Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre DUHART

DUHART Pierre (1901 - 1963) [3295] DUHART Pierre, Jean, est né le 11 décembre 1901 à Labastide Clairence, diocèse de Bayonne (Pyrénées Atl.). Il fit ses études primaires au Boucau et ses études secondaires au Petit Séminaire, alors réfugié à l'abbaye de Belloc. Il entra aux Missions Étrangères le 8 novembre 1919, et reçut l'ordination sacerdotale le 19 décembre 1925. Il reçut sa destination pour la mission de Kirin et s'embarqua à Marseille le 6 avril 1926.
Add this
    DUHART Pierre

    (1901 - 1963)


    [3295] DUHART Pierre, Jean, est né le 11 décembre 1901 à Labastide Clairence, diocèse de Bayonne (Pyrénées Atl.). Il fit ses études primaires au Boucau et ses études secondaires au Petit Séminaire, alors réfugié à l'abbaye de Belloc. Il entra aux Missions Étrangères le 8 novembre 1919, et reçut l'ordination sacerdotale le 19 décembre 1925. Il reçut sa destination pour la mission de Kirin et s'embarqua à Marseille le 6 avril 1926.

    Après son arrivée en Mandchourie, il étudia la langue chinoise et il fut envoyé à Siao Pa Kia Tse, où il remplaça le curé, le Père Révault, parti en France pour soigner une furonculose. Au retour de celui-ci, le Père Duhart continua à l'aider comme vicaire pendant quelque temps. Puis, en 1929, il fut transféré à Houlan, où il ne resta que quelques mois, pour se rendre alors à Kirin, pour enseigner au Séminaire. Il mit à exécution un programme d'études plus en rapport avec les besoins du temps et mieux harmonisé avec les études des autres Séminaires. En 1933, il fut nommé supérieur; il fut secondé, au Grand Séminaire, par les Pères Beaudeaux et Lannay. L'établissement comptait 105 élèves, dont 22 pour le Grand Séminaire.

    En février 1935, il dut subir une opération de l'appendicite et il rentra en France en avril 1935 pour une longue convalescence. Il confia la direction du Séminaire au Père Beaudeaux, et en France, grâce aux bons soins de sa famille, il retrouva la santé et revint en Mandchourie le 15 mars 1936 pour reprendre ses fonctions au Séminaire.

    En janvier 1937, on le nomma chef du district de Kirin, et le Père Lemaire le remplaça au Séminaire. Le district comprenait 1.400 fidèles et de nombreux catéchumènes. Aidé de bons catéchistes, il travailla beaucoup à l'évangélisation des païens et, en 1939, il eut la consolation de faire 105 baptêmes d'adultes. Il sut rendre sa paroisse très vivante, grâce à une pastorale intelligente et adaptée au pays.

    En 1941, des troubles cardiaques le forcèrent à aller demander au climat plus doux de Shanghai une amélioration de son état de santé. Il revint à son poste à Noël, en meilleure santé.

    Il resta curé de la cathédrale de Kirin jusqu'en 1946. À cette époque, le Père Lemaire fut sacré évêque et fut rappelé à Paris comme supérieur général des MEP. Alors, le Père Duhart redevint supérieur du Séminaire et fut nommé provicaire de la mission. Puis, le 1er juin 1946, Mgr. Gaspais le nomma vicaire général.

    Cette année là, la Mandchourie devint le théâtre de la guerre civile, qui se termina par la victoire des communistes. Alors ce fut la persécution et l'expulsion des missionnaires. Mgr. Gaspais fut emmené à Chang Chung et gardé en résidence surveillée. Le Père Duhart resta seul, impuissant devant les intimidations, les menaces sur les prêtres, les Religieuses et les chrétiens. Réfugié près de l'église, chez les Filles du Saint Esprit, il exerça son ministère envers elles et les Religieuses chinoises, souvent en cachette, il essayait de les encourager dans le désarroi où elles se trouvaient. La cathédrale restait fermée durant la semaine, elle n'était ouverte que le dimanche. Pour gagner sa vie, le Père Duhart en fut réduit à travailler comme jardinier dans le jardin du Séminaire.

    Enfin, en 1952, l'heure du départ forcé sonna pour lui comme pour les autres étrangers. Il arriva le 10 septembre à Hongkong. Le 30, il s'embarqua pour la France et arriva à Marseille le 2 octobre, tout juste pour apprendre le décès de son évêque, Mgr. Gaspais.

    En juin 1953, il fut nommé au Petit Séminaire de Mesnil-Flin, comme professeur. Il devint supérieur en 1959. Puis, se sentant très fatigué, en 1962 il demanda à être déchargé de ses fonctions. Il fut alors appelé à Paris, pour tenir la permanence au Service des Vocations.

    Dans la soirée du 16 août 1963, il eut un malaise, et dans la nuit, on dut le transporter à l'hôpital Pasteur. Il était trop tard, le Père expira en arrivant. On ramena le corps au Séminaire, et le 20 août eurent lieu les obsèques, en présence des confrères qui n'étaient pas partis en vacances et des membres de sa famille.

    Revenu en France, il pensait continuellement à sa Mandchourie, et resta en relations épistolaires avec un groupe de séminaristes de Kirin, Saint prêtre et apôtre zélé, il travailla sans relâche pour l'Église de Mandchourie et de Chine et donna l'exemple d'un vrai missionnaire.



    Références biographiques

    AME 1926-27 p. 117. 1938 p. 242. CR 1925 p. 167. 1927 p. 37. 1929 p. 60. 61. 65. 1930 p. 63. 1932 p. 74. 75. 1933 p. 57. 1934 p. 44. 1935 p. 41. 1936 p. 40. 45. 1937 p. 45. 1938 p. 37. 38. 1939 p. 36. 37. 1940 p. 21. 1948 p. 19. 219. 1949 p. 27. 1952 p. 21. 1960 p. 98. 1961 p. 96. 1962 p. 107. BME 1926 p. 191. 262. 504. 1928 p. 747. 1929 p. 171. 677. 1930 p. 298. 804. 1931 p. 415. 438. 1933 p. 851. 1934 p. 120. 121. 1935 p. 260. 337. 419. 501. 532. 657. 1936 p. 146. 353. photo p. 586. 1937 p. 116. 1938 p. 392. 461. 1939 p. 639. 1940 photo p. 118. 1941 p. 97. 98. 1951 p. 198. 199. 1952 p. 48. 490. 644. 646. 704. 772. 1953 p. 627. 1955 p. 1009. 1959 p. 889. MDA 1949 p. 163. 1951 p. 95. 1953 p. 159. EPI 1962 p. 945. 1963 p. 880. 1964 p. 439. EC1 N° 102. 106. 313. 326. 330. 524. 527. 539. 584. 663. 701. 733.

    • Numéro : 3295
    • Année : None