Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre ESCANDE (1859-1933)

M. PIERRE ESCANDE ( 1859-1933 ) Missionnaire de Pondichéry. Pierre Étienne Escande est né le 5 Septembre l859 à Prohencoux, diocèse de Rodez ( Aveyron). Ses études primaires terminées, il entra au Petit Séminaire de Belmont en Octobre 1873. Il demeura constamment à la tête de sa classe. Après sa rhétorique, il entre au Grand Séminaire de Rodez. Il n'a pas très bonne santé, mais reste toujours l'un des premiers de sa classe.
Add this

    Pierre Étienne Escande est né le 5 Septembre l859 à Prohencoux, diocèse de Rodez ( Aveyron). Ses études primaires terminées, il entra au Petit Séminaire de Belmont en Octobre 1873. Il demeura constamment à la tête de sa classe. Après sa rhétorique, il entre au Grand Séminaire de Rodez. Il n'a pas très bonne santé, mais reste toujours l'un des premiers de sa classe.

    Il fut ordonné prêtre le l9 Juin 1886, et fut nommé professeur de 7éme au Petit Séminaire de Belmont. En Octobre l888, son évêque l'envoie à l'Institut Catholique de Toulouse pour y préparer sa licence es-lettres. Il gardait toujours au coeur le désir de devenir missionnaire, et il aimait donner des conférences sur les Missions et en particulier parler des souffrances de Mgr. Ridel, en Cochinchine.

    Envoyé à Rome pour un doctorat en théologie, il passa avec succès son examen, et fut nommé à son retour en France membre du bureau diocésain pour les affaires ecclésiastiques. Cela lui donne l'occasion de voir souvent son évêque, et un jour il se risque à lui demander la permission d'aller aux Missions Étrangères. L'évêque refusa. Mais, l'évêque mourut en 1897, et son successeur lui accorda enfin la permission demandée. Le P. Delpech l'accueillit avec joie et le garda en probation pendant neuf mois. Alors, il fut destiné à la Mission de Pondichéry, en Inde.

    Il débarqua à Pondichéry le 20 Août l898, et fut aussitôt nommé professeur au Collège colonial, mais ce ne fut pas pour très longtemps, car le Collège colonial fut laïcisé en 1899. Alors, le P. Escande est transféré au Petit Séminaire, on il doit enseigner la rhétorique. Puis en 1900, Mgr. Gandy son évêque le nomme supérieur de cet établissement , à la place du P. Leroy.

     

    Comme les élèves affluaient en grand nombre, il fut obligé de construire des locaux scolaires, et en 1907, même si les nouvelles constructions étaient terminées, le Père dut s'adonner à des travaux de réparation et à certains remaniements. Le cyclone de 1916 lui valut à nouveau des travaux sérieux. Mais une difficulté plus grave vint alors de la pénurie du personnel. La guerre de 1914 prit les missionnaires les plus valides. Le P. Escande finit bientôt par rester seul ou presque. L'école marchait bien cependant et c'est même en ces années que les effectifs scolaires furent les plus élevés.

    Le territoire de Pondichéry était territoire français. En 1905, un arrêté officiel décréta la fermeture du Petit Séminaire pour le 31 Mars. Le P. Escande ne se découragea pas. Il appela son établissement : Ancien Petit Séminaire, et les classes secondaires étaient baptisées : Cours complémentaires avec des numéros d'ordre inversés. Et lui devenait Monsieur Escande, directeur d'école primaire supérieure.

    Orné du vrai zèle sacerdotal, il employait ses vacances à prêcher des retraites dans les Couvents. Il commença à Pondichéry dans les communautés des Soeurs de St. Joseph de Cluny.Il s'intéressa en outre à leur école et donna de précieux enseignements pédagogiques aux professeurs. Il prêcha des retraites aux novices et aux enfants de Marie et aimait à raconter de bonnes histoires à caractère religieux aux jeunes filles de l'ouvroir.

    Sa réputation de directeur spirituel fut bientôt connue des Religieuses Franciscaines du diocèse voisin de Madras-Mylapore, et aussi des Soeurs salésiennes missionnaires travaillant à Kumbakonam et dans le diocèse de Mysore. Il dût aller prêcher des retraites dans ces Communautés. On appréciait sa doctrine très sûre et appropriée aux besoins de son auditoire.

    Avec l'âge, avec l'activité débordante, la résistance physique du Père finit par céder. Une vieille maladie de poitrine le força à se rendre dans les Montagnes bleues, à Wellington, à Ooty ou a Kotagiri. Les senteurs d'eucalyptus enrayèrent la tuberculose. Le l6 Juillet l932, il présida pour la 33éme fois la rentrée des classes au Petit Séminaire de Pondichéry. Il cessa de donner des cours, car les accès de malaria lui donnèrent de très fortes fièvres. Son poumon droit fut même congestionné. Ses forces baissèrent rapidement et chaque jour davantage. Le 29 décembre, Mgr. Colas lui administra les derniers sacrements et s'agenouillant avec une profonde émotion, il demanda au vénérable Père sa bénédiction pour lui-même et pour tous les prêtres du diocèse.

    Le dimanche, 8 Janvier, après une dernière absolution, donnée par son frère Henri, l'âme du P. Pierre Escande s'envola vers le ciel. Aux obsèques, Mgr. Colas retraça les grandes lignes de sa vie, si bien remplie;il fit ressortir ses grandes qualités de travailleur, de professeur dévoué et compétent, non moins que ses rares vertus de piété, d'humilité, de pauvreté et de charité. Le Père Escande dépensa son activité sacerdotale pendant 35 ans au service de la Mission.

     

    Références biographiques

    AME 1933 p. 49. 95. 96. 1939 p. 40.

    CR 1898 p. 271. 1903 p. 260. 261. 1904 p. 245. 400. 1911 p. 241. 1916 p. 161. 1932 p. 270. 1933 p. 226. 227. 256. 310.

    BME 1922 p. 579. 1923 p. 199. 1927 p. 259. 1929 p. 378. 1932 p. 560. 1933 p. 229. 230. 1936 p. 383. 1937 p. 669. 1938 p. 491. 632. 710. 1954 p. 709. 711. 823.

    EC1 N° 259.

     

     

    • Numéro : 2355
    • Pays : Inde
    • Année : 1898