intérêt, que le Bon Dieu m'a donné de vivre, en y mêlant parfois la goutte d'amertume qui en fait le prix surnaturel." En 1965, il se sentit plus fatigué que de coutume. Le 5 juillet, ses confrères ne le voyant pas à l'heure habituelle à la chapelle pour célébrer la messe, allèrent dans sa chambre. Il était décédé.

     

    Il repose maintenant dans le cimetière de La Tessoualle, au milieu des siens et de ses compatriotes, qui se souviendront longtemps de "Tonton Clément".

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1908 p. 62. 1913 p. 210. 1915-16 p. 77. 1919 p. 20. 1930 p. 196. 201. photo p. 202.

    CR 1907 p. 326. 1912 p. 161. 1920 p. 40. 1921 p. 61. 1922 p. 72. 1923 p. 86. 1925 p. 74. 1928 p. 78. 1930 p. 244. 272. 1931 p. 119. 1934 p. 92. 1953 p. 27. 1965 p. 150.

    BME 1925 p. 702. 1928 p. 703. 1929 p. 492. 1930 p. 308. 438. 693. photo p. 748. 1933 p. 58. 1935 p. 435. 1936 p. 289. 588. 1937 photo p. 32. 1938 p. 203. 1940 photo p. 227. 1951 p. 372. 647. 1952 p. 276. 351. 1957 p. 562. 1959 p. 370.

    EPI 1965 p. 841. 1968 p. 168.

    ECM 1943 p. 350.

    EC1 N°  44. 71. 202. 209. 221. 222. 517. 619. 656. 729. 756. NS. n°190/332.

    • Numéro : 2983
    • Pays : Chine
    • Année : 1907