Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Désiré Jean Baptiste DURAND

DURAND Désiré (1879- 1951) [2610] DURAND Désiré, Jean-Baptiste, est né le 1er janvier 1879 à Saint Chély-d'Apcher (Lozère), au diocèse de Mende. Il entre au Séminaire des Missions Etrangères le 16 septembre 1897. Ordonné prêtre le 21 septembre 1901, il part le 13 novembre suivant pour le Siam.
Add this
    DURAND

    Désiré

    (1879- 1951)

    [2610] DURAND Désiré, Jean-Baptiste, est né le 1er janvier 1879 à Saint Chély-d'Apcher (Lozère), au diocèse de Mende. Il entre au Séminaire des Missions Etrangères le 16 septembre 1897. Ordonné prêtre le 21 septembre 1901, il part le 13 novembre suivant pour le Siam.

    Il est d'abord vicaire du Père Louis Loetscher à Bangphasoi (aujourd'hui appelé Chonburi) pour y apprendre le dialecte chinois Hoklo. Au bout d'un an, Mgr. Vey l'envoie au Rosaire pour y étudier le Khé, autre dialecte chinois, dans l'église annexe de Bangchueknang. En 1903, il est nommé vicaire du Père Petit à Vat Pheng où il continue l'étude du chinois. Vers la fin de l'année, il devient vicaire du Père Salmon à Bangnokkhwek. En 1904, il est chargé du poste de Lamsai où tout est à fonder : église, presbytère et dépendances : il collabore avec le Père Jean, du clergé local.

    Après 19 ans dans cette chrétienté, sa santé faiblit, ses forces diminuent. En 1923, il part respirer l'air du pays natal et revient à la fin de l'année. Il est nommé curé de Bangnokkwek. C'est le Père Durand qui, en 1927, reçoit les Pères Salésiens qui prennent en charge la nouvelle mission de Rapburi. Il reste près d'un an avec eux pour les mettre au courant et est désigné comme curé de Pakkhlong Talat, où il reste jusque vers 1934 ou 1935. Il retourne alors dans son ancien poste de Lamsai. C'est là qu'en 1941, il est mis en prison huit jours et sérieusement maltraité par la police. Il est exilé en Indochine, en revient en 1942 et va aider le Père Carrié à Petriu. Un ou deux ans après, il est chargé de garder le Séminaire fermé et s'occupe de la nouvelle communauté chinoise de Siracha.

    En 1947, fatigué, il est nommé au petit poste de Paklat. Il célèbre ses noces d'or sacerdotales en 1951 et assiste aux noces d'or du Père Tapie, après quoi il entre à l'hôpital, n'y reste que quelques jours et veut rentrer à Paklat où il meurt le 7 juillet 1951.





    Références biographiques
    AME 1902 p. 93. 1913 p. 94. 203. 1937 p. 44. CR 1901 p. 278. 1907 p. 414. 1912 p. 232. 1929 p. 169. 170. 327. 1931 p. 202. 1932 p. 234. 1936 p. 172. 1938 p. 291. 1939 p. 160. 1947 p. 84. 1953 p. 80. BME 1922 p. 36. 1923 p. 395. 665. 807. 1926 p. 776. 1929 p. 183. 120. 251. photo p. 720. 1932 p. 713. 1935 p. 141. 252. 1936 p. 672. 838. 1937 p. 887. 1939 p. 65. 435. 1940 p. 630. 1950 p. 515. 1951 p. 193. 289. 1952 p. 118. 638. 1953 p. 206. 724. EC RBac N° 7. 14. 36. 49. 543. APP 1953 p. 176 (notice). 1955 p. 253.

    Notice nécrologique
    APP. 1953 pp. 176-178.

    • Numéro : 2610
    • Année : None