Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Félix DUGAST

DUGAST Félix (1884 - 1924) [3058] DUGAST Félix est né le 12 décembre 1884 à La Guyonnière, diocèse de Luçon (Vendée). Il fit ses études au Petit Séminaire de Chavagnes et au Grand Séminaire de Luçon. Il entra aux Missions Étrangères le 7 septembre 1906. Il fut ordonné prêtre le 18 décembre 1909 et partit pour la mission du Kientchang le 10 novembre 1910.
Add this
    DUGAST Félix

    (1884 - 1924)


    [3058] DUGAST Félix est né le 12 décembre 1884 à La Guyonnière, diocèse de Luçon (Vendée). Il fit ses études au Petit Séminaire de Chavagnes et au Grand Séminaire de Luçon. Il entra aux Missions Étrangères le 7 septembre 1906. Il fut ordonné prêtre le 18 décembre 1909 et partit pour la mission du Kientchang le 10 novembre 1910.

    À Hongkong, Mgr. de Guébriant l'attendait, et le voyage se poursuivit par Hanoi et Yunnanfu. Puis ce furent des chevauchées à cheval à travers le Yunnan, pour arriver enfin dans la métropole du Kientchang au début de janvier 1911.

    Après deux jours de repos, le Père Dugast commença l'étude du chinois. Souffrant de dysenterie, il dut changer d'air et il fut nommé à Lokou, dans les montagnes. Une fois guéri, son évêque l'envoya à Hosi, où sous le même toit qu'un prêtre chinois des plus zélés, il put développer ses connaissances linguistiques et s'initier au ministère paroissial. C'est pendant son séjour à Hosi qu'éclata la révolte de Tchang Tao Tang. Son slogan était : Mort aux étrangers, Détruisons les Catholiques, pillons leurs églises. Quand des bandes forcenées vinrent attaquer la mission, le Père Dugast dut se cacher. Il réussit à s'enfuir et se cacha dans les montagnes. En dernier lieu, il se cacha dans un réduit étroit et sombre, la chambre même d'une veuve païenne, celle-ci ayant trouvé ailleurs un abri temporaire.

    Huit jours se passèrent et le calme revint. Tchang Tsao Tang dut battre en retraite avec ses bandes en fuite. Alors le Père rentra en ville, à la grande joie de ses confrères. Il fallut pourtant se rendre à l'évidence des pillages et des meurtres que l'émeute laissait derrière elle. Le district de Houilli avait surtout souffert : le Père Castanet massacré, de nombreux oratoires mis à sac, les chrétiens tués ou dispersés, les néophytes et les catéchumènes démoralisés, et parmi eux, hélas, combien d'apostats !

    On lui proposa précisément ce poste de Houillitchéou. Il l'accepta et y travailla de grand coeur pendant de nombreuse années. Il parcourut en tous sens ce vaste district, et chercha à amener à l'église le plus de païens possible. Il les poussa ferme à l'étude des prières et du catéchisme. Après le baptême, il les gardait encore huit ou quinze jours pour les former à la pratique de la confession. Sa vie missionnaire fut très active, mais il donna toujours une grande part à la prière et aux exercices de piété; ainsi le Bon Dieu bénit son dévouement et les plus endurcis finirent par ouvrir les yeux et pratiquer leur religion avec plus de ferveur. Il trouvait que beaucoup de ses anciens chrétiens étaient plutôt passifs et ne se préoccupaient guère de prosélytisme. Il regrettait que les mouvements de conversions ne fussent pas soutenus par la masse de ces vieux chrétiens.

    En 1922, M. Dugast fut nommé à Changpa, un district voisin de Tatsienlu, couvert de hautes montagnes, où résidaient de redoutables voisins : les barbares Lolos. Il réussit, avec beaucoup de persévérance, à ramener à la paix et à intensifier la vie chrétienne dans cette difficile paroisse. Il ne resta là que deux ans.

    Au début de décembre 1924, une fièvre pernicieuse se mit à sévir dans la région et gagna vite la mission. Le Père Dugast souffrit d'un fort mal de tête qui le força à s'aliter. Un médecin chinois vint et réussit à faire tomber la fièvre; mais le 31 décembre au soir, les mains et les pieds de notre malade se refroidirent, et vers 9 heures du soir, M. Félix Dugast rendit son âme à Dieu.

    Ce vaillant missionnaire de Chine fait notre admiration.



    Références biographiques

    AME 1911 p. 53. 1912 p. 333. 1913 p. 205. 1919-20 p. 449. 450. 1925 p. 80. CR 1910 p. 30. 1912 p. 129. 130. 134. 1913 p. 129. 1914 p. 54. 1916 p. 79. 1920 p. 29. 30. 1924 p. 50. 1925 p. 59. 157. 1928 p. 215. 1935 p. 70. BME 1924 p. 178. photo p. 199. 1925 p. 168. 1936 p. 167. 238. 241. 323. 1950 p. 130. EC1 N° 78.

    • Numéro : 3058
    • Année : None