Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Ferdinand AiméAugustin Joseph DUPOND

[448]. DUPOND, Ferdinand-Aimé-Augustin-Joseph, vicaire apostolique du Siam, né le 17 novembre 1809 à Flers (Pas-de-Calais), élève du collège d'Amettes et du grand séminaire d'Arras, prêtre le 21 décembre 1833, exerça le ministère en qualité de vicaire à Beaurains, qui avait pour annexe Tilloy-les-Mofflaines.
Add this
    [448]. DUPOND, Ferdinand-Aimé-Augustin-Joseph, vicaire apostolique du Siam, né le 17 novembre 1809 à Flers (Pas-de-Calais), élève du collège d'Amettes et du grand séminaire d'Arras, prêtre le 21 décembre 1833, exerça le ministère en qualité de vicaire à Beaurains, qui avait pour annexe Tilloy-les-Mofflaines.
    Il entra au Séminaire des M.-E. le 1er octobre 1838, et partit le 28 avril 1839 pour le Siam où, marchant sur les traces de M. E. Albrand, il travailla activement à la conversion des Chinois. Il débuta à la paroisse de Notre-Dame du Rosaire (Calvaire) à Bangkok ; mais bientôt il rayonna dans les environs et même assez loin de la capitale. En 1845, en effet, nous le trouvons missionnaire ambulant à Nakhon Xaisi ; de 1846 à 1848, il est à Petriou. Lors de son éloignement du Siam de 1849 à 1851, avec plusieurs autres missionnaires, à l'occasion des difficultés qu'engendra une question théologique sur un acte soi-disant superstitieux (Voir PALLEGOIX), il se rendit au Kouang-tong (Chine), travailla dans le Lok-fung, et dans l'île de Haï-nan ; au cours de ses prédications, il fut rudement battu par les païens.
    A son retour au Siam, il eut la direction de la paroisse de Notre-Dame du Rosaire. C'est pendant qu'il gouvernait cette paroisse, en 1858, qu'eut lieu un incident qui provoqua de sérieuses démarches du consul de France, M. Pavion. Des chrétiens furent arrêtés dans l'église pour avoir fait, sans autorisation suffisante, disait-on, un feu d'artifice. A la suite des démarches du consul, la mission reçut, à titre de réparation, un terrain situé en face de l'église du Rosaire, sur les bords du Mei-nam, et mesurant environ 100 mètres de longueur sur 30 de largeur. En 1862, Dupond fit un séjour prolongé à Dong Kabuang, et l'année suivante s'occupa activement de Bang Xang ; dans ces différents postes il opéra des conversions parmi les Chinois. Partout où il passa il combattit l'usage de l'opium. Après la mort de M. Clémenceau, le 18 janvier 1864, il gouverna la mission du Siam en qualité de supérieur.
    Nommé évêque d'Azoth et vicaire apostolique du Siam le 9 septembre 1864, il reçut la consécration épiscopale à Saïgon (Cochinchine) le 22 février 1865. Son épiscopat paraissait devoir être fécond en conversions ; malheureusement, pendant la jeunesse du roi, le pouvoir tomba entre les mains d'un grand mandarin hostile au catholicisme, qui s'efforça d'empêcher les progrès de l'évangélisation et y réussit. En 1870, Mgr Dupond prit part au concile du Vatican et aux réunions qui eurent lieu à Rome pour la révision du Règlement général de la Société des M.-E.
    Le bref Ecclesiæ universæ (Jus Pont. de Prop. Fid., vi, 2e part., p. 95), du 22 juillet 1870, fixa les limites de sa juridiction, et l'étendit d'un côté jusqu'au Mékong, et de l'autre, vers la Presqu'île de Malacca, l'arrêta aux territoires de Phonchet, Talory, Takua-tung, Takua-pa, Panga Malevorou, et Quedah Patani. Cette pièce ne fut pas bien comprise, et l'on crut que ces territoires étaient rattachés au Siam, tandis que Rome les plaçait sous la juridiction du vicaire apostolique de la Presqu'île de Malacca. Cette question a été éclaircie définitivement par une lettre de la Propagande en date du 8 mai 1913, et les limites fixées, jusqu'à entente entre les chefs des deux missions, selon le sens exact du bref du 22 juillet 1870.
    En 1871, l'évêque fit explorer par un missionnaire, F.-J. Schmitt, la région frontière du Siam et de la Birmanie. En juillet 1872, il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur pour services rendus à l'influence française.
    Il mourut à Bangkok le 11 décembre 1872, et fut enterré dans l'église de l'Immaculée-Conception.
    Bibliographie. - (Règlement de la mission), 2e édit. [1re édit. par Mgr Pallegoix]. - Imprimerie de la mission, Bangkok, 1870, in-8, pp. 88.
    Notes bio-bibliographiques. - C.-R., 1872, p. 13 ; 1874 (janv.), p. 12 ; 1876, p. 34 ; 1884, p. 118 ; 1895, p. 238 ; 1899, p. 237. - A. P. F., xxxvii, 1865, p. 335 ; xlv, 1873, p. 300. - A. S.-E., xiv, 1862, p. 400 ; xxii, 1870, p. 75 ; xxiv, 1873, p. 141. - M. C., i, 1868, p. 3 ; v, 1873, p. 165. - A. M.-E., 1912, p. 92. - Sem. rel. Arras, 1869, pp. 564 et suiv. ; 1872-73, Notice, p. 359. - Ann. rel. Orléans, 1868-69, p. 902. - Sem. rel. Paris, 1865, Son sacre, p. 495 ; 1872, Sa nomination de chevalier de la Légion d'honneur, p. 17. - Sem. rel. Poitiers, 1865, Notice sur M. Clémenceau, p. 649. - T'oung-pao, 2e sér., xii, 1911, p. 171.
    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. - Le sec. emp. en Indo-Ch., p. 463. - Act. et hist. du Conc., Notice, v, p. 187. - Recueil des lett. de G.-P. Marizien, p. 70.
    Collect., 22 nov. 1871 : n° 1475.
    Portrait. - M.-C., v, 1873, p. 157. - Act. et hist. du Conc., v, p. 139.


    • Numéro : 448
    • Année : None