Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Emile Armand DEWONCK

DEWONCK Émile (1908-1987)
Add this

    DEWONCK Émile

    (1908-1987)


    [3479] DEWONCK Émile, Armand, Lambert, Marie-Joseph, est né le 23 mai 1908 à Wihogne, diocèse de Liège (Belgique). Il fit ses études primaires à Wihogne, de 1912 à 1917. Pour ses études secondaires, il fut envoyé à Tongres, où il étudia jusqu'en 1925. Il désirait être missionnaire et aller en Chine, mais on lui demanda de réfléchir et il entra au Séminaire Léon XIII à Louvain, où il obtint le grade de docteur en philosophie. Il entra alors au Grand Séminaire de Louvain. C'est là qu'une conférence de Mgr. de Guébriant sur les Missions, le détermina à entrer aux Missions Étrangères. Il vint au Séminaire de Bièvres, le 13 septembre 1929.

    Après une année scolaire à Bièvres, il fut envoyé à Rome. Ordonné prêtre à Liège, le 12 septembre 1932, il regagna Rome pour une dernière année d'études, couronnée par la licence en théologie. C'est au cours de cette dernière année qu'il reçut sa destination pour la mission de Kweiyang, en Chine.

    Il partit pour la Chine le 18 septembre 1933, et arriva à Kweiyang le 6 décembre, en passant par Canton et Kunming. Il resta quelques mois à l'évêché pour l'étude du chinois, et, au mois d'août 1934, il partit pour le district de Tchilin. Au mois de juin 1935, il fut nommé supérieur de l'école préparatoire au Petit Séminaire, mais il demanda assez vite à retourner en paroisse, pour mieux se former au chinois. Il fut alors envoyé à Tin-Fan, où il resta trois ans, de 1936 à 1939. C'est pendant cette période qu'il fut nommé provicaire. Après 3 ans à Tin-Fan, on le nomme, en 1939, supérieur du Grand Séminaire et il conserva cette charge jusqu'à son expulsion de Chine, en 1952.

    Il dut partir pour Hongkong le 13 mars 1952, et le voyage fut assez pénible. Pendant les 19 ans qu'il passa à Kweiyang, un de ses confrères nous dit :\Le Père Dewonck était un confrère charmant et discret jusqu'à l'effacement, qualités que l'on remarquera pendant toute sa vie."

    Il fut dirigé vers la France, et, au Séminaire de Paris, on le nomma professeur. Il remplit ce poste de 1952 jusqu'en 1960. Cette année là, le Séminaire de Paris fut transféré à Bièvres, et le Père Dewonck dut aller s'installer dans cette maison où il ne resta qu'un an, car en 1961, il fut nommé économe de la maison de Paris, en remplacement du Père Lannay, appelé à d'autres fonctions. Dans ce poste, le Père Dewonck dut tenir les comptes de la maison, distribuer aux employés leurs tâches respectives, recevoir les visiteurs et les membres de la Société revenant de Mission en congé pour quelques mois. Pour la cuisine et la lingerie, il était aidé par les Soeurs de la Charité de Strasbourg. Le Père Dewonck se montra disponible à l'égard de tous, gardant toujours un grand calme avec un bon sourire. Il ne manquait pas de passer de longues heures en prière et en adoration à la Chapelle; il puisait là sa force pour accomplir son ministère de dévouement, qu'il exerça pendant 8 ans.

    De 1969 à 1984, nous le retrouvons comme supérieur de notre Maison de Montbeton, au service des missionnaires âgés et malades. En 1984, en raison d'une santé déclinante, il fut remplacé comme supérieur et se retira comme simple missionnaire dans cette maison, où il dut subir bientôt une opération chirurgicale. Malgré les soins qui lui furent prodigués, sa santé se détériora peu à peu. La Soeur MEP qui le soignait le faisait manger, le descendait à la chapelle en fauteuil roulant, une ou deux fois par jour.

    Il eut la joie de recevoir la visite de son frère au début du mois de septembre. Son tonus vital manifestement se détériorait. C'est le 29 novembre 1987 qu'il rendit son âme à Dieu à l'âge de 79 ans.

    Son emploi du temps, son style de vie, sa bonté rayonnante témoignaient de sa sollicitude pour tous et chacun. Pendant la journée, s'il n'était pas dans sa chambre, c'est qu'il était à prier à la Chapelle. Sous un extérieur un peu froid, il avait un coeur d'or. À Montbeton, tous se sentaient l'objet de ses soins, de son dévouement et de ses soucis. Grâce à lui, la Maison de Montbeton est devenue davantage et continue d'être un havre de paix et de vraie charité.


    Références biographiques

    AME 1933 p. 200. photo p. 237. 1934 p. 136. CR 1932 p. 309. 1933 p. 255. 1949 p. 240. 1952 p. 89. 1955 p. 73. 1958 p. 89. 1961 p. 95. 1968 p. 61. 1974-76 p. 262. AG80/82 p. 31. 42. AG80-83 p. 104. BME 1928 p. 703. 1932 p. 724. 1933 p. 724. 860. 882. 933. 959. 961. 1934 p. 50. 130. 712. 1935 p. 592. 1936 p. 742. 1939 p. 128. 272. 497. 1941 p. 618. 1948 p. 21. 1952 p. 274sq. 425. 511. photo p. 274. 1957 p. 977. 1960 p. 376. 731. 1961 p. 773. ECM 1945 p. 97. MS 1974 p. 45. R.MEP n°118 p. 45. La Croix des 27 et 31 mars 1952. Hir n°114. 124. 208. ISG (été) 1952 p. 2. EC1 N° 159. 248. 270. 272. 275. 515. 518. 521. 625. 640. 674. 680. 701. NS. 8P225. 16P34. 17P65. 46P300. 61P76. 75/C2. 121P251. 224/C2. MEM 1987 p. 106.

    "
    • Numéro : 3479
    • Année : None