Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Baptiste DRONET

[1597] DRONET Jean-Baptiste Missionnaire Tonkin Occidental - Hanoï -------------
Add this
    [1597] DRONET Jean-Baptiste

    Missionnaire

    Tonkin Occidental - Hanoï

    -------------

    Jean-Baptiste DRONET naquit le 20 septembre 1855 à Vieillevigne, département de la Loire Atlantique, diocèse de Nantes, dans une famille qui compta cinq garçons et quatre filles. Parmi ces 9 enfants, trois se consacrèrent à Dieu: Eugène devint frère coadjuteur au Séminaire des Missions Etrangères à Paris où il mourut le 29 juin 1908, Mélanie entra dans la Congrégation des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie, et décéda en 1930, Jean-Baptiste fut missionnaire à Hanoï.

    Celui-ci commença ses études primaires à l'école communale tenue par les Frères de St.Gabriel, mais il dut quitter les études, pour aider sa famille, dans les travaux agricoles. Avec l'autorisation de son père, il entra au petit séminaire de Guérande, vers l'âge de 18 ans. D'une intelligence moyenne, d'un jugement droit, mais avec une mémoire ingrate, il éprouva pour ses études secondaires, des difficultés sérieuses surmontées par un travail acharné. Il passa ensuite au grand séminaire de Nantes où il fut ordonné prêtre le 29 juin 1883.

    Le 30 Juillet 1883, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Ayant reçu sa destination pour le Vicariat Apostolique du Tonkin Occidental, (Hanoï), il partit le 16 juillet 1884, en compagnie de MM. Boquel Camille, Chevènement Louis, et Letourmy Jean-Marie envoyés eux-aussi à cette même mission.

    Mgr. Puginier accueillit ces nouveaux missionnaires qui furent dirigés quelques jours plus tard vers Ke-So, centre religieux de la mission, en vue de l'étude de la langue viêtnamienne. M.Dronet eût quelques difficultés, mais par ses efforts courageux et persévérants, il surmonta tous les obstacles. Au bout d'une année, pour s'initier au ministère pastoral, et perfectionner la connaissance de la langue, il fut envoyé à But-Dông, ancienne chrétienté située à quatre ou cinq kms du petit séminaire de Hoang-Nguyên,où, un quart de siècle plus tôt, s'était caché Théophane Vénard.

    Au cours de l'année 1886, Mgr. Puginier décida la création à Hanoï du \Collège d'Acanthe", la première école franco-viêtnamienne; il la confia à M. Dronet. En 1893, elle comptait plus de 200 élèves. Pendant neuf ans, ce dernier y remplit les fonctions d'enseignant et de directeur, tout en aidant, selon ses possibilités, les curés de Hanoï. Vers 1888, il commença à visiter et à consoler les prisonniers. Il aima ce ministère qu'il tint toujours pour prioritaire et qu'il se réserva, étant déjà arrivé à l'âge de la retraite; avec ces derniers, il se montra toute sa vie, patient, courageux, rempli de sollicitude et de profonde bonté. Il accompagna plusieurs condamnés à mort ou à perpétuité, et pût en baptiser un grand nombre.

    Déchargé de ses cours, en 1895, du fait de l'installation des Frères des Ecoles Chrétiennes, M.Dronet fut adjoint à M. Lecornu et chargé plus particulièrement des catholiques viêtnamiens de la cathédrale de Hanoï. En ces temps là, les épidémies de choléra étaient assez fréquentes au Tonkin. Avec un dévouement admirable, il visita ces malades dans les "lazarets" et leur apporta les secours spirituels . En 1911, il créa un asile pour recevoir des non chrétiens âgés ou infirmes désirant se convertir. Il organisa le cercle militaire où se donnaient des conférences et des soirées récréatives. A la mort de M. Lecornu, le 12 février 1922, M.Dronet lui succéda comme curé de la cathédrale .

    Travailleur infatigable, il employa toute son activité au service spirituel et matériel de sa paroisse. Il s'occupa d'orner et d'aménager la cathédrale, car il aimait les belles cérémonies liturgiques. Il organisa chaque année la procession de la Fête-Dieu, à travers les rues de Hanoï. Il bâtit, dans le quartier sud de la ville, l'église Saint Antoine. En 1923, il commença les démarches pour la construction dans la partie Nord-Est de la ville, d'une nouvelle église dédiée à la "Reine des Martyrs" . Pendant huit ans, il recueillit des fonds. Le 4 décembre 1927, Mgr Gendreau en bénit la première pierre et l'inaugura solennellement le 1 Février 1931. Chacune de ces deux églises devinrent, du vivant de M.Dronet, le centre d'une paroisse nouvelle.

    Il établit des oeuvres de jeunesse, confréries et associations pieuses, multiplia les cours de catéchisme, visita hôpitaux et lazarets, en plus de son ministère pastoral ordinaire. Toutes ces activités et les services rendus lui valurent une grande popularité. Le 19 mars 1933, il fut fait chevalier de la Légion d'Honneur; le gouvernement viêtnamien le décora du "Dragon d'Annam"; fin juin de cette même année, il fêta ses noces d'or sacerdotales.

    En 1937, en raison de son âge et de sa santé, il prit sa retraite, laissant la cathédrale à M. Villebonnet. puis se retira dans l'appartement qu'avaient occupé NN.SS Puginier et Gendreau. En décembre 1938, son état de fatigue s'aggrava; conduit à la clinique St. Paul, les médecins constatèrent une usure générale; au bout de quelques jours, le malade demanda à revenir à la mission. M.Pédebideau, procureur de la mission et vicaire délégué, lui donna le sacrement des malades, le 30 janvier 1939, au matin. Au moment où Mgr.Chaize achevait de réciter les prières des agonisants, M.Dronet rendit son âme à Dieu.

    Sa dépouille mortelle fut exposée dans la salle des fêtes de l'école paroissiale, et toute la journée, ce fut le défilé continu d'une population venant témoigner de son estime, de sa vénération et de sa reconnaissance envers ce défunt qui, depuis plus de 50 ans, avait travaillé à Hanoï. M.Dépaulis célébra la messe des funérailles,le lendemain 31 janvier 1939. en présence de Mgr.Chaize entouré d'un très nombreux clergé, des autorités civiles et militaires, de la paroisse française et viêtnamienne, dans une cathédrale trop petite pour contenir cette foule immense.

    DRONET

    Jean-Baptiste

    (1855 - 1939)

    [1597]

    DRONET Jean-Baptiste.



    Références biographiques
    AME 1903 p. 292. 294. 1905 p. 53. 1910 p. 40. 1919 p. 2. 1923 p. 68. 1931 p. 109 sq. 1932 p. 269. 1933 p. 195. 1939 p. 139. 140. Articles : 1911 p. 14. 169. 1913 p. 36. 1914 p. 32. 1920 p. 26. 443. 529. CR 1884 p. 157. 1892 p. 159. 1893 p. 174. 1897 p. 143. 1903 p. 143. 1904 p. 155. 371. 389. 391. 1908 p. 154. 156. 365. 1909 p. 148. 1910 p. 146. 151. 152. 1911 p. 134. 135. 157. 1912 p. 177. 178. 179. 1913 p. 189. 190. 1914 p. 71. 72. 1915 p. 90. 1917 p. 80. 1919 p. 64. 1920 p. 47. 1921 p. 69. 1923 p. 104. 1924 p. 79. 81. 1925 p. 89. 1927 p. 92. 259. 1928 p. 98. 1929 p. 322. 1930 p. 2152. 1931 p. 142. 1932 p. 173. 1933 p. 124. 130. 1934 p. 124. 1935 p. 1119. 1937 p. 117. 1939 p. 106. 107. 220. 242. 1947 p. 280. 1951 p. 167. BME 1922 p. 111. 114. 178. 310. 692. 1923 p. 320. 1924 p. 184. 1927 p. 498. 1928 p. 436. 1929 p. 370. 440. 753. 1930 p. 496. 580. 1931 p. 68. 292. 754. 1932 p. 621. 662. 735. 943. 1933 p. 294. 449. 454. 863. 1934 p. 53. 573. 642. 1935 p. 56. 58. 125. 598. 668. 1936 p. 56. 370. 451. 523. 667. 747. 1939 p. 57. 238. 1937 p. 83. 1939 p. 204. Articles : 1922 p. 111. 1930 p. 581. EC1 N° 396.

    Bibliographie
    Manuel de conversation franco-tonkinoise. 504 pages. 1906.
    "De la communion fréquente". Volume.



    Mars 1995
    Mémorial DRONET Jean-Baptiste page


    "
    • Numéro : 1597
    • Année : None