Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Raphaël FASSEAUX (1896-1969)

[3236] FASSEAUX Raphaël, Antoine,Marie,Joseph,François-Xavier Missionnaire Cochinchine Septentrionale - Hué ---------------
Add this

    Raphaël, Antoine, Marie, Joseph, François-Xavier FASSEAUX naquit le 20 Janvier 1896, à Saint-Jean de la Grande-Clairière,diocèse St.Boniface dans le Manitoba, Canada central. Ses parents, mariés en 1892, à Strée, village du Hainaut, à une quinzaine de kms de la frontière franco-belge, partirent tenter la grande aventure des pionniers de la Prairie canadienne. Après le décés de leur premier-né, la famille décida de rentrer à Strée.

     

    De 1900 à 1906, Rapahel fit ses études primaires à Strée, puis il suivit son frère ainé au petit séminaire de Cambrai à Haubourdin,(Nord) et y parcourut le cycle des études secondaires. Son frère ainé devint prêtre dans le diocèse de Cambrai, et lui, appartenant au diocèse de Tournai, se dirigea vers les missions lointaines.

     

    Il entra laïque au séminaire des Missions Etrangères le 18 septembre 1913. Survint la guerre; il aida son père, directeur d'une laiterie, puis d'une boulangerie nommée "le Bon Grain".Il ne revint à Bièvres qu'à la fin de 1918. Tonsuré le 20 décembre 1919,minoré le 24 septembre 1921, sous-diacre le 11 mars 1922, diacre le 23 septembre 1922, il fut ordonné prêtre le 23 décembre 1922, et le 5 février 1923, il reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Septentrionale (Hué), qu'il partit rejoindre le 16 avril 1923.

     

    Mg.Allys l'accueillit avec joie et le nomma professeur de belles-lettres, de chant etc...au petit séminaire d'An-Ninh, mais le tempérament dynamique de M.Fasseaux n'était pas fait pour ce genre de vie. Aussi, en 1924, Mgr. le confia à M.Stoeffler, curé de Phu-Cam,à Hué, pour qu'il apprenne la langue viêtnamienne qu'il parla avec aisance et justesse.

     

    Vers septembre 1925, M. Fasseaux devint curé de Nuoc-Ngot, chrétienté à 50 kms au sud de Hué. Il mit en chantier une belle église que la guerre a épargnée,  construisit une école paroissiale avec une maison de communauté où les religieuses de "Marie Immaculée" s'installèrent en 1927; puis il aménagea son presbytère. L'état sanitaire de la région laissant à désirer, il créa un dispensaire avec chambres d'hébergement des malades, et confia tout cela aux soeurs infirmières. Lors de sa visite des Missions en 1931, Mgr. de Guébriant s'arrêta à Nuoc-Ngot, chez M. Fasseaux.

     

    En 1933, il fut nommé professeur au Grand Séminaire de Hué où il enseigna jusqu'en avril 1936. Remplacé par M. Audigou, il devança son congé régulier et s'embarqua à Tourane,sur le "Cap Varella", le 24 Avril 1936 pour accompagner, en France, Mgr.Chabanon, malade. auquel il administra les derniers sacrements, un peu avant d'arriver à Djibouti.

     

    De retour à Hué le 7 janvier 1937,heureux, il reprit, le poste de Nuoc-Ngot. En décembre 1937,temporairement,il fut adjoint à M.Etchebarne paralysé, pour le service de la procure. En 1938, à Thuy-Cham et à Thuy-Yên, il bâtit chapelle, école, maison pour les soeurs. Il fit de même au village de Dap, en 1939. En 1940, Nuoc-Ngot et ses annexes comptaient quatre écoles et dispensaires, une maternité, un hôpital  reconnu par le gouvernement où affluaient chaque jour des centaines de malades. En 1942, les villages de Phu-Xuyên et de Phuoc-Hung eurent leur école. En 1944, à Tam-Vi, M.Fasseaux choisit un terrain vaste,y construisit un très grand bâtiment regroupant divers services pour recevoir des religieuses en stage de formation ,pour qu'elles prennent contact avec la population.

     

    Citoyen belge, M.Fasseaux ne fut pas trop ennuyé par les évènements de 1945. Mais de décembre 1946, à février 1947 la ville de Hué subit un siège sérieux, des confrères furent emmenés à Vinh, par suite de la guerre, la mission se trouva divisée en deux zônes, l'insécurité et la guerilla s'installèrent. Fatigué, en mai 1947, il prit son congé, puis le 8 novembre 1947, il partit à Hong-Kong. où il séjourna du 13 décembre 1947 au 9 août 1950, travaillant à l'imprimerie de Nazareth. Enfin, il rentra en Belgique, subit une opération chirurgicale,et assuma les fonctions de curé à Fontaine-Valmont, dans le diocèse de Tournai.

     

    Le 1 août 1956, M.Fasseaux reprit le bâteau "Viêtnam" pour le Viêtnam. Il accepta le poste de Maixa,un village de 6.OOO âmes, au ras de la ligne de démarcation du 17ème parallèle. Il commença par construire une grande école confiée aux Amantes de la Croix; s'y ajoutèrent chapelle et dispensaire. Il fit de même à Vinh-Quang, Lâm-Xuân, Lai-An, puis à Cho-Hom chrétienté nouvelle située vers la mer. Il y bâtit un presbytère blockhaus, et une chapelle-école,laissant le poste de Mai-xa à M.Pierre Poncet.

     

    En 1962, nommé à An-Don, proche de Quang-Tri, il se trouva à la tête d'un district de 11.000 habitants, dont 700 baptisés et catéchumènes. Il y construisit deux grandes écoles. En 1963,à Ai-Tu, il installa un centre missionnaire nouveau avec dispensaire, école,maison pour les religieuses et bientôt une église.et en fit le noyau d'une chrétienté nouvelle. Fin 1964,pour raison de santé,et sur la demande de Mgr.Nguyên-Kim-Diên, il alla travailler à Hué, à la formation des juvenistes des soeurs Amantes de la Croix. En juin 1966, de sérieux ennuis de santé l'obligèrent à rentrer en Belgique.

     

    Nommé curé de la paroisse de Ragnies, à 4 kms de Strée, village de son enfance, il restaura cette église classée. Là il se fit tout à tous, visitant malades et vieillards. En octobre 1969, il subit une intervention à la clinique de Gilly, pour une occlusion dûe à la gravelle. C'est là qu'il s'éteignit  doucement le 12 octobre 1969, vers midi, non sans avoir spécifié qu'il désirait être enterré "comme les pauvres". Il repose dans le cimetière paroissial de Ragnies.

     

    Dans tous les postes qui lui furent confiés, M.Fasseaux établit une solide structure de base pour implanter une présence chrétienne. D'une sobriété ascétique,que sa robuste santé supporta, il vécut dans la pauvreté et le dénuement personnel. visitant ses chrétientés sur sa légendaire bicyclette. Mais pour le service de Dieu, des malades et des pauvres, il vit grand. D'une très grande sensibilité, il était difficile de lui précher la prudence. Tous, chrétiens ou non, l'avaient en grande vénération.

     

    Références biographiques

    AME 1923 p. 118. 1928 p. 129. 1939 p. 185.

    CR 1923 p. 177. 1926 p. 120. 1931 p. 186. 1933 p. 170. 1936 p. 155. 247. 256. 1937 p. 165. 1938 p. 156. 1939 p. 143. 233. 1940 p. 91. 1957 p. 41. 1958 p. 44. 46. 1960 p. 49. 50. 1961 p. 47. 1962 p. 59. 60. 1963 p. 74. 1964 p. 39. 1965 p. 68. 1966 p. 77. 1969 p. 65.

    BME 1923 p. 248. 449. 455. 580. 655. 1924 p. 334. 643. 1925 p. 643. 1932 p. 215. 382. 1933 p. 707. 1934 p. 723. 1936 p. 376. 499. 1937 p. 212. 1939 p. 289. 1941 p. 188. 494. 1949 p. 246. 1956 p. 1006. 1957 p. 549. 1958 p. 259. 857. 1959 p. 868. 1961 p. 862.

    EPI 1962 p. 793.

    ECM 1942 p. 190.

    R. MEP.  N° 125 p. 44. N° 118 p. 30.

    EC1 N°  21. 337. 348. 452. 458. 485. 604. 740. 744. 767.

    NS.  24/C2.

     


     

    • Numéro : 3236
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1923