Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Maurice françois DUCOEUR

DUCOEUR Maurice (1878 - 1929) [2564] DUCOEUR Maurice, François, est né le 31 octobre 1878 à Nanton, diocèse d'Aurun (Saône et Loire). Il fit ses études au Petit Séminaire de Rimont et est entré au Séminaire des Missions Étrangères le 2 septembre 1895. Il fit partie d'abord de la communauté de Bièvres, où il étudia la philosophie, puis la théologie. Il fut procureur des aspirants, se montrant affable et serviable pour tous.
Add this
    DUCOEUR Maurice

    (1878 - 1929)


    [2564] DUCOEUR Maurice, François, est né le 31 octobre 1878 à Nanton, diocèse d'Aurun (Saône et Loire). Il fit ses études au Petit Séminaire de Rimont et est entré au Séminaire des Missions Étrangères le 2 septembre 1895. Il fit partie d'abord de la communauté de Bièvres, où il étudia la philosophie, puis la théologie. Il fut procureur des aspirants, se montrant affable et serviable pour tous.

    Il fut ordonné prêtre le 23 juin 1901, et il partit le 24 juillet suivant pour la mission du Kouangsi en Chine. Son évêque, Mgr. Lavest, l'envoya apprendre le chinois dans le district de Se-Tchen sous la direction de M. Labully, qui l'initia également au ministère paroissial. Un an après, il était suffisamment armé pour prendre la tête du district de Sieou-Jen. Il s'intéressa aux conversions, surtout dans les cantons de la région des races indigènes \pai". Il alla alors s'installer dans le canton de Eul-Pai, au village de Kien-Tcheou. Il y demeura cinq années et eut la consolation de faire de nombreux baptêmes. Voyageur infatigable et excellent cavalier, il rayonna loin de Eul-Pai, et créa une nouvelle chrétienté, à cent kilomètres de distance à l'est, la chrétienté de Pan-Tien, qui est aujourd'hui le centre d'un nouveau district. Il fut toujours très fraternel avec ses voisins, qui aimaient se réunir chez lui, et qui en repartaient tous en emportant dans leur coeur un rayon de soleil.

    En 1910, lorsqu'il fut question de nommer un successeur à Mgr. Lavest, ses confrères proposèrent M. Ducoeur, qui, appuyé par le Séminaire de Paris, fut nommé Préfet apostolique du Kouangsi le 22 décembre 1910, puis Vicaire apostolique de Nanning le 6 avril 1914. Il n'avait que 33 ans et fut ainsi le plus jeune évêque du monde.

    Malgré l'élan que lui avait imprimé Mgr. Lavest, la mission du Kouangsi avait la réputation méritée d'être la plus difficile et la plus ingrate des missions de Chine. Terre de prédilection des pirates et des Pavillons Noirs, peuplée de races indigènes profondément indifférentes et grossières, arrosée du sang des martyrs (Père Chapdelaine), cette mission du Kouangsi était et restera encore longtemps un rude champ d'apostolat.

    Nombreuses furent les difficultés auxquelles eut à faire face le nouvel évêque. La devise qu'il avait choisie Corde magno et animo volenti lui inspira le courage que donne la confiance en Dieu. Il porta ses efforts sur le Séminaire et le clergé indigène. Il s'intéressa beaucoup à l'oeuvre des catéchistes, puis à l'éducation des jeunes et aux oeuvres médicales. Il eut la joie d'ordonner dix prêtres indigènes, dont le nombre fut ainsi porté à treize. Il fit ouvrir dans des centres bien choisis des écoles de catéchistes, et il travailla beaucoup à la formation de religieuses indigènes pour l'instruction des femmes. Il fit appel à des Soeurs canadiennes pour diriger le noviciat. Il fit venir aussi des Soeurs infirmières qui ouvrirent un hôpital-dispensaire.

    Mgr. Ducoeur eut à régler la question de la division de la mission du Kouangsi. La partie Nord-Ouest fut détachée pour être réunie à la partie Sud du Koui-Tcheou et former la nouvelle mission de Lanlong. En dépit de cette division, le nombre de chrétiens augmenta, car cette nouvelle structure favorisa beaucoup l'oeuvre d'évangélisation.

    Depuis longtemps, Mgr. Ducoeur avait ressenti les premières atteintes de la maladie qui devait l'emporter. En 1915, il se sentit frappé de malaises indéfinissables, le coeur s'arrêtait et il devenait pâle comme la mort, la sueur l'inondait. Quelques instants après, il se sentait mieux et reprenait son travail. Sur la fin de 1924, la crise fut plus grave et il dut se résigner à aller passer plusieurs mois à Hongkong. Les médecins constatèrent une lésion au coeur et ordonnèrent le repos absolu. Malgré ce verdict, il reprit ses occupations, mais la maladie de coeur se compliqua de maux de tête, d'estomac, des intestins. Il pensa à retourner en France pour se soigner. Il quitta Nanning le 15 avril. Le 8 juin 1929, il arriva à Marseille, exténué, et fut conduit de suite à l'hôpital. Le médecin déclara l'état désespéré. Monseigneur l'évêque de Marseille vint rendre visite au pauvre évêque missionnaire qui allait bientôt mourir. Le 10 juin 1929, il rendit son âme à Dieu.

    Le lendemain eurent lieu les obsèques. Mgr. Dubourg présida. M. Sibers chanta la messe. MM. Robert, Bibollet, Masseron, Demanse, Cadière et Hérault représentaient la Société. Les funérailles eurent lieu le 14 juin à Rimont, selon le désir exprimé par le vénéré défunt. Devant les jeunes élèves du Petit Séminaire, M. le Supérieur, dans son homélie, rappela le désir du défunt d'être martyr. "La Sainte Vierge, dit-il, lui a donné de livrer goutte à goutte les forces de son corps, les énergies de son âme, l'amour de son coeur. Et pour que le martyre fut bien complet, elle lui a fait faire le rude sacrifice des consolations, bien méritées pourtant, qu'il eût pu trouver à vivre quelque temps au milieu de ceux qu'il aimait et qui se préparaient à l'entourer de tant de respectueuse affection."



    Références biographiques

    AME 1901 p. 267. 1907 p. 312. 313 (art.). 1910 p. 311 (art.). 1913 p. 57 (art.). 1914 p. 35 (art.). 211. 1917-18 p. 275. 1919-20 p. 284. 1922 p. 146. 1925 p. 18. 1929 p. 167 (art.). 174. 180. 1932 p. 107 (art.). 1936 p. 251. 252. 1939 p. 110. 1926-27 p. 120. CR 1901 p. 277. 1902 p. 147. 151. 1904 p. 151. 1905 p. 122. 1907 p. 159. 161. 162. 1908 p. 129. 130. 1909 p. 140. 1910 p. 4. 1911 p. 5. 114. 1912 p. 165. 1913 p. 171. 406. 1914 p. 66. 67. 1915 p. 84. 1916 p. 93. 1917 p. 70. 1918 p. 55. 1919 p. 62. 1920 p. 43. 1921 p. 65. 1922 p. 77. 1923 p. 94. 1924 p. 73. 1925 p. 82. 1926 p. 90. 1927 p. 83. 1928 p. 91. 1929 p. 122. 247. 1930 p. 137. 1938 p. 108sq. 1937 p. 281. 288. 1940 p. 125. 130. 1947 p. 174. 176. 309. 317. 318. 1948 p. 242. BME 1922 p. 310. 410. 506. 691. photo p. 17. 1923 p. 258. 319. 388. 446. 1924 p. 397. 461. 601. 668. 726. 800. 1925 p. 240. 305. 435. 775. 1926 p. 250. 707. 1929 p. 49. 369. 374. 436. 470. 1931 p. 96. 866. 1932 p. 756. 940. 1933 p. 20. photo p. 153. 1934 p. 174. RHM 1925 p. 152. 1926 p. 463. 464. 1929 p. 464. MC 1918 p. 63. 64. 1922 p. 133. 1929 p. 310. EC1 N° 107. 178.

    "
    • Numéro : 2564
    • Année : None