Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Antoine Adrien DOUSPIS

[2362] DOUSPIS Antoine, Adrien Missionnaire Kouang-Tong - Canton - Swatow -------------- Antoine, Adrien DOUSPIS naquit le 8 novembre 1871, à Monistrol-sur-Loire, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Il reçut les ordres mineurs le 31 mai 1896.
Add this
    [2362] DOUSPIS Antoine, Adrien

    Missionnaire

    Kouang-Tong - Canton - Swatow

    --------------

    Antoine, Adrien DOUSPIS naquit le 8 novembre 1871, à Monistrol-sur-Loire, diocèse du Puy-en-Velay, département de la Haute-Loire. Il reçut les ordres mineurs le 31 mai 1896.

    Le 3 juin 1896, il entra, minoré, au séminaire des Missions Etrangères. Sous-diacre le 26 septembre 1897, diacre le 5 mars 1898, il fut ordonné prêtre le 26 juin 1898, reçut sa destination pour la mission du Kouang-Tong (Canton) qu'il partit rejoindre le 27 juillet 1898.

    Arrivé à Canton, Mgr. Augustin Chausse, préfet apostolique garda près de lui pendant deux mois, M.Douspis qui se mit à l'étude de la langue chinoise et fut envoyé ensuite dans le district du Chongsa. Il parcourut à cheval ce pays immense et montagneux, mais sa santé en souffrit. Mgr.Mérel lui confia alors le poste de Tchak-Pou, district de Hoa-Lo près de Swatow .Il y apprit la langue hoklo, parlée en cette région. Peu de temps après, il fut ramené près de Canton, dans le Pamy, district ingrat, montagneux et difficile à administrer. Mais, pour raison de santé, Mgr. Mérel le rappela et le chargea de l'orphelinat de Canton. Là, M. Douspis travailla à l'éducation spirituelle et humaine des jeunes orphelins. Il s'interessa à ceux qui étaient doués pour les études, et leur donna des cours de latin. Il dirigea les autres vers des métiers artisanaux tels que tailleurs, cordonniers, fabricants de chaises, de chapelets, de cierges...

    En 1903, Mgr. Mérel le nomma curé de Swatow, et procureur de cette partie de la Mission. M.Douspis eût donc la charge de faire les commissions des confrères, et de leur expédier courrier et colis, car la poste n'était pas encore organisée. A Swatow, ville portuaire florissante, il gagna la sympathie de tous, nouant de bonnes relations avec les consulats.et les autorités locales. L'occasion lui fut donnée de réaliser ses grands projets. Il établit des ateliers de broderies pour les femmes dont les produits étaient vendus à Hong-Kong. Mais surtout, prévoyant la division de la Mission de Canton, il créa des ressources pour faciliter l'érection et la marche du nouveau vicariat.apostolique de Swatow/

    Il chercha des fonds. Pour cela, il écrivit de nombreuses lettres en Europe et en Amérique. Il envoya à ses correspondants des bibelots chinois, des cartes postales chinoises, des photographies. Cependant, sa santé toujours délicate l'obligea à faire quelques séjours à Béthanie; en 1907,.il dut rentrer en France pour se soigner. Il en profita aussi pour faire connaitre sa mission, et ses besoins..

    A Swatow, il construisit la procure et acheta des terrains; il bâtit une école, une maison pour l'oeuvre de la Sainte Enfance. Dans le compte-rendu des travaux de 1908, il écrit à son évêque : \ Ma chapelle et mon école sont en construction et deux villages se sont ouverts à l'évangélisation. Au village de O-Ting-poué, j'ai pu terminer ma petite chapelle..." En la fête de l"Ascension de 1909, eût lieu la bénédiction de l'église de Swatow, en présence de deux évêques, des missionnaires et des prêtres chinois de la région. Mandarins et notables chinois, consuls des pays d'Europe , d'Amérique et du Japon, et plusierus milliers de chrétiens participèrent à cette fête.

    En 1914, la division de la mission de Canton donna naissance au nouveau vicariat apostolique de Swatow confié à .Mgr.Adolphe Rayssac. Celui-ci déchargea alors M.Douspis fatigué, de ses fonctions de procureur, mais il le maintint dans ses charges de chef de district et de curé de Swatow jusqu'en 1917.

    En 1917, M.Douspis, en raison de son état de santé, fut obligé de gagner Béthanie à Hong-Kong. Vers la mi-septembre 1917, souffrant beaucoup de crises d'étouffement, il fut dirigé sur l'hôpital de Hong-Kong. C'est là qu'il rendit son âme à Dieu, vers neuf heures et demie, le 4 octobre 1917.

    Dans la soirée, sa dépouille mortelle fut transportée à Béthanie; la sépulture eût lieu le lendemain matin. Il ne fut pas possible de ramener son corps à Swatow, comme le desiraient les chrétiens. M.Douspis fut donc inhumé au cimetière de Béthanie.



    Références biographiques

    AME 1898 p. 232. 1913 p. 159. 1917-18 p. 298. CR 1898 p. 271. 1902 p. 113. 1906 p. 127. 1907 p. 150. 1908 p. 121. 1909 p. 131. 1913 p. 164. 1917 p. 148. 239. 1918 p. 53. 126. 1919 p. 135. BME 1958 p. 890. Hir n° 114 p. 5.




    "
    • Numéro : 2362
    • Année : None