Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Henri EDGEWORTH DE FIRMONT (1745-1807)

[294]. EDGEWORTH DE FIRMONT, Henri-Essex, le dernier confesseur de Louis XVI, était fils d'un pasteur protestant et de la petite-fille de l'archevêque d'Armagh, Usher. Son père possédait le bénéfice d'Edgeworthtown, dans le comté de Longford (Irlande), et c'est là que naquit Henri-Essex vers 1745. Le nom de Firmont lui vient d'une terre de famille. Ses parents s'étant convertis au catholicisme se fixèrent en France, à Toulouse. Henri-Essex était alors âgé de 4 ans.
Add this

    [294]. EDGEWORTH DE FIRMONT, Henri-Essex, le dernier confesseur de Louis XVI, était fils d’un pasteur protestant et de la petite-fille de l’archevêque d’Armagh, Usher. Son père possédait le bénéfice d’Edgeworthtown, dans le comté de Longford (Irlande), et c’est là que naquit Henri-Essex vers 1745. Le nom de Firmont lui vient d’une terre de famille. Ses parents s’étant convertis au catholicisme se fixèrent en France, à Toulouse. Henri-Essex était alors âgé de 4 ans. Après avoir fait ses études classiques à Toulouse, chez les Jésuites, il se rendit à Paris, au séminaire des Trente-Trois, fit sa philosophie au collège de Navarre, sa théologie en Sorbonne, reçut l’ordination sacerdotale, prit un logement au Séminaire des M.-E., et s’occupa de bonnes œuvres. Il fut le confesseur de Mme Elisabeth.

    Lors des discussions qui s’élevèrent au Séminaire entre les directeurs perpétuels et les directeurs procureurs, au sujet de l’interprétation des Lettres-patentes, les premiers jugèrent bon de nommer, le 14 février 1790, M. Edgeworth directeur perpétuel. Les directeurs procureurs refusèrent de reconnaître cette nomination. Ne voulant pas prendre parti dans la querelle, Edgeworth ne siégea à aucun Conseil. Il est donc assez difficile de le compter au nombre des membres de la Société des M.-E. Si nous avons inscrit son nom dans le Mémorial, c’est pour tenir compte d’une opinion qui n’est pas la nôtre.

    Lorsque la famille royale fut enfermée au Temple, Mme Elisabeth trouva le moyen de faire demander à Edgeworth s’il accepterait de venir confesser Louis XVI. Le prêtre répondit qu’il s’honorerait de ce ministère. En conséquence, le roi donna le nom et l’adresse alors rue du Bac, n° 483, de M. Edgeworth qui se rendit près de lui le 20 janvier 1793, y entendit sa confession, passa la nuit au Temple, et le lendemain célébra la messe à laquelle Louis XVI communia. Il accompagna le roi au lieu du supplice et prononça, dit-on, ces mots­ : « Fils de saint Louis, montez au ciel. »

    Il se cacha ensuite à Paris et dans les environs, se retira près de Bayeux dans le quartier d’Aprigny, chez M. de Lezardière, et après d’assez longues péripéties, quitta la France, et se rendit près du comte d’Artois à Edimbourg. A la demande du comte de Provence, plus tard Louis XVIII, il alla en 1797 près de lui, à Blankenberg, et demeura avec la famille royale. En 1807, étant à Mittau (Courlande), il soigna des prisonniers français atteints du typhus, contracta cette maladie, et mourut le 22 mai de cette même année. Il fut enterré à Mittau, et Louis XVIII composa l’épitaphe qui fut gravée sur sa tombe.

    Bibliographie. — Lettres de M. l’abbé Edgeworth à ses amis. — Paris, 1818, in-8, pp. 207.

    Mémoires de M. l’abbé Edgeworth de Firmont, dernier confesseur de Louis XVI, recueillis par C. S. Edgeworth et traduits de l’anglais par le traducteur d’Edmund Burke. — Gide fils, libraire, rue Saint-Marc, n° 20 près la rue de Richelieu, Paris, 1815, in-12, pp. 199.

    Notes bio-bibliographiques. — Sem. rel. Bayeux, 1868, p. 35. — Am. de la Rel., iv, 1815, Notice, p. 97. — Mois litt. et pitt., 1906, n° de fév.

    Docum. hist., Tab. alph. — Mém. pour serv. à l’hist. eccl., vi, p. 267. — Vie de Mme Elisabeth, i, p. 375­ ; ii, pp. 84, 103. — Elog. hist. de Mme Elisabeth, pp. 211, 227, 306. — Mémoires de Mary Edgeworth.

    Récit de l’évasion de l’abbé Edgeworth, par Bousset. — In-8.

    Oraison funèbre du très vénérable H.-E. Edgeworth de Firmont, confesseur de Louis XVI, prononcée [par l’abbé de Bouvens] le 29 juillet 1807, dans la chapelle française de King’s-street, Portmansquare, à Londres. — Bureau de l’Ami de la Religion, et chez Adrien Le Clerc, imprimeur de N. S. P. le Pape et Mgr l’archevêque de Paris, n° 35, quai des Augustins, Paris, mdcccxv, in-8, pp. 64.

    Biographie. — Abbé Edgeworth de Firmont, 1745-1810 [lire 1807] [avec portrait]. Les Contemporains, n° 733. — 5, rue Bayard, Paris, in-4, pp. 16.

    • Numéro : 294
    • Année : None