Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Constant DUQUET

[2313] DUQUET Philippe, Constant, Elie Missionnaire Cambodge - Phnompenh --------- Philippe, Constant, Elie DUQUET naquit le 28 octobre 1872, à Combe-la-Motte, diocèse de Besançon, département du Doubs. Il était le septième d'une famille de douze enfants, et venait après son frère Jules-Ernest, lui aussi futur missionnaire au Cambodge.
Add this
    [2313] DUQUET Philippe, Constant, Elie

    Missionnaire

    Cambodge - Phnompenh

    ---------

    Philippe, Constant, Elie DUQUET naquit le 28 octobre 1872, à Combe-la-Motte, diocèse de Besançon, département du Doubs. Il était le septième d'une famille de douze enfants, et venait après son frère Jules-Ernest, lui aussi futur missionnaire au Cambodge.

    M. l'Abbé Jeanningros, curé de la paroisse de Combe-la-Motte, oncle de Mgr.Constant-Philomen Jeanningros, évêque d'Havara, coadjuteur de Mgr. Grangeon à Quinhon, lui donna les premières leçons de latin et le fit entrer en cinquième au petit séminaire de N.D. de Consolation; son frère Jules était alors en classe de seconde, dans ce même établissement. Philippe-Constant fut un excellent élève; puis il se dirigea vers le séminaire de philosophie à Vesoul où il passa deux ans et obtint des prix en mathématiques.

    Après une année de service militaire qu'il fit comme artilleur, à Besançon, Philippe-Constant entra, laïque, au séminaire des Missions Etrangères, le 15 octobre 1894; il y retrouva son frère Jules sur le point de partir au Cambodge, et son ami, le futur Mgr. Jeanningros. Tonsuré le 21 septembre 1895, minoré le 29 février 1896, sous-diacre le 27 septembre 1896, diacre le 13 mars 1897, il fut ordonné prêtre le 27 juin 1897 et reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Cambodge (Phnompenh) qu'il partit rejoindre le 4 août 1897

    Arrivé dans sa mission, Mgr. Grosgeorge envoya M. Philippe-Constant Duquet, à Banam auprès de M.Pianet pour y apprendre la langue viêtnamienne et faire sa formation apostolique. Vers la fin de 1898, il fut nommé curé de Somrong (Samrong), chrétienté fondée en 1880. En fin 1899, il fut désigné pour le poste important de Cantho, dans la partie cochinchinoise de la mission.

    Pendant les années passées à la tête de ce district, M.Philippe-Constant Duquet, avec l'aide de deux prêtres viêtnamiens, visita souvent ses chrétientés, baptisa de nombreux adultes, développa l'oeuvre de la Sainte Enfance, encouragea les vocations. En 1904, il fonda la chrétienté de Tan-Phong, et en 1909, celle de Nhon-Nghia, sur le Xa-No. Prévoyant le développement de la ville de Cantho, capitale de l'ouest cochinchinois, il chercha à se rapprocher du centre dont son église était éloignée de trois kms. Il put acquérir, en lisière de la ville, un vaste terrain sur lequel il bâtit l'église.

    En 1916, s'acheva la construction du nouveau grand séminaire de Phnompenh. Mgr. Bouchut en confia la direction à M.Philippe-Constant Duquet. Pendant dix ans, celui-ci travailla à former spirituellement et intellectuellement des prêtres à la hauteur de leur tâche. Bien que d'un naturel un peu timide, d'une conversaiton un peu lente, son enseignement était clair et il savait faire progresser ses élèves.

    Mais fatigué et souffrant du foie, il dût envisager un retour en France. Le 28 juin 1926, il embarqua à Saïgon, mais dût être débarqué à Colombo et y passa quatre semaines à l'hôpital; il pût enfin atteindre Marseille où il arriva le 21 août 1926 et fut admis à l'hôpital St. Joseph. Sans illusions sur son état, il lui fut impossible d'aller au pays natal où une cinquantaine de neveux et de nièces qui ne le connaissaient pas, l'attendaient avec impatience.

    Le 31 octobre 1926, il eût une syncope, reçut les derniers sacrements, puis tomba dans le coma jusqu'à midi moins cinq, heure où, tout doucement,il expira. MM. Léon Robert et Masseron l'assistèrent en ces derniers moments.

    Une cérémonie funèbre se déroula à Marseille, puis sa dépouille mortelle fut emmenée à Combe-la-Motte; c'est là que, le 6 novembre 1926, eurent lieu les funérailles solennelles. M.Philippe-Constant Duquet repose à côté de ses parents.





    Références biographiques

    AME 1897 p. 772. 1913 p. 260. 262. 308. 1926-27 p. 233. 1933 p. 94. CR 1897 p. 278. 1899 p. 232. 1901 p. 180. 1903 p. 214. 1904 p. 207. 1905 p. 192. 196. 1906 p. 184. 187. 1909 p. 193. 1910 p. 204. 1912 p. 229. 1916 p. 138. 1917 p. 111. 1921 p. 148. 1926 p. 239. 1927 p. 117. 183. 1933 p. 180. 1935 p. 333sq. BME 1926 p. 450. 712. 1927 p. 56. EC1 N° 114. 118.




    • Numéro : 2313
    • Année : None