Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Stanislas FÉRON (1827-1903)

[680]. FÉRON, Stanislas, né dans la paroisse Saint-Julien, à Domfront (Orne), le 22 février 1827, élève du petit et du grand séminaire de Séez, prêtre le 21 décembre 1850, vicaire à Flers et à Argentan, aspirant du Séminaire des M.-E. le 14 octobre 1854, partit le 23 janvier 1856 pour la mission de Corée.
Add this

    [680]. FÉRON, Stanislas, né dans la paroisse Saint-Julien, à Domfront (Orne), le 22 février 1827, élève du petit et du grand séminaire de Séez, prêtre le 21 décembre 1850, vicaire à Flers et à Argentan, aspirant du Séminaire des M.-E. le 14 octobre 1854, partit le 23 janvier 1856 pour la mission de Corée.

    Après un voyage de quatorze mois, il parvint à destination, et fut chargé du district qu’on appelait alors l’Assomption (Voir DAVELUY). En mars 1866, la persécution ayant enlevé les deux évêques Mgr Berneux et Mgr Daveluy, et plusieurs missionnaires, il devint pendant quelque temps chef de la mission par droit d’ancienneté.

    Avec deux autres ouvriers apostoliques, Calais et Ridel, il put échapper aux recherches dirigées contre lui et se réfugier à Chang-haï. Peu après, il fit pour évangéliser de nouveau la Corée une tentative qui manquait de prudence et ne réussit pas.

    En 1870, il s’agrégea au vicariat apostolique de Pondichéry, fut missionnaire à Viriour où il construisit une très belle église et un presbytère, dirigea aussi de 1883 à 1895 le district d’Erayour et y bâtit un presbytère­ ; il éleva également une partie de l’église d’Iroudeiapally. Ces constructions furent faites presque entièrement à ses frais. Il retourna en Corée en 1900, pour y témoigner dans les Procès apostoliques faits en vue de la Béatification des martyrs de 1866. Il mourut à Viriour le 3 juin 1903, éprouvé par une douloureuse maladie, pendant laquelle on l’entendait souvent s’écrier­ : « Oh­ ! qu’il faut souffrir pour mourir­ ! Que cela me soit seulement compté comme temps de purgatoire­ ! » Il fut enterré dans l’église de Viriour.

    Notes bio-bibliographiques.

    — C.-R., 1884, p. 163­ ; 1891, pp. 19, 217­ ; 1900, p. 62­ ; 1902, p. 265. — A. P. F., xxxi, 1859, p. 317­ ; xxxix, 1867, Expédition française, pp. 218 et suiv.­ ; Ib., p. 225. — M. C., ix, 1877, Traitement des scrofules par le hoang-nan, pp. 22, 124­ ; xiii, 1881, p. 220. — A. M.-E., 1901, p. 118.

    Sem. rel. Séez, 1866-67, pp. 251, 308­ ; 1871-72, p. 674­ ; 1877, pp. 6, 133, 264, 276, 678­ ; 1903, Sa mort, p. 443­ ; 1908, Notice, pp. 193, 224. — Sem. rel. Bayeux, 1869, p. 777. — Sem. rel. Laval, 1871-72, p. 655.

    Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. — Hist. Egl. de Corée, i, pp. 165 et suiv.­ ; ii, pp. 424 et suiv., 433, 439, 454 et suiv., 495, 513, 523, 548, 552, 558 et suiv., 563 et suiv., 585. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Inde, Tab. alph. — Miss. orig. du dioc. Séez [même Notice que dans Sem. rel. Séez], p. 56.

    • Numéro : 680
    • Pays : Corée Inde
    • Année : 1856