Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François DUCLOUX

DUCLOUX François (1864-1945) [1857] DUCLOUX François, est né le 14 novembre 1864 à Pélussin, diocèse de Lyon (Loire). Il fit ses études secondaires et son Grand Séminaire à Lyon, et après avoir reçu les Ordres Mineurs, il entra au Séminaire des Missions Étrangères, le 22 février 1888. Il fut ordonné prêtre le 21 septembre 1889. Destiné à la mission du Yunnan, il partit pour la Chine le 13 novembre suivant.
Add this

    DUCLOUX François

    (1864-1945)


    [1857] DUCLOUX François, est né le 14 novembre 1864 à Pélussin, diocèse de Lyon (Loire). Il fit ses études secondaires et son Grand Séminaire à Lyon, et après avoir reçu les Ordres Mineurs, il entra au Séminaire des Missions Étrangères, le 22 février 1888. Il fut ordonné prêtre le 21 septembre 1889. Destiné à la mission du Yunnan, il partit pour la Chine le 13 novembre suivant.

    Il arriva au Yunnan le 25 avril 1890. Après un court séjour dans le district de Hwang-Kia-Ping, il fit un premier stage au Séminaire de la Mission, de là il fut envoyé dans le Nord, à Kokoui, où il ne resta que deux ans.

    En 1895, il fut nommé supérieur du Séminaire, mais en 1900, après le pillage et l'incendie de son établissement et de l'évêché, il dut regagner Hongkong, où il ne passa que quelques mois, car à la fin de l'année, il revint au Yunnan, et retrouvait ses élèves regroupés à Chengfongshan.

    En 1903, il ramena sa communauté à Kunming, et en 1905, il prit possession, avec ses élèves, des locaux du nouveau Séminaire à peine achevé à Pelongtan, au nord de la ville. Il y resta jusqu'en 1911. Il s'occupa des petits et grands séminaristes jusqu'en 1915, époque où les grands Séminaristes furent envoyés à Penang pour poursuivre leurs études théologiques, au Collège Général, dirigé par notre Société pour les Missions d'Asie.

    M. Ducloux, pendant 15 ans, fut supérieur du Séminaire au Yunnan, et enseigna le latin et la théologie, tout en exerçant la fonction d'économe.

    En 1908, son évêque, Mgr. Gorostarzu, le nomma provicaire, et en 1911, lui confia la paroisse de l'Immaculée Conception. En même temps, il eut la charge de l'instruction religieuse au noviciat des Religieuses chinoises, auxquelles il inculqua un grand esprit surnaturel.

    En 1929, son évêque le déchargea du soin de la paroisse et lui confia la direction des Religieuses chinoises. Alors M. Ducloux vint s'établir à l'évêché. Il dut assurer l'administration du vicariat, pendant l'absence et la maladie du vicaire apostolique. Après la démission de ce dernier, en 1932, son successeur, Mgr. de Jonghe, lui maintint le titre de provicaire et de vicaire délégué.

    Deux ans plus tard, se voyant très fatigué, il donna sa démission de provicaire, mais continua ses services chez les Soeurs de St Paul de Chartres et au Grand Séminaire, où il conserva la direction spirituelle de quelques élèves.

    En février 1938, il souffrit du foie et de l'estomac, mais les crises se faisant plus rares, il put célébrer son jubilé sacerdotal. Ce 21 septembre 1939, tous ses confrères de la ville et toutes les communautés vinrent lui offrir leurs meilleurs voeux. Pendant les quelques années qu'il passa à l'évêché, M. Ducloux fit l'édification de tous, par sa discrétion et sa régularité.

    Le dimanche 7 janvier 1945, il demanda qu'on le laissât seul, et le lendemain, il ne put célébrer la Messe. Dans la matinée, le mal fit des progrès et la parole lui devint de plus en plus difficile. Il reçut le sacrement des malades, et, le soir, le Saint Viatique.

    En la soirée du 8 janvier 1945, alors que M. Derouineau et plusieurs confrères récitaient les prières des agonisants, il rendit son âme à Dieu.

    La messe des obsèques fut célébrée par M. Guilbaud, assisté de M. Moulin et de M. Ho. Assistaient à l'office Mgr. Walsh, supérieur de Maryknomi, le Consul de France et les membres de la colonie française, de nombreux confrères, les prêtres de St Sulpice, le supérieur des Salésiens et des missionnaires réfugiés à Kunming. Les aumôniers de l'armée américaine étaient représentés par le Colonel Mc Namara. M. Ducloux fut enterré au cimetière de Pelongtan. Ce fut une belle vie missionnaire de 55 ans en Chine, où le Père travailla beaucoup pour la promotion du clergé chinois.


    Références biographiques

    AME 1890 p. 163. 1900 p. 211. 1905 p. 347. 356. 357. 1919 p. 65. 1924 p. 232. CR 1889 p. 255. 1900 p. 105. 1903 p. 124. 1905 p. 91. 1909 p. 111. 1910 p. 110. 1912 p. 137. 1913 p. 144. 1918 p. 46. 140. 141. 1920 p. 32. 34. 1921 p. 53. 1924 p. 52. 53. 1926 p. 181. 1927 p. 60. 64. 1930 p. 96. 102. 1931 p. 97. 1932 p. 103. 110. 1933 p. 82. 87. 1934 p. 74. 1935 p. 77. 1938 p. 79. 1947 p. 260. 1948 p. 201. 203. BME 1922 p. 437. 1923 p. 355. 1924 p. 597. 1929 p. 174. 748. photo p. 496. 1934 p. 48. 49. 201. photo p. 357. 1935 p. 402. 510. 660. photo p. 589. 1938 p. 333. 612. 1940 p. 80. photo p. 199.1941 p. 757. 1948 p. 346. 349. 1949 p. 300. MC 1940 p. 16. EC1 N° 439.



    • Numéro : 1857
    • Année : None