Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Janvier DEZEST

DEZEST Jean (1901- 1967)
Add this
    DEZEST

    Jean

    (1901- 1967)

    [3388] DEZEST Jean, Janvier, naquit le 9 janvier1901 à Saint Martin de Seignan, dans le diocèse de Dax. A la lecture de revues missionnaires, il pensa de bonne heure au sacerdoce et aux Missions. Il fit ses études primaires à Saint Etienne de Bayonne. Un religieux Barnabite, le Père Lechien, l'initia aux études grecques et latines. Il entra alors au Petit Séminaire d'Aire à 15 ans passés. Après son service militaire, il est de 1923 à 1927 au Grand Séminaire d'Aire à Poyanne. En 1927, il avait 26 ans et entra aux Missions Etrangères, où il fut ordonné prêtre le 29 juin 1929.

    Il partit pour la Mission de Coïmbatore, en Inde du Sud, le 8 septembre 1929. Il est envoyé sur les montagnes des Nilgiris, à Ootacamund, pour apprendre l'anglais et le tamoul, tout en se formant au ministère dans la paroisse de Sainte Marie. Puis, il retourne à Ootacamund comme vicaire du Père Crayssac. En 1934, il est nommé curé du district de Gudalur. C'est un immense district, situé au pied des Nilgiris, à l'Ouest d'Ooty. Il visite les chrétiens tamouls et malayalees (du Kerala) qui travaillent dans les plantations de café et de thé. En septembre 1936, il est rappelé à Ooty, au sommet des Nilgiris, comme curé de la paroisse du Sacré Coeur, où il doit être au service de pauvres gens (butles et cooks) employés dans des familles anglaises.

    A la veille de la guerre, il est nommé curé de Kodivéri, dans la plaine de Coïmbatore, sur les bords de la rivière Bhavani. Il n'y restera pas très longtemps, car la cohabitation pacifique avec son confrère le Père Beaudement s'avère difficile. D'ailleurs, la nomination du premier évêque indien, Mgr. B. Oubagarasamy, à Coïmbatore, nécessite des changements. En effet, les confrères des Missions Etrangères se retirent aux Nilgiris, territoire qui sera rattaché au nouveau diocèse de Mysore, après la nomination de Mgr. R. Feuga, en avril 1941. Le Père Dezest est alors envoyé sur les montagnes du Coorg, au Nord-Ouest de Mysore, comme curé de la ville de Mercara, où il restera jusqu'en 1944. Après son congé régulier en France, il est de nouveau nommé, en 1945, au Sacré Coeur d'Ooty. De 1949 à 1954, l'évêque à besoin d'un \planteur" pour la plantation de Buskul, près de Chikmagalur. Après avoir bien travaillé à améliorer cette plantation de café, destinée à aider la Mission, il revient à Ooty, comme curé de la nouvelle paroisse Sainte thérèse, près de Finger Post. Il agrandit l'école primaire et pense à une école secondaire pour une meilleure éducation de ses pauvres paroissiens.

    En juillet 1955, une nouvelle division de diocèse a lieu. Le diocèse d'Ooty est crée, et détaché de Mysore. Son premier évêque sera Mgr. Anthony Padyara, qui a besoin d'un prêtre pour la paroisse de Nagalur, dans la plaine torride au pied des Nilgiris. Il y nomme le Père Dezest. Souffrant de crises cardiaques, il doit quitter cette paroisse et revient à la montagne, comme curé de Lovedale, près d'Ooty. Son ministère fut apprécié de tous. Il fut sans doute un pasteur sévère, mais il avait bon coeur. Il reste à Lovedale de 1957 à 1959. Puis, les deux années suivantes, on lui donne la charge du Sanatorium Saint Théodore, à Wellington, maison d'accueil et de repos pour les confrères des Missions Etrangères de l'Inde. Il administra très bien cette maison et fut toujours accueillant pour les confrères. Mais, en 1961, il désira passer la main à un confrère plus jeune, et devint aumônier des Soeurs Salésiennes de Finger Post. Comme il ne s'y trouva pas très heureux, son évêque lui demanda de prendre la paroisse de Wellington. Toutefois, le fardeau s'avéra trop lourd pour lui, et son état de santé nécessita un retour en France. Il ne put pas revenir en Inde. Il accepta le poste d'aumônier du Carmel de Muret, près de Toulouse, où il se dirigea le 14 mai 1966. Il fut heureux dans ce poste où il aurait voulu faire beaucoup de bien. Mais une angine de poitrine faillit l'emporter, le 17 novembre au matin. On le transporta à l'hôpital de Purpan, près de Toulouse. Il connut une amélioration de sa santé et fut heureux de quitter l'hôpital pour aller dans notre maison de Montbeton. Ce fut le 2 janvier 1967. Quelques jours après, le 7, premier samedi du mois, il mourut subitement.

    Sa vie fut une belle vie de missionnaire. D'un caractère joyeux, même exubérant, aimant l'ordre et la discipline, il fut toujours très dévoué au service des âmes et fut un prêtre exemplaire.





    Références biographiques
    AME 1929 p. 173. photo p. 186. 187. CR 1929 p. 235. 1932 p. 282. 1956 p. 79. 1957 p. 81. 1960 p. 90. 1961 p. 91. 1962 p. 105. 1963 p. 109. 1964 p. 72. 1965 p. 138. BME 1927 p. 582. 1929 p. 576. 1930 p. 48. photo p. 190. 1932 p. 74. 1933 p. 234. 1934 p. 362. 811. 1935 p. 680. 919. 1938 p. 415. 1940 p. 826. 1949 p. 189. 724. 1950 p. 641. 1953 p. 311. 1954 p. 936. 1955 p. 659. 1956 p. 114. 1958 p. 656. 778. 1959 p. 886. 1960 p. 1025. 1961 p. 68. 215. Epi 1966 p. 150. 1968 p. 147. notice Epi p. 449. EC RBac N° 135. 179. 182. 445. 449. 754. 772. NS 1P6. - 2P60.



    "
    • Numéro : 3388
    • Année : None