Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

André Marie DURIER

M. ANDRE-MARIE DURIER ( 1862-1934 ) Missionnaire de Pondichéry Il est né le l0 Mai l862 à Saint Bonnet des Quarts, diocèse de Lyon, département de la Loire. Il entra au Séminaire des Missions Étrangères le l7 Octobre l882 et fut ordonné prêtre le 22 Septembre l885. Parti pour Pondichéry le l8 Novembre 1885, il arriva dans sa Mission en Décembre de la même année.
Add this
    M. ANDRE-MARIE DURIER ( 1862-1934 )
    Missionnaire de Pondichéry

    Il est né le l0 Mai l862 à Saint Bonnet des Quarts, diocèse de Lyon, département de la Loire. Il entra au Séminaire des Missions Étrangères le l7 Octobre l882 et fut ordonné prêtre le 22 Septembre l885. Parti pour Pondichéry le l8 Novembre 1885, il arriva dans sa Mission en Décembre de la même année.
    Il fut nommé au Grand Séminaire comme professeur de théologie, mais il ne resta qu'un an et devint alors professeur de rhétorique au Petit Séminaire, puis professeur au Collège colonial que les Pères du Saint Esprit venaient de quitter en 1887. Il étudia le tamoul avec acharnement, et il fut vite en mesure d'aller en paroisse. On lui confia la paroisse d'Ariankupam, puis celle de Reddiarpalayam, à proximité de Pondichéry. Il assurait le service de ces paroisses, en plus de son enseignement au Collège.
    Mais il désirait se consacrer entièrement aux paroisses. Alors Mgr. Gandy le mit en charge du district d'Atcharapakam. Ce poste de brousse étant devenu trop dur pour lui, il fut nommé à Yerkaud, où il lui était plus facile de se ravitailler. Il ne devait pas y rester longtemps, car le poste de principal du Collège St. Joseph étant devenu vacant, on lui demanda d'aller l'occuper.
    Il fut un bon principal , mais il aimait la solitude, ses livres et sa chambre. Et quand M. Bertho ,son prédécesseur, revint de France où il était aller se soigner, M. Durier dut quitter Cuddalore, et il occupa successivement les postes de Yerkaud, Pannikankuppam, Cuddalore old Town et Karikal.
    Mgr. Morel eut alors besoin d'un missionnaire pour le poste de Chandernagore, situé dans l'État du Bengale, à 21 milles de Calcutta, il y envoya M. Durier. Il se remit à l'étude des langues. En la circonstance, ce fut l'étude de la langue bengali. Il se rendit si bien maître de cette langue, qu'il en était venu à ne lire que des livres bengalis.
    Le 25 Janvier l934, un télégramme vint annoncer à Mgr. Colas, nouvel archevêque de Pondichéry, que M. Durier venait d'être transporté à l'hôpital à Calcutta. Il fut opéré d'un abcès qui mettait sa vie en danger, et après un traitement approprié, il sortit de l'hôpital et retourna à Chandernagore.
    Le dimanche 11 Février, il prit quelque nourriture, tout en se plaignant de nausées. Il avait froid et on dut lui mettre une bouillotte pour lui réchauffer les pieds. Dans l'après-midi, la respiration paraissait un peu embarrassée, et M. Gayet descendit pour appeler le Docteur. Mais le P. Durier mourut dans un demi sommeil, sans s'en apercevoir.
    Son corps fut exposé dans la grande salle du presbytère et les Religieuses de St. Joseph de Cluny vinrent veiller et prier près de sa dépouille mortelle.
    Le lendemain la cérémonie des obsèques fut très belle et très touchante. Pendant le convoi au cimetière, le cercueil fut porté par huit cipayes ( soldats indiens de Pondichéry) tandis que les cordons du poêle étaient tenus par M. l'Administrateur ,le Président du Tribunal et deux des principaux habitants de la ville. Au cimetière, le Chef de la Colonie, prit la parole :\Pendant vingt cinq ans, dans ce petit coin de terre française, vous avez rempli allègrement votre mission, gagnant tous les coeurs par votre modestie, par votre sourire et par votre bonté. Hier, au bout de vos forces, vous vous êtes endormi doucement pour toujours dans votre vieux presbytère, face à votre belle église. Aujourd'hui vous y venez pour la dernière fois, mais pour ne plus la quitter désormais, réalisant ainsi votre désir le plus cher, et vous nous léguez, avec le souvenir d'un beau renoncement, l'exemple d'une vie toute de dévouement."
    DURIER

    André

    (1862 - 1934)

    [1674]

    DURIER André, Marie.

    Références biographiques
    AME 1894 p. 132. 1934 p. 94. CR 1885 p. 144. 1893 p. 237. 1895 p. 293. 295. 1906 p. 240. 1916 p. 166. 1918 p. 194. 1922 p. 150. 1934 p. 234. 266. BME 1932 p. 148. 228. 474. 560. 1934 p. 358. EC1 N° 284.



    "
    • Numéro : 1674
    • Année : None